Fibronectine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La fibronectine est une glycoprotéine présente dans la matrice extracellulaire, et qui joue un rôle clé dans l'adhésion des cellules à la matrice extracellulaire.

Structure[modifier | modifier le code]

La fibronectine est un dimère de grande taille en forme de v de 100 nm de long et de 460kDa. Les deux chaines sont reliés par deux ponts disulfure à leur extrémité C-terminale.

La molécule est composée des domaines rigides reliés par des parties flexibles. Les domaines rigides représentent les sites d’interaction avec les autres composantes de la matrice extracellulaire (collagène, protéoglycanes, etc.). La fibronectine peut également lier les intégrines par deux séquences RGD (arginine(ARG);glycine(GLY);acide aspartique(ASP)).

La fibronectine peut donc simultanément se lier à la cellule et à d’autres molécules de la matrice extracellulaire, comme le collagène ou une autre molécule de fibronectine. Les molécules de fibronectine s’assemblent pour former des fibrilles à la surface de nombreuses cellules.

Fonction[modifier | modifier le code]

La fibronectine existe très tôt au cours de développement embryonnaire et joue un rôle dans la migration cellulaire, en particulier lors de la gastrulation et lors du développement des neurones. Par exemple, la disruption des interactions entre la fibronectine et ses récepteurs cellulaires (les intégrines) inhibe la migration des cellules mésodermiques lors de la gastrulation chez les Amphibiens[1]. Elle contribue à l’organisation de la matrice extracellulaire et à l’adhésion cellulaire.

La fibronectine fœtale peut être détectée dans les sécrétions vaginales d'une femme enceinte. Elle est normalement présente jusqu'à 22 semaines d'aménorrhée, disparait puis réapparait en toute fin de grossesse. Sa persistance dans les sécrétions vaginales après 22 ou 24 semaines d'aménorrhée est en faveur d'une menace d'accouchement prématuré[2].

Les récepteurs membranaires de la fibronectine, dont les intégrines, jouent pour la cellule qui les porte le rôle de transducteur mécano-chimique : la liaison à la fibronectine est suivie d’une cascade de phosphorylation de protéines de signalisation aboutissant à une réorganisation du cytosquelette (et notamment des microfilaments d'actine).

La fibronectine est également un facteur limitant la prolifération tumorale. Les cellules métastatiques n’ont pas de fibronectine qui se lient à leur membrane.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilbert, Biologie du développement, 2ème édition, De Boeck (2004), ISBN 2-8041-4534-4
  2. Place du dosage vaginal de la fibronectine fœtale dans le dépistage de la prématurité spontanée, consulté le 7 avril 2011