Feuille de vigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la spécialité culinaire, voir Sarma et Dolma.
Statue de Mercure tenant le caducée au Vatican, avec une feuille de vigne placée sur ses organes génitaux. La feuille de vigne a été placée par le plus « chaste » des papes ; plus tard, la plupart de ces voiles pudiques ont été supprimés.

Une feuille de vigne, initialement feuille de figuier, est un voile de pudeur sur une action ou une chose embarrassante ou déplaisante, en référence métaphorique à la Genèse biblique (3:7), où Adam et Ève utilisent des feuilles de figuier pour dissimuler leur « nudité » après avoir mangé le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, prenant ainsi conscience de leur « indécence ». L'usage d'une feuille de vigne, bien que moins couvrante, en place de celle du figuier pour masquer le sexe des représentations de nus est apparu d'abord en Italie à partir de la renaissance. Dans la plupart des langues, l'expression "feuille de figuier" s'est maintenue.

Débuts dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans l'art grec classique, la nudité masculine, y compris des organes génitaux, était fréquente, alors que le pubis des femmes était généralement artistiquement couvert pour les expositions publiques. Cette tradition a survécu dans l'art romain classique jusqu'à la conversion de l'Empire romain au christianisme, dans lequel la nudité héroïque n'existe pas. Pendant le Moyen Âge, le nu artistique fut abandonné, sauf dans les représentations des damnés, qui étaient, elles, passablement explicites. Adam et Ève étaient alors souvent montrés portant des feuilles de diverses espèces, conformément à la description biblique.

Période de la Renaissance[modifier | modifier le code]

Adam et Ève, tableau d'Albrecht Dürer (209 × 81 & 209 × 83 cm) Museo del Prado
La feuille de vigne a aussi été utilisée au XIXe siècle dans la photographie pédagogique et d'archive médicale (ici pour présenter une personne dont le fémur gauche a été brisé par une balle de mousquet le 7 novembre 1863 et qui n'a que partiellement retrouvé sa mobilité. Pour protéger sa pudeur, le patient a été affublé d'une feuille de vigne

À partir des années 1530, en réaction aux libertés et excès de la Renaissance, on assista à une importante vague d'altérations d'œuvres d'art visant à masquer la nudité, ces modifications étant appelées surpeint ou repeint de pudeur.

Souvent, comme dans le cas du célèbre Jugement Dernier de Michel-Ange, c'était un drapé ou des branches d'un buisson avoisinant qui était utilisé (réalisé par Daniele da Volterra, surnommé il Braghettone).

Pour les statues en pied, en revanche, on recourait parfois à des feuilles moulées ou gravées, comme, par exemple, sur la copie de plâtre du David de Michel-Ange présentée dans le Londres victorien.

Dans le cas de la fresque de Masaccio, l'Expulsion du Jardin d'Eden (en), les feuilles de vigne furent ajoutées sur la fresque trois siècles après que l'original eut été peint, probablement à la demande de Cosme III de Médicis à la fin du XVIIe siècle, qui a jugé sa nudité comme « répugnante ». Pendant sa restauration dans les années 1980, les feuilles de vigne ont été enlevées, de même que des siècles de saleté pour restaurer la fresque dans son état original.

L'Expulsion d'Adam et Ève du Jardin d'Eden, fresque de Masaccio, Florence, Italie. Avant et après sa restauration. Tableau peint en 1425 (finition en 1428), altéré en 1680, et restauré en 1980.
Sandro Botticelli, La Naissance de Vénus (1485) (le sexe parfois caché par un tissu l'est ici par les cheveux de Vénus)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :