Prise électrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Prise mâle et socle mural de type F

Une prise électrique est un connecteur permettant de relier les appareils domestiques ou industriels au réseau électrique, par enfichage sur des socles électriques. Les différents types de prises du domaine domestique sont données ici ; pour les prises du domaine industriel, voir les normes CEI 60309 et CEI 60320.

L'appellation « prise de courant » vient du fait qu'on s'y approvisionne en courant, mais rigoureusement parlant, le réseau agit comme une source de tension et non de courant. C'est-à-dire que la tension (en volts) est fixée par le réseau et que l'intensité du courant (en ampères) dépend de l'appareil qui y est branché, dans les limites du courant maximal autorisé par chaque prise.

On distingue le socle, qui est un connecteur fixe (généralement sur un mur, d'où le nom de « socle mural »), des fiches, qui sont des connecteurs mobiles, généralement reliés à un câble, destinés à être branchés à un socle ou à une autre fiche.

Typologie des prises[modifier | modifier le code]

Mâle ou femelle[modifier | modifier le code]

Une prise femelle, le plus souvent un socle mural mais aussi une fiche de rallonge, est chargée de distribuer (sinon de relayer) le courant électrique. Elle reçoit les prises mâles dont le format lui correspond. La prise est constituée pour sa partie accessible de matériaux isolants, les contacts électriques sont placés au fond de trous, très souvent munis d'obturateurs, donc non accessibles en façade (question de sécurité). Sur certains modèles, une broche métallique supplémentaire dépasse du socle, assurant le premier contact électrique entre la prise femelle et la prise mâle ; il s'agit alors du conducteur de protection (terre).

Une prise mâle (ou « fiche ») est un dispositif s'insérant dans la prise femelle associée (socle mural ou sur un câble). Elle possède des broches, généralement en laiton, souvent de nickel. Ces prises comportent une ou plusieurs broches de phase, une broche de neutre et parfois une broche de terre. Sur de nombreux types de prises, cas du monophasé, il n'y a pas de différence entre la phase et le neutre. Certains types de prises comportent également un contact de terre supplémentaire (non dépassant).

Nombre de phases[modifier | modifier le code]

Une prise femelle française de courant triphasé
Couleur standard par fil dans un câble souple
Phase Neutre Terre
France toutes les couleurs sauf le bleu, le vert/jaune, le vert et le jaune bleu jaune et vert
UE et Australie marron bleu jaune et vert
Royaume-Uni et Australie avant 1969 rouge noir vert
États-Unis et Canada noir blanc vert
Couleur standard des conducteurs de prises murales
  Phase Neutre Terre
France toutes les couleurs sauf le bleu, le vert/jaune, le vert, le jaune bleu jaune et vert
UE et Australie marron, rouge ou noir bleu jaune et vert
Royaume-Uni marron ou rouge bleu ou noir vert/jaune (La phase est nue, lorsque les connexions sont faites, la terre doit être à manches longues avec de la terre gaine lorsque les connexions sont faites.)
États-Unis et Canada noir ou rouge blanc vert ou dénudé

La plupart du temps, le courant domestique est distribué en monophasé : chaque habitation ne reçoit qu'une seule des trois phases produites et le neutre. Dans certains cas, l'électricité peut être distribuée sous forme biphasé (Bâtiment soumis aux normes d'avant 1991 en France), ou en triphasé lorsque la puissance demandée est plus importante. Cependant, peu importe la situation de l'alimentation générale, on branche une phase, un neutre et une terre aux prises murales. Dans certaines installations, il peut encore arriver (de plus en plus rare chez les particuliers) que les deux broches principales soient reliées à des phases. Ce branchement est parfois vivement déconseillé (selon le réseau du pays et le câblage de l'installation). Cela pourrait être le cas, par exemple, d'une ancienne installation en 120 V (qui aurait alors 210 V entre deux phases).

Les trois types de contact[modifier | modifier le code]

Phase[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Phase (électricité).

La phase désigne un conducteur particulier ; il y a généralement plusieurs phases lors de la production d'électricité qui ont entre elles une propriété spécifique. Le courant domestique est alternatif, donc la phase ne correspond pas au pôle + d'une pile mais prend le rôle de + puis de – successivement, par exemple 50 fois par seconde pour du 50 Hz. Pour l'état d'esprit, c'est un fil « actif » par rapport au neutre.

La tension (entre deux phases ou entre phase et neutre) diffère selon les pays. À titre d'exemple, l'Europe est en 230 V - 50 Hz entre phase et neutre depuis maintenant de nombreuses années (pour 16 ampères, soit 230 × 16 = 3 680 watts de puissance pour chaque prise électrique). Cela correspond à 400 V entre deux phases. C'est dans la plupart des lieux la limite maximale que supportaient les isolants des câbles de distribution au moment de ce choix.

Plus bas un graphique résume la répartition mondiale de la tension.

Certains pays comme les États-Unis distinguent le sens de branchement entre Neutre et Phase et ont des prises à deux conducteurs détrompées (on ne peut brancher que dans un sens). Ces prises sont dites « polarized » en anglais, mais c'est un faux-ami qui doit être traduit par « prise détrompée » ou « avec détrompeur ». En effet, en courant alternatif, par définition, les prises ne sont pas polarisées puisque la polarité s'inverse (alterne) plusieurs fois par seconde (pas de polarité fixe).

En conséquence, les prises d'une majorité de pays ne distinguent pas le sens du branchement entre Phase et Neutre. Néanmoins, les prises avec borne de terre à trois conducteurs sont systématiquement détrompées : en effet il est important de bien brancher la borne de terre à la terre, donc de distinguer les broches.

Neutre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Neutre (électricité).

C'est la référence électrique de tension.

Terre[modifier | modifier le code]

Les détails sont disponibles dans l'article consacré à ce fil de terre. L'association du disjoncteur différentiel et du fil de terre permet d'assurer la sécurité des personnes et de détecter un défaut local dès son apparition.

Histoire de la prise électrique[modifier | modifier le code]

Brevet U.S 774 250 : la première prise électrique.

À l'origine, l'introduction de l'électricité dans les foyers se fit pour l'éclairage électrique. Cependant, lorsque des appareils électriques apparurent sur le marché, tels que des chauffages et divers autres ustensiles, il fallut trouver un système de raccord au réseau autre que les douilles d'ampoules. La première prise électrique fut inventée par Harvey Hubbell et brevetée en 1904.

À cette époque, certaines sociétés d'électricité appliquaient un système tarifaire dans lequel le prix de l'électricité pour l'éclairage était inférieur à celui des autres types d'utilisation, c'est pourquoi on développa des appareils destinés à être branchés par les ampoules. À cette époque on se préoccupait peu des normes de sécurité.

Lorsqu'on eut besoin de systèmes plus sûrs, on inventa les prises reliées à la terre.

La raison pour laquelle il existe aujourd'hui de nombreux types de prises différentes et mutuellement incompatibles réside dans le fait que chaque pays préféra concevoir son propre modèle de prise par lui-même, au lieu d'adopter une norme commune. Dans de nombreux pays, il existe plusieurs normes, avec plusieurs types de prises en circulation, ce qui provoque une situation très complexe et cause des problèmes de sécurité.

Cependant, la plupart des pays ont décidé d'une norme nationale parmi les normes de facto, bien qu'il existe encore des systèmes qui ne soient pas aux normes dans de nombreux pays. Certains bâtiments ont des prises datant de près d'un siècle et qui remontent à avant toute forme de norme.

Répartition mondiale des types de prises[modifier | modifier le code]

Différents types de prises utilisées dans le monde

Plusieurs normes différentes[modifier | modifier le code]

Pour l'alimentation électrique domestique, les prises électriques ont des formes et des tailles variant selon les pays. Pour l'alimentation industrielle, il existe une norme CEI 60309 qui est notamment utilisée dans les domaines du camping-caravaning (« prise de caravane ») et du nautisme (« prise de quai »).

Voici chaque type de prise classifié selon une lettre, le pays d'origine et le nombre de broches. On y signale également les variantes qui peuvent parfois exister. Cette classification vient des États-Unis[1] et n'est en rien une norme ni la seule dénomination connue.

Il n'y a pas de garantie absolue que deux prises, pourtant de même type mais venues de pays différents, soient effectivement compatibles. Les tensions et les protections peuvent différer et il convient de ne pas brancher au hasard deux prises de pays différents ensemble. En particulier pour les modèles européens qui semblent parfois compatibles (elles « rentrent » l'une dans l'autre) mais dont la connexion de terre diffère et n'est pas effectuée.

Les prises varient notamment par :

  • le type de broche, cylindrique ou plane ;
  • les dimensions des différentes broches (identiques pour la phase et le neutre mais pas forcément pour la terre) ;
  • leurs écartements.

Les socles peuvent être conçus pour pouvoir recevoir plusieurs types de prises : différents diamètres de broche (4 mm de C et 4,8 mm de E) ou écartements (J-10A et J-16A italiennes).

Types A et B[modifier | modifier le code]

Il s'agit de connecteurs NEMA à deux ou trois broches.

NEMA 1-15[modifier | modifier le code]

Cette prise sans terre constituée de deux broches planes parallèles est la norme en Amérique du Nord, ainsi qu'en Amérique centrale et aux Antilles, pour les appareils n'ayant pas besoin de terre (lampes et petits appareils sans carcasse métallique). La prise murale correspondante n'est plus installée dans les constructions nouvelles depuis 1965, mais on peut encore en trouver dans les anciens bâtiments. De plus elles sont encore vendues en quincaillerie à des fins de remplacement.

Les premiers modèles ne distinguaient pas phase et neutre mais, depuis, une des broches est plus large (neutre) que l'autre. Ces prises sont couramment qualifiées de « polarisées » (ce qui est un abus de langage puisque le courant est alternatif : la polarité change plusieurs fois par seconde). On devrait parler plus justement de « prises détrompées ».

Jusqu'à l'apparition des détecteurs de fuite de terre, les prises situées près des sources d'eau, celles pour les rasoirs par exemple, étaient munies d'un transformateur d'isolation d'une vingtaine de VA. Elles ne nécessitaient pas de mise à la terre et se présentaient donc sous la forme d'une prise NEMA 1-15 polarisée, montable sur boîte carrée de 4" 11/16 contrairement aux prises normales qui se montent sur boîte rectangulaire.

NEMA 2-15, 2-20[modifier | modifier le code]

Ces prises sans terre à deux contacteurs plans parallèles sont l'équivalent en 240 V du NEMA 1-15. La 2-15 a ses deux broches tournées à 90°, la 2-20 n'en a qu'une tournée. Ces prises sont plutôt rares.

JIS 8303 classe II[modifier | modifier le code]

Au premier abord, les prises japonaises paraissent identiques aux NEMA 1-15. Cependant, le système japonais est plus fin, et nécessite l'agrément du METI ou du Japanese Industrial Standard (JIS). De plus, les diamètres normaux des câbles sont différents des autres prises utilisées dans le monde. Ces prises ne sont pas détrompées ; les deux broches sont de la même taille que la plus petite des NEMA 1-15. Les appareils japonais devraient pouvoir être branchés sans adaptateur sur les prises américaines, mais l'inverse n'est pas vrai, a fortiori si ces appareils sont dotés de broches de terre.

Prise de type B

NEMA 5-15 / CS22.2, Nº42[modifier | modifier le code]

Cette prise comporte deux broches planes parallèles ainsi qu'une broche ronde de mise à la terre. L'intensité nominale est de 15 A. La broche de mise à la terre est plus longue que les deux autres broches de manière à ce que l'appareil branché soit relié à la terre avant qu'il ne reçoive du courant.

On peut utiliser un tel adaptateur pour brancher des prises avec terre sur des prises sans terre

Certaines personnes aux États-Unis (particulièrement dans les métiers du théâtre et du cinéma) appellent ce type de prise « prise Edison », sans doute en référence à la société Con Edison, qui procure l'électricité à la plupart des théâtres de New York, ce qui explique que dans le milieu du théâtre ce terme renvoie à un type de prise normal plutôt qu'à une prise spécifique aux théâtres.

JIS 8303, classe I[modifier | modifier le code]

Le Japon emploie aussi un type B qui diffère du type A de la même manière que le type B américain (ajout d'une broche de terre). Le type B japonais est cependant beaucoup moins fréquent.

Amérique latine[modifier | modifier le code]

Dans certains pays de l'Amérique latine, les gens ont souvent des appareils dotés de prises de type B tandis que leurs habitations ne sont dotées que de prises de type A. La manière la plus simple qu'ils ont de faire face à ce problème est de sectionner la broche terre.

Au Brésil, on utilise surtout la prise type C. Depuis 2010, les prises selon la norme NBR 14136 (norme internationale CEI 60906-1) sont devenues les seules officielles. Le Brésil est le seul pays à avoir adopté des prises CEI 60906-1, pourtant destinées à l'origine à devenir une norme internationale.

Type C[modifier | modifier le code]

CEE 7/16 (prise euro ou Europlug)
Exemple de prises mâle et femelle de type C

Ce type sert en général pour les appareils de faible puissance (lampes, magnétoscopes, …) et se trouve dans de très nombreux pays dont l'Argentine, le Brésil, la France, la Belgique ou la Thaïlande par exemple. La liste complète est longue.

La prise mâle contient deux broches rondes (cylindriques) de 4 mm de diamètre, distantes de 19 mm d'entraxe (soit 15 mm d'espace entre les deux broches) et un corps plat. C'est donc un modèle sans terre ni détrompeur. Il n'y a pas de sens ni de distinction particulière entre phase et neutre. La prise femelle pour câble (que l'on peut trouver sur des rallonges électriques) a un bord extérieur dépassant pour empêcher le branchement d'une prise mâle ronde de type E ou F (qui aurait besoin d'une terre).

Le socle mural femelle est plat et n'a pas ce débordement.

La prise mâle type C se branche indifféremment sur les prises femelles de type C, E ou F. Remarquons la base isolée des broches qui évite le risque de contact une fois la prise branchée.

Prise mâle type E/F sans terre (version puissance de la prise C)
CEE 7/17

Il existe un modèle mâle C « plus puissant ». La prise mâle est alors identique aux types E et F mais sans terre (des broches de diamètre légèrement plus gros et un contour rond). Ainsi elle ne peut être branchée sur un type C mais seulement sur les types E ou F (plus puissants). Grâce à une perforation (sans contact), la broche de terre du socle femelle E ne gêne pas le branchement. C'est ainsi que le type E lui est accessible. Cette variante à mi-chemin entre les types C et E devient rare mais existe et est toujours employée pour les appareils sans carcasse métallique et dits à double isolation. Remarquons qu'il n'y a pas d'isolation à la base des broches car sur les prises femelles E ou F le socle a un rebord et entoure la prise mâle, sans risque de contact.

Ce rapprochement entre les types C et E (ou F) n'est pas surprenant car en général les pays utilisant le type C utilisent aussi les prises de type E (sinon F). Autrement dit, dans ces pays, on trouve aussi bien des socles femelles C et E (ou F) dans une même habitation, selon que la prise dispose ou non d'une terre.

BS 4573
BS 4573

Au Royaume-Uni et en Irlande, on trouve une version spéciale du type C pour les rasoirs électriques dans les salles d'eau. Deux broches rondes de 5 mm écartées de 16,6 mm. Le socle femelle accepte en général les prises CEE 7/16, américaines et/ou australiennes. Bien sûr, à cause de leur proximité avec de l'eau, elles renferment un transformateur d'isolation.

Type D[modifier | modifier le code]

(Anciennes prises britanniques à 3 broches)

BS 546, 5 A
Le type D

L'Inde s'est inspirée d'une prise définie au départ selon la norme britannique no 546. Elle possède trois grosses broches cylindriques et est aujourd'hui essentiellement utilisée en Inde, au Sri Lanka, au Népal, en Namibie ou encore à Hong Kong. Elle supporte jusqu'à 5 A. Il en existe une version cousine de 2 A que l'on peut parfois trouver au Royaume-Uni : elle sert alors à des circuits d'éclairage à commande centralisée. Cette version permet une distinction avec les prises de puissance habituelles.

BS 546, 15 A (dite « type M »)
le « faux » type M

Cette prise est parfois appelée « type M » et est en réalité une version du type D qui supporte 15 A : malgré la ressemblance ses broches sont plus grosses (7,05 mm × 21,1 mm). Le neutre et la phase sont distants de 25,4 mm l'un de l'autre et la broche de terre est éloignée de chacune de 28,6 mm. On la trouve dans les pays déjà cités pour la version 5 A, en fonction des appareils (faible ou forte puissance). D'ailleurs, certains socles femelles muraux peuvent accepter les deux tailles de prises mâles. Certaines régions comme l'Afrique du Sud utilisent ce modèle de prise comme norme. Elles ont en général un interrupteur sur le socle mural.

Types E et F[modifier | modifier le code]

Prise femelle murale de type E

On pourrait considérer ces deux types domestiques comme des évolutions « puissance avec terre » du type C. Elles sont ainsi destinées à des appareils de type électroménager par exemple. Cette fois le contour extérieur est rond.

On trouve ces prises dans de nombreux pays (près d'une centaine au total) dont par exemple la France, la Belgique, le Maroc ou la Tunisie (entre autres) pour le type E et l'Allemagne, la Bosnie-Herzégovine, la Finlande et l'île de Bali (Indonésie) (entre autres) pour le type F.

Les prises mâles contiennent d'abord deux broches cylindriques semblables au type C mais de diamètre légèrement plus gros (5 mm) pour rendre difficile le branchement sur une prise murale femelle de type C. Si l'entraxe reste le même (19mm), les deux broches sont plus proches du fait de leur diamètre plus important (4,8mm au lieu de 4mm). En forçant, le branchement sur un socle C reste parfois possible, mais effectivement assez difficile. On ne peut donc pas, en théorie, brancher une prise mâle E ou F nécessitant la terre sur une prise femelle C n'en disposant pas.

Par contre, cette différence de diamètre est suffisamment faible pour permettre en sens inverse aux réceptacles femelles E ou F de recevoir les prises mâles de type C. Les appareils ne nécessitant pas la prise de terre peuvent se brancher aussi bien sur les socles C, E ou F.

Il y a ensuite une troisième broche pour le raccordement à la terre.

Prise mâle de type E/F
(norme CEE 7/7)

Là est la différence entre types E et F : chacun a sa manière de connecter la terre. Sur le type E la prise de terre est une broche cylindrique dépassant du socle femelle. La broche de terre est suffisamment écartée des deux contacts principaux pour laisser passer le contour extérieur plat d'une prise mâle C (sans terre). Sur le type F par contre, la prise de terre est constituée de deux ergots placés sur les bords intérieurs de la prise femelle.

Aujourd'hui, ces deux formats tendent à se regrouper. En effet, en pratique, on trouve le plus souvent des prises mâles compatibles avec les deux socles femelles E et F (c'est le cas des prises mâles E/F en photo). Car en général elles disposent à la fois d'un trou (pour accepter la broche de terre d'une prise femelle E) et d'une lamelle extérieure (pour faire un contact avec l'ergot de terre d'une prise femelle F). Ainsi dotée la prise mâle se branche indifféremment sur l'un ou l'autre type. Attention, cela ne signifie pas forcément que l'appareil fonctionnera sans adaptation car la tension n'est pas forcément la même dans tous les pays qui utilisent ces prises.

Les prises de type F sont appelées « prises Schuko » (abrégé de « Schutzkontakt ») en Allemagne.

Le neutre est conventionnellement placé à gauche, pour une prise femelle avec la broche de terre en haut.

Type G[modifier | modifier le code]

Prise britannique à 3 broches

BS 1363

Cette norme « 1363 » date de 1962 au Royaume-Uni (BS 1363) et, depuis, ce modèle remplace l'ancien type D (voir ci-avant). (Norme IS 401 - Irlande)

Cette prise possède trois broches rectangulaires et peut supporter jusqu'à 13 A. Les broches de neutre et de phase ont une dimension de 4 mm × 6 mm pour 18 mm de hauteur (dont 9 mm isolés à la base supposés garantir qu'aucun doigt ne pourrait toucher les broches une fois la prise branchée sur son socle femelle). Elles sont espacées de 2,2 cm. La broche de terre est légèrement plus large (environ 8 mm) et plus haute (environ 23 mm). La norme britannique no 1363 impose ce type de prise avec broche de terre pour les appareils de puissance. Pour les appareils en « classe 3 » d'isolation, la prise mâle n'a que 2 broches utiles et la broche de terre est alors en plastique, laquelle désenclenche la protection des trous pour les broches Neutre et Phase.

Le neutre est toujours à gauche sur la prise murale.

Cette prise est très pratique du fait qu'elle contient un fusible sur la phase, à l'intérieur (des calibres différents existent) qui protège le cordon et l'appareil lui-même. Le remplacement du fusible est alors très facile, pour peu que l'utilisateur sache comment le remplacer.

La prise se trouve aussi dans les anciennes colonies britanniques et d'autres pays.

Type H[modifier | modifier le code]

Prises mâle et femelle de type H (norme SI 32)

Israël, 3 broches

SI 32

Cette prise est spécifique à Israël et est incompatible avec quasiment toutes les prises étrangères. Elle ressemble un peu au type B mais les broches forment un Y au lieu d'être alignées. Elle est calibrée pour 16 A maximum. Une variation existe depuis 1989, où les trois broches sont rondes au lieu d'êtres plates. Certains touristes trouveront pratique de pouvoir y brancher leurs appareils puisque les deux broches principales (phase et neutre) sont placées au centre comme sur les modèles de type C.

Type I[modifier | modifier le code]

Australie (2 ou 3 broches)

AS 3112
Prises mâle et femelle de type I

Cette prise, utilisée en Australie, Nouvelle-Zélande ou Papouasie-Nouvelle-Guinée a deux broches plates en V retourné et, lorsqu'équipée d'une terre, a une troisième broche en triangle (voir l'image).

Les broches plates ont une dimension de 6,5 × 1,6 mm, espacées de 13,7 mm et inclinées à 30°. En forçant on pourrait presque y brancher les prises américaines. (Cela n'est évidemment pas recommandé, d'autant que la tension est différente.) Les socles muraux ont parfois un interrupteur (comme au Royaume-Uni).

Il en existe une version avec une broche de terre élargie pour les appareils de plus de 15 A. Dans ce cas la prise femelle peut aussi accepter les prises mâles de plus petit calibre.

Cette prise ressemble au modèle israélien (type H) sur le principe mais les dimensions ne sont pas compatibles.

La norme est référencée dans le document australien SAA AS 3112 et s'applique jusqu'à 10 A. Depuis 2003, la dernière mise à jour est la AS/NZS 3112:2000 qui impose d'isoler le bas des contacts depuis 2005 pour éviter des risques d'accident.

CPCS-CCC

Prise à trois broches calibrée pour 250 V - 10 A. Il y a compatibilité (mécanique, reste à vérifier les tensions) avec les prises chinoises car la différence entre les deux modèles est faible (broches 1 mm plus longues). Cela est dû au fait que ces normes chinoises ont été écrites et référencées en Grande-Bretagne : GB 2099.1–1996 et GB 1002–1996. Cela depuis l'entrée, entre autres, de la Chine dans l'organisation mondiale du commerce (OMC). Les prises chinoises compatibles ont été certifiées et estampillées « CCC » (pour China Compulsory Certification, « certification chinoise obligatoire » en français).

La principale différence est qu'en Chine la prise est tête en bas par rapport aux prises australiennes.

IRAM 2073

En Argentine et Uruguay, la prise possède 3 broches et est calibrée pour 10 A - 250 V.

Si les dimensions extérieures changent légèrement par rapport aux modèles australiens, les broches ont quant à elles les mêmes dimensions (plus longues de 1 mm).

La différence essentielle est que l'Argentine et l'Australie n'ont pas la même habitude pour connecter Phase et Neutre. L'inversion ne change pas le fonctionnement des appareils, toutefois le Neutre est en général toujours branché du même côté dans chaque pays. Toutefois, certains appareils anciens dans ces pays étaient dotés d'un interrupteur utilisant cette habitude pour ne couper que le contact de Phase. Les gens habitués pourraient croire qu'il n'y a plus de danger une fois le contact coupé. Rappelons que techniquement il est conseillé de considérer le Neutre comme aussi dangereux qu'une phase et que cette vision peut être nuisible.

Type J[modifier | modifier le code]

Suisse, 3 broches

Prises mâle et femelle de type J
SEV 1011

La Suisse utilise sa propre norme (référencée SEV 1011). Cette prise T13 est similaire au type C (les prises mâles C « euro » peuvent se connecter dans les socles suisses). Mais il y a en plus une broche de terre (incompatible avec les types E ou F). Elle est à tort appelée « prise américaine » par les espagnols qui l'utilisent épisodiquement dans certains de leurs bâtiments. La T12 est semblable à la T13, à la différence qu'elle n'est constituée que des trois trous sur une surface plate, sans logement pour le corps de la fiche.

Elle est prévue pour 10 ampères maximum. Il existe une version 16 ampères avec des broches carrées. On peut naturellement brancher une fiche 10 A dans une prise murale 16 A (broches rondes dans trous carrés). Au-delà il convient d'avoir des prises industrielles spécifiques ou des connexions permanentes en boîtier. On trouve fréquemment des prises murales triples ; le connecteur de terre est alors au centre, et les prises individuelles décalées de 120° les unes par rapport aux autres ; l'espacement entre neutre et phase restent constants, de sorte que l'on peut brancher une fiche 2 broches (voir §§ suivant) à cheval entre deux prises.

Il en existe une version 2 broches (donc sans terre) prévue pour un maximum de 10 ampères dont le contour est juste un peu plus plat. L'espacement entre les deux broches principales (Neutre et Phase) reste le même. Elle est typiquement utilisée pour les appareils qui n'ont pas besoin de terre (aspirateurs, certaines lampes, perceuses, …). Parmi les avantages, on peut citer la réversibilité des prises (neutre et phase ne sont pas différenciés par la fiche) et encombrement très réduit ; il existe d'ailleurs des blocs multiprises prévus uniquement pour ce type de fiches et dont la densité et très élevée par rapport à d'autres systèmes.

Type K[modifier | modifier le code]

Danemark, 3 broches

Prises mâle et femelle de type K (norme 107-2-D1)
norme: DS Afsnit 107-2-D1

Depuis début 1990, la présence de prises avec terre est devenue obligatoire dans les installations neuves.

Cette prise K est en quelque sorte symétrique au type E : la broche de terre, au lieu de dépasser du socle femelle, dépasse du connecteur mâle. Ce qui rend les types E et F incompatibles avec les prises danoises. Les types E et F peuvent se brancher sur ce socle danois mais la terre n'est alors pas reliée ce qui pose des problèmes de sécurité. Quant au connecteur mâle danois il ne rentre simplement pas dans les socles E ou F. Des adaptateurs existent mais restent difficiles à trouver.

Depuis juillet 2008, l'installation de prises murales de type E (françaises avec terre) est autorisée au Danemark [2], en partie pour répondre à la présence massive sur le marché danois d'équipements avec des prises mâles européennes E/F.

Type L[modifier | modifier le code]

Italie, 3 broches

Prises mâle et femelle de type L

L'Italie utilise deux versions (10 et 16 A) qui se distinguent par le diamètre et l'espacement des broches. Cette prise se trouve aussi au Liban, en Éthiopie, en Argentine, en Uruguay et au Chili et à l'occasion dans le Nord africain ou en Espagne. Le type C est aussi assez répandu en Italie. On peut enfin trouver des connecteurs CEE 7/7 (type F) sur certains appareils électroménagers qui ne sont alors pas toujours compatibles avec tous les socles muraux italiens.

CEI 23-16/VII, version 10 A

Très similaire au type C, sauf qu'une broche de terre de 4 mm de diamètre est placée au milieu des deux autres broches, elles aussi de 4 mm de diamètre. Ces deux dernières broches sont distantes de 19 mm d'entraxe, de façon similaire aux prises de type F. Certains socles acceptent d'ailleurs les prises mâle de type F (des ergots de terre sont ajoutés en plus du trou central). Attention, avec une prise mâle de type E, la connexion de terre ne serait pas assurée.

CEI 23-16/VII, version 16 A

Cette version a pour particularité supplémentaire d'avoir des broches plus grosses (5 mm de diamètre) et plus éloignées de 7 millimètres (entraxe de 26 mm au lieu de 19 mm pour la version 10 A). Toutefois, on trouve souvent des trous supplémentaires pour accueillir la version 10 A ou les prises C.

On peut trouver des socles capables d'accueillir les trois types C, E et F en plus des deux versions italiennes.

Type M[modifier | modifier le code]

Le type M est la version 15 A du type D.

Type N (le modèle CEI 60906-1 – 230 V - internationale)[modifier | modifier le code]

Positions relatives de la terre (E) d'une fiche de type E par rapport à celle de la terre (T) dans une fiche de type N (P et N dénotant les positions du neutre et de la phase, communes aux deux types)

Le modèle IEC 60906-1 (en)[3], prévu par la Commission électrotechnique internationale (CÉI)[4] pour devenir l'unique norme européenne en 1986 a finalement été vite oublié, sauf au Brésil où l'on a adopté cette norme en 2007. Il ressemble à la prise suisse J (sans lui être identique). Il est prévu à l'origine pour une tension de 200 à 250 V en 16 A maximum en usage domestique. Les socles peuvent être conçus pour pouvoir recevoir différents diamètres de broche : (4 mm de C et 4,8 mm de E) ou pour recevoir différents écartements de prises (J-10A et J-16A italiennes). La prise utilise pour le neutre (conventionnellement à gauche) et la phase deux broches cylindriques de diamètre 4,5 mm avec un entraxe de 19 mm (donc avec un espace entre broche de 14,5 mm) comme dans les prise C, E, F, J-10 A, L-10 A et K (le diamètre des broches pouvant varier). La broche de terre, cylindrique de même diamètre, se situe à mi-distance entre les broches de phase et de neutre, à 3 mm du milieu de leur axe ; cette distance de 3 mm distingue notamment le type N des fiches E et F où la broche de terre est plus excentrée (environ 10 mm pour la prise F et 5 mm pour la prise J, au lieu de 3 mm pour la prise N).

Les broches ont une longueur de 19 mm. Les broches de neutre et de phase sont isolées sur les dix premiers millimètres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]