Eduardo de Gregorio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eduardo De Gregorio)
Aller à : navigation, rechercher

Eduardo de Gregorio

Nom de naissance Eduardo de Gregorio
Naissance 12 septembre 1942
Buenos Aires (Argentine)
Nationalité Drapeau : Argentine Argentine
Décès 13 octobre 2012 (à 70 ans)
Paris (France)
Profession Réalisateur
Scénariste
Dialoguiste
Enseignant
Films notables Réalisateur
Sérail
Corps perdus
Tangos volés
ScénaristeDialoguiste
La Stratégie de l'araignée
Céline et Julie vont en bateau
Duelle

Eduardo de Gregorio est un réalisateur, scénariste, dialoguiste et enseignant argentin né le 12 septembre 1942 à Buenos Aires (Argentine), et mort le 13 octobre 2012 à Paris[1],[2].

Biographie[3][modifier | modifier le code]

Eduardo de Gregorio effectue ses études de philosophie et de lettres en Argentine qu'il quitte en 1966 peu après le coup d'État du général Juan Carlos Onganía, « pas pour des raisons politiques » spécifie-t-il, mais à cause de l'ordre moral étouffant qui y règne. Il s'embarque pour Londres, passe par Paris puis va à Rome où il reste jusqu'au début des années 1970[4]. C'est là qu'il écrit ses premiers scénarios pour les réalisateurs Maurizio Ponzi (I visonari, 1968) et Bernardo Bertolucci (La Stratégie de l'araignée, 1970), et fait l'acteur dans une coproduction germano-italienne réalisée par Jean-Marie Straub et Danièle Huillet d'après la tragédie Othon de Corneille : Les yeux ne veulent pas en tout temps se fermer ou peut-être qu'un jour Rome se permettra de choisir à son tour (1970).

Il revient à Paris où il s'installe définitivement. Adolescent, il est impressionné par les films d'Ingmar Bergman, de Sergueï Eisenstein puis par ceux de Michelangelo Antonioni, mais c'est le choc reçu avec sa découverte de la Nouvelle Vague (Les Quatre Cents Coups, À bout de souffle) et des Cahiers du cinéma qui l'incite à devenir cinéaste[4]. C'est pour cette raison qu'il commence sa carrière en France en tant que scénariste de Jacques Rivette (« un travail très risqué et très excitant »[4]), notamment pour Céline et Julie vont en bateau (1974) et Duelle (1976), avant de réaliser son premier film : Sérail (1976).

Parallèlement à ses activités de cinéaste, il enseigne à La Femis et à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

Il décède à l'hôpital Saint-Louis[5] à Paris le 13 octobre 2012 apparemment dans le dénuement (ses films n'ont reçu qu'un succès d'estime), un appel aux dons pour son inhumation a été lancé[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur (R) — Scénariste (S) — Dialoguiste (D) — Acteur (A)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvelobs.com
  2. a et b Culturopoing.com
  3. Sources pour l'élaboration de cet article : AlloCiné, IMDb, Página/12, Les Gens du Cinéma
  4. a, b et c Source : extraits de son entretien du 17 avril 2004 avec Horacio Bernades pour le quotidien Página/12 lors de la rétrospective qui lui est consacrée au festival du cinéma indépendant BAFICI 2004 (Buenos Aires Festival Internacional de Cine Independiente) avec la projection de cinq films (Céline et Julie vont en bateau, Sérail, La Mémoire courte, Aspern, Tangos volés).
  5. Source : article publié le 15 octobre 2012 sur Europe1.fr.
  6. Cinématon no 853, présentation en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]