Drew Gilpin Faust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Drew Gilpin Faust

Description de cette image, également commentée ci-après

Drew Gilpin Faust en 2011.

Nom de naissance Catharine Drew Gilpin
Naissance 18 septembre 1947 (66 ans)
New York
Nationalité américaine
Diplôme
Profession universitaire
Activité principale présidente de l'université Harvard
Formation

Drew Gilpin Faust (née le 18 septembre 1947 à New York) est une historienne américaine, spécialiste de la guerre de Sécession.

Elle enseigne durant 25 ans à l'université de Pennsylvanie et est nommée doyenne du Radcliffe Institute en 2001. En 2007, elle devient la première femme à présider l'université Harvard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Les parents de Drew Gilpin Faust vivent près de New York jusqu'à sa naissance, puis s'établissent dans le Comté de Clarke en Virginie. Elle grandit dans une ferme avec ses trois frères. Sa famille l'envoie étudier à la Concord Academy (en), une école préparatoire privée réservée aux filles située dans l'État du Massachusetts. Elle est encouragée dans ses études par la directrice, épouse d'un professeur de l'université Harvard[1]. Plusieurs membres de sa famille, dont son père, éleveur de pur-sangs, sont diplômés de l'université de Princeton. Celle-ci n'étant pas encore ouverte aux femmes, elle suit son cycle prégradué (undergraduate) à Bryn Mawr College[2], où elle est élue présidente du conseil des élèves[1]. Drew Gilpin Faust choisit l'histoire comme matière principale et suit notamment les cours de Mary Maples Dunn (en), qui dans les années 1980 deviendra présidente du Smith College. En 1968, elle obtient un bachelor's degree avec mention magna cum laude[2]. Marquée par la ségrégation raciale, elle devient la « fille rebelle » de la famille et prend part à des marches organisées durant les années 1960 par le mouvement des droits civiques[1],[2]. Elle étudie la civilisation américaine à l'université de Pennsylvanie et obtient une maîtrise (master's degree) en 1971, puis un doctorat en 1975[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

UPenn et Radcliffe Institute[modifier | modifier le code]

Drew Gilpin Faust enseigne à l'université de Pennsylvanie durant 25 ans. Elle préside le département dédié à l'étude de la civilisation américaine, et dirige le programme d'études féminines (Women's studies). En 2001, elle est nommée doyenne du Radcliffe Institute (Cambridge, Massachusetts)[2],[3].

Université Harvard[modifier | modifier le code]

Faust est élue en février 2007 à la présidence de l'université Harvard. Elle prend ses fonctions en juillet, devenant ainsi la première présidente depuis la fondation de l'université en 1636. Elle est également la première personne depuis Charles Chauncy (en), président de 1654 à 1672, à occuper ce poste sans être diplômée de Harvard[4]. Elle succède à l'économiste Lawrence H. Summers, contraint de démissionner en 2006 après avoir tenu des propos polémiques quant à un possible différentiel de capacité selon les sexes dans le domaine scientifique (l’intérim fut assuré par Derek Bok)[2],[5].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Faust est également administrateur (trustee) du Bryn Mawr College, de la Fondation Andrew W. Mellon (en) et du National Humanities Center (en)[4].

Domaine d'étude[modifier | modifier le code]

Drew Gilpin Faust est une spécialiste de la guerre de Sécession, à laquelle elle a consacré plusieurs ouvrages[1]. Le prix Francis Parkman (en) et le Avery O. Craven Award (en) sont décernés à son livre Mothers of Invention: Women of the Slaveholding South in the American Civil War, paru en 1996[2]. Son dernier livre paru, This Republic of Suffering: Death and the American Civil War, est édité en 2008[6].

Famille[modifier | modifier le code]

Drew Gilpin Faust est divorcée de son premier mari. En 1980, elle épouse Charles Rosenberg (en), historien de la médecine enseignant à l'université de Pennsylvanie. Leur fille Jessica, diplômée de Harvard, est employée en tant que contrôleur qualité (fact checker) par le magazine The New Yorker. Leah Rosenberg, la belle-fille de Drew Gilpin Faust, est professeur adjoint à l'université de Floride[1],[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Marcella Bombardieri, Maria Sacchetti, « In Faust, early bold streak », The Boston Globe,‎ 25 février 2007
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Sara Rimer, « A ‘Rebellious Daughter’ to Lead Harvard », The New York Times,‎ 12 février 2007
  3. Véronique Grousset, « Drew Faust, élue à la tête de Harvard », Le Figaro Magazine,‎ 16 février 2007
  4. a et b (en) Brian K. Sullivan, Matthew Keenan, « Harvard Names Faust to Be First Female President », Bloomberg,‎ 11 février 2007
  5. Éloi Laurent, « Et Harvard... nomma une femme », Les Échos,‎ 27 fevrier 2007
  6. (en) Geoffrey C. Ward, « Death’s Army », The New York Times,‎ 27 janvier 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :