Dennis Sciama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dennis William Sciama)
Aller à : navigation, rechercher

Dennis William Siahou Sciama (18 novembre 192618 décembre 1999) est un physicien britannique qui, à travers ses propres travaux et ceux de ses étudiants, joua un rôle majeur dans le développement de la physique britannique après la Seconde Guerre mondiale. Il est considéré comme l'un des pères de la cosmologie moderne[1],[2]. Il était membre de la Royal Society.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sciama est né à Manchester en Angleterre. Il était d'origine juive égyptienne du côté de son père et d'origine juive égyptienne et juive syrienne du côté de sa mère[3]. Son nom de famille était initialement orthographié "Shama."

Sciama obtint son PhD en 1953 à l'université de Cambridge sous la supervision de Paul Dirac, avec un mémoire sur le principe de Mach et l'inertie. Son travail influença ultérieurement la formulation des théories de la gravitation tenseur-scalaire.

Il enseigna à Cornell, au King's College de Londres, à Harvard et à l'université du Texas à Austin, mais passa l'essentiel de sa carrière à Cambridge (années 1950 et 1960) et à l'université d'Oxford (années 1970 et début des années 1980). En 1983, il déménagea d'Oxford à Trieste, devenant professeur d'astrophysique au International School of Advanced Studies (SISSA), et consultant pour le Centre international de physique théorique (en).

Durant les années 1990, il partagea son temps entre Trieste (avec une résidence à Venise) et Oxford, où il fut professeur visiteur jusqu'à la fin de sa vie. Son domicile principal demeura sa maison à Park Town, Oxford.

Sciama s'appuya sur sa connaissance étendue de la physique pour faire des connexions fructueuses entre de nombreux sujets en astronomie et en astrophysique. Il publia sur la radio-astronomie, l'astronomie des rayons X, les quasars, l'anisotropie du fond diffus cosmologique, le milieu interstellaire et intergalactique, la physique des particules et la nature de la matière noire. Ses travaux les plus importants concernent la relativité générale, avec et sans la gravité quantique, et les trous noirs. Il contribua à relancer l'alternative classique relativiste à la relativité générale appelée gravité d'Einstein-Cartan.

Au début de sa carrière, il soutint la théorie de l'état stationnaire de Fred Hoyle et travailla avec Hoyle, Hermann Bondi et Thomas Gold. Quand les preuves contre la théorie de l'état stationnaire, par exemple le fond diffus cosmologique, s'accumulèrent dans les années 1960, Sciama l'abandonna.

Durant sa retraite, Sciama défendit une théorie de la matière noire qui faisait presque exclusivement appel à un neutrino lourd, maintenant abandonnée.

De nombreux astrophysiciens et de cosmologistes importants de notre époque préparèrent leur doctorat sous la supervision de Sciama, dont notamment :

Sciama influença fortement Roger Penrose, qui dédicaça son livre The Road to Reality à la mémoire de Sciama. Le groupe qu'il anima dans les années 1960 à Cambridge (qui comprenait Ellis, Hawking, Rees et Carter) exerça une influence durable.

Sciama fut élu membre de la Royal Society en 1982. Il fut aussi membre honoraire de l'American Academy of Arts and Sciences, l'American Philosophical Society et l'Académie des Lyncéens de Rome. Il fut président de l'International Society of General Relativity and Gravitation de 1980 à 1984.

En 1959, Sciama épousa Lidia Dina, une anthropologue sociale, avec qui il a eu deux filles.

Ses travaux à SISSA et à l'université d'Oxford conduisirent à la création d'une série de conférences en son honneur, les Dennis Sciama Memorial Lectures[4]. En 2009, l'Institut de cosmologie de l'université de Portsmouth choisit de nommer son nouvel immeuble en son honneur.[citation nécessaire]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1959. The Unity of the Universe. London: Faber & Faber.
  • 1969. The Physical Foundations of General Relativity. New York: Doubleday. Science Study Series. Short (104 pages) and clearly written non-mathematical book on the physical and conceptual foundations of General Relativity. Could be read with profit by physics students before immersing themselves in more technical studies of General Relativity.
  • 1971. Modern Cosmology. Cambridge University Press.
  • 1993. Modern Cosmology and the Dark Matter Problem. Cambridge University Press.

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. [2]
  3. (en) Helge Kargh, Cosmology and Controversy: The Historical Development of Two Theories of the Universe H, University of Chicago Press,‎ 1999, 1nd éd., p. 220
  4. « Dennis Sciama Memorial Lectures » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-14, SISSA, Italie.
  • The Renaissance of General Relativity and Cosmology, eds. G. F. R. Ellis et al., Cambridge Univ. Press, 1993. (Contains a Sciama Festschrift with Sciama's complete scientific genealogy).
  • G. F. R. Ellis, "Obituary Dennis Sciama (1926–99)," Nature, 403, p. 722, 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]