Croix du mont Royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Croix du mont Royal
Image illustrative de l'article Croix du mont Royal
Présentation
Date de construction 16 mai 1924
Dimensions 31,4 m
Propriétaire Ville de Montréal
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Ville Montréal
Localisation
Coordonnées 45° 30′ 32″ N 73° 35′ 16″ O / 45.508888888889, -73.58777777777845° 30′ 32″ Nord 73° 35′ 16″ Ouest / 45.508888888889, -73.587777777778  

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Croix du mont Royal

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Croix du mont Royal

La croix du mont Royal est une croix sommitale et croix monumentale érigée au sommet du mont Royal, qui domine la ville de Montréal. Avec la basilique Notre-Dame de Montréal, l'oratoire Saint-Joseph et la tour du stade olympique, elle est l'un des principaux symboles de la ville.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1643, une croix en bois fut érigée par Paul Chomedey de Maisonneuve, fondateur de la colonie de Ville-Marie, pour accomplir un vœu qu'il avait fait à la Sainte Vierge après avoir prié pour l'arrêt d'une inondation dévastatrice.

En 1874, pour souligner son 40e anniversaire de fondation, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal énonce l’idée d’une croix sur le mont Royal en souvenir de celle de Maisonneuve.

Cinquante ans plus tard, le projet se réalise. Un comité des finances se forme. Des architectes préparent un plan. 104 200 bénévoles dont 4 200 adultes et 100 000 élèves de la province contribuent à la cause en offrant des timbres commémoratifs de la croix du mont Royal. Les timbres se vendent 5 cents chacun. 10 000 $ sont ainsi amassés.

Les travaux de construction débutent le 16 mai 1924. La pierre angulaire de la croix est bénie par Mgr Alexandre-Marie Deschamps. La structure métallique est réalisée par la compagnie Dominion Bridge selon les plans de Pierre Dupaigne, prêtre sulpicien. Les travaux se terminent à la mi-septembre 1924, mais la croix n'est illuminée pour la première fois que la veille du Noël. L'entreprise Montreal Light, Heat and Power fournit l’électricité gratuitement.

En 1929, la Société Saint-Jean-Baptiste offre la croix en cadeau à la Ville de Montréal mais aucun document ne l’atteste. Malgré tout, la Ville de Montréal assumait l’entretien de sa structure et de son illumination. En juin 2004, une résolution du Conseil municipal de la Ville de Montréal approuve enfin cet acte de cession de la croix du mont Royal.

La croix a notamment servi de lieu de pèlerinage lors du congrès eucharistique de Montréal en 1935.

En 1992, un système à fibres optiques facilite le transfert de couleur. Ce système a été inauguré le 15 mai dans le cadre des célébrations du 350e anniversaire de la fondation de Montréal.

Le 4 février 2009 se terminèrent d'importants travaux de restauration menés par la Ville de Montréal depuis 2007, une opération incluant notamment la remise en état des structures métalliques (extrêmement corrodées) et le remplacement du système d'éclairage utilisé depuis 1992.

Composée de diodes électroluminescentes polychromatiques (DEL), la nouvelle installation a une consommation énergétique de 3 950 W, soit 550 W de moins que l'ancien système à fibres optiques. Il est à noter que le changement de couleurs sera désormais contrôlable à distance.

Ces travaux auront coûté 2 millions de dollars. Ce montant inclut un investissement supplémentaire d'environ 500 000 $ qui est effectué en 2010 pour permettre d'achever l'aménagement autour du monument, incluant l'accessibilité et le mobilier urbain.

Structure et couleurs[modifier | modifier le code]

La croix du mont Royal avec les ampoules violet lors de la mort du pape Jean-Paul II en avril 2005

La croix est haute de 31,4 m et ses bras s'étendent sur 10 m. Sa structure métallique composée de quelque 1830 pièces reliées par plus de 6000 rivets totalise un poids de 26 tonnes, reposant sur huit pilastres de béton, rappelle les pylônes d'Hydro-Québec. Deux cent quarante ampoules de 75 watts, soit 120 ampoules sur chaque face de la croix, permettent son illumination.

La couleur des ampoules change lors d’évènements spéciaux. De blanche, elle passe au violet pour souligner la mort d’un pape ou d’un roi. Au cas premier, la tâche d'informer les montréalais revient à l'Archidiocèse de Montréal. La couleur jaune indique un couronnement. En 1975, le bleu illuminait la croix pendant les festivités de la Saint-Jean-Baptiste. Aux occasions variées, la couleur a été changée au rouge pour promouvoir le dépistage du SIDA. Le 28 mars 2009, la croix n'a pas été illuminée dans le but de souligner l'heure de la terre, une initiative mondiale faisant la promotion de l'économie d'énergie et de la lutte au réchauffement climatique.

La renonciation du pape Benoît XVI présentait un défi mineur : comment illuminer la croix quand le dernier jour arrive ? On annonce que la croix serait illuminé en blanc au cours de l’interrègne. C'est le 13 mars 2013 que François Ier est élu pape.

Capsule de temps[modifier | modifier le code]

Sous la croix, une plaque marque l'emplacement d'une capsule de temps déposée en 1992 dans le cadre des célébrations du 350e anniversaire de Montréal. Elle contient les messages et dessins de 12 000 enfants montréalais décrivant leurs visions du Montréal de l'an 2142. La capsule doit être en effet rouverte lors des célébrations du 500e anniversaire de Montréal[1].

Anecdote[modifier | modifier le code]

  • En 1988, Hans Marotte avait enrubanné la croix d'une immense bannière sur laquelle était écrit «Loi 101», geste qui lui avait valu une notoriété instantanée partout au Canada.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]