Cours du pétrole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cours du pétrole est la base du marché pétrolier. Il est constitué d'un ensemble de prix déterminés par les opérateurs du marché pétrolier, concernant principalement sa valeur propre, mais aussi sa valeur spéculée à différents termes.

Comment fixe-t-on les cours ?[modifier | modifier le code]

Les pétroles selon leurs qualités sont côtés comparativement à des pétroles de références, dont principalement quatre pétroles bruts, le Brent de la Mer du Nord et le West Texas Intermediate américain étant les deux principaux. Les prix d'environ la moitié de la production de la planète s'alignent sur ces deux références). Par rapport à sa référence, pour chaque pétrole est associée une prime ou une décote qui doit refléter sa qualité meilleure ou moindre que celle de sa référence[1].

Qui fixe les cours ?[modifier | modifier le code]

Quelques dizaines d'acteurs (une quarantaine en 2013, groupes pétro-gaziers, représentants de pays pétroliers (OPEP), négociants en hydrocarbures européens et américains, et quelques banques spécialisées dans le négoce de pétrole) fixent les prix, via un processus devenu peu transparent et complexe par « accumulation des règles successives imposées par les agences (Platts et Argus Media aussi nommé Petroleum Argus) chargées d'établir ces cotations afin justement de rendre le mécanisme le moins manipulable possible »[1].

Contexte influant sur les cours du pétrole[modifier | modifier le code]

Au delà de l'offre et de la demande en pétrole, plusieurs éléments alimentent la spéculation et les cours : ce sont notamment

  • les contextes juridiques nationaux et parfois régionaux ;
  • les annonces ou démentis de découvertes de nouveaux gisements ;
  • certains risques géostratégiques ; Le pétrole étant une ressource naturelle éminemment géostratégique, son cours peut rapidement évoluer selon l'actualité internationale (tensions, conflits... ) et des décisions politiques des pays producteurs, dont ceux de l'OPEP.
  • des coûts d'investissement croissants. En effet, l'épuisement des ressources facilement accessibles forcent les opérateurs à rechercher, exploiter et traiter les pétroles non-conventionnels, souvent plus sales et à extraire à grande profondeur, souvent en offshore ;
  • l'offre en énergies alternatives ;
  • le marché du carbone, etc.

Manipulations des cours[modifier | modifier le code]

Plusieurs cas d'opérations frauduleuses ou de manipulation des cours ont été dans le passé documentés dont l'affaire Pétrole contre nourriture.

Et en mai 2013, à propos des « cours du Brent », la Commission européenne soupçonne un abus de position dominante de la part de certains groupes industriels (Statoil) notamment). La commission a ouvert une enquête [1] visant à déterminer si des groupes pétrogaziers auraient pu s'entendre sur les prix (avec l'agence Platts) pour modifier les chiffres en "clôture du marché"[2] (depuis 2002 peut-être[2]). Ce faisant ils auraient aussi violé les règles de la concurrence et indirectement manipulé le cours mondial (qui pour la moitié de la production est en partie aligné sur le cours du Brent)[2]. Royal Dutch Shell, BP, Statoil et Platts ont annoncé qu'ils collaboreraient à l'enquête[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Frédéric Lasserre (2013)En 2013, Pétrole : Comment les cours auraient pu être manipulés , Journal Le Monde 2013-05-27, consulté 2013-06-03, consulté 2013-06-03 (Rem : F Lasserre est Président de « Belaco Capital », un fonds d'investissement matières premières, géré depuis Paris et créé en 2012par 2 anciens directeurs de la Société générale, selon Boursier.com)
  2. a, b, c et d Le Monde.fr avec AFP et Reuters (2013), Prix du pétrole : Bruxelles va examiner des soupçons d'entente , 2013-05-14, consulté 2013-06-03