Conseil mondial de l'eau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CME et WWC.

Le Conseil mondial de l'eau est une collaboration internationale d'ONG, de gouvernements et d'organisations internationales pour résoudre les problèmes liés à l'eau dans le monde.

Fondée en 1996, son siège est à Marseille. Elle regroupe en 2013 plus de 350 organisations à travers 50 pays.

Forum mondial de l'eau[modifier | modifier le code]

Elle organise, tous les 3 ans, le « Forum mondial de l'eau ». Le choix des dates du forum mondial de l'eau tient en compte l'inclusion de la Journée mondiale de l'eau, le 22 mars.

Chronologie des forums[modifier | modifier le code]

  • Le Premier forum mondial de l'eau a eu lieu à Marrakech (Maroc) en mars 1997.
  • Le Deuxième forum mondial de l'eau a eu lieu à La Haye (Pays-Bas) en mars 2000. Il réunit 5 700 participants dont 114 ministres et représentants de 130 pays et 500 journalistes.
  • Le Troisième forum mondial de l'eau a eu lieu dans trois villes japonaises : Kyōto, Ōsaka et Shiga, du 16 au 23 mars 2003.
  • Le Quatrième forum mondial de l'eau a eu lieu à Mexico du 14 au 22 mars 2006. Il a réuni 20 000 participants, dont plus de 120 ministres chargés de l’hydraulique, autour du thème « Des actions locales pour relever un défi global ». On y a discuté de travaux portant sur de nombreuses questions telles que le droit à l’eau déclarée « bien public universel », le financement de l’eau et les maladies hydriques.
  • Le Cinquième Forum mondial de l'eau a eu lieu à Istanbul en Turquie du 16 au 22 mars 2009. Le CICR appelle les gouvernements qui assistent au Forum à prendre l’engagement ferme de protéger les systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement en temps de guerre et à les maintenir en état de fonctionner dans les zones en proie à un conflit afin d’éviter leur effondrement complet[1].
  • Le Sixième forum mondial de l'eau a eu lieu à Marseille[2], en France, du 12 au 17 mars 2012[3],[4]. Le thème de cette édition était « le temps des solutions »[5].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Depuis novembre 2012, le président du Conseil mondial de l'eau (CME) est Benedito Braga, professeur d'ingéniérie civile et environnementale de l'Université de Sao Paulo au Brésil.

Cet organisme est désormais prêt à mettre son poids dans la balance pour que l'ONU reconnaisse l'accès à l'eau comme un droit fondamental et qu'on le balise par une charte, qui comprendrait les principes suivants :

  • L'accès à l'eau est un droit fondamental et les gouvernements ont la responsabilité d'en assurer l'accès à tous payant.
  • La gestion de l'eau doit être une responsabilité publique prépondérante, et ses modalités de gestion et de financement doivent reconnaître que le droit d'accès à tous fait une obligation de conserver la ressource aux gestionnaires et utilisateurs.
  • La gestion de l'eau, par les pouvoirs publics, doit reconnaître aux collectivités le pouvoir de gérer leur patrimoine aquatique, ce qui commande, aussi, des responsabilités de fiduciaire de la ressource commune d'abord et avant tout.
  • Les corps publics ne doivent pas hésiter à structurer les transferts de richesses au sein des sociétés en faisant payer l'eau plus cher aux riches qu'aux pauvres pour concrétiser le droit d'accès.
  • La gestion de l'eau ne doit pas se limiter aux problèmes de disponibilité de la ressource aqueuse ; elle doit aussi tenir compte de la nécessité de maintenir en vie les écosystèmes qui en dépendent et toute ponction, y compris celles des voisins assoiffés, ne peut se justifier si elle procède d'une logique de gaspillage et les ponctions supplémentaires aux besoins de base ne devraient être autorisées qu'à titre de solution ultime, par une application stricte du principe de précaution.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]