Christina Rossetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rossetti.

Christina Rossetti

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Christina Rossetti
réalisé par son frère, Dante Gabriel Rossetti.

Nom de naissance Christina Georgina Rossetti
Naissance
Londres, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès (à 64 ans)
Bloomsbury, Londres, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture anglais britannique

Christina Rossetti (Londres, 5 décembre 1830 - Londres, 29 décembre 1894) est une poétesse anglaise, sœur de Dante Gabriel Rossetti, William Michael Rossetti et de Maria Francesca Rossetti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Gabriele Rossetti était un poète italien, et sa mère, Frances Polidori, était la sœur d'un ami de Lord Byron, John Polidori. Son grand-père, Gaetano Polidori, propriétaire d'une private press, publiera ses premiers poèmes.

Christina naît à Londres et est éduquée par sa mère à la maison. Par la suite, elle n'épouse ni James Collinson ni Charles Cayley, en raison de motifs religieux[1].

Son recueil qui obtient le plus de succès lors de sa publication demeure Marché Gobelin (Goblin Market, 1862), où sont évoqués les gobelins, personnages fantastiques de la mythologie féerique anglo-saxonne qui symbolisent dans les poèmes de Christina Rossetti la tentation du Mal.

Elle est connue pour ses positions engagées et avant-gardistes : pacifiste, opposée à la cruauté envers les animaux, en faveur du suffrage des femmes.

Elle est morte d'un cancer à Bloomsbury en 1894. Elle est maintenant considérée comme une grande poétesse de l'époque victorienne, notamment depuis les articles que lui a consacré la romancière et essayiste britannique Virginia Woolf.

Style[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs de ses poèmes, comme Wife to Husband, elle a adopté le roundel, variation du rondeau.

Portraits[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Goblin Market and Other Poems (1862)
    Publié en français sous le titre Marché gobelin, traduit par Marianne Tomi, Nantes, Éditions MeMo, 2002 (ISBN 2-910391-40-X)
  • The Prince's Progress and Other Poems (1856)
  • Commonplace (1870)
  • Sing-Song: a Nursery Rhyme Book (1872, 1893)
  • A Pageant and Other Poems (1881)
  • Love Came Down at Christmas (1885)
  • Verses (1893)
  • New Poems (1895)
  • Uphill (1887)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle était une fervente anglicane. Or, Collinson s'était converti au catholicisme, et Cayley était agnostique.
  2. Nakaji Yoshikazu. Aspiration et invention : les poètes japonais et la « France ». In: Cahiers de l'Association internationale des études françaises, 2001, N°53. pp. 37-46. doi : 10.3406/caief.2001.1407 url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_2001_num_53_1_1407 Consulté le 11 janvier 2014
  3. Brooklyn Museum : http://www.brooklynmuseum.org/eascfa/dinner_party/heritage_floor/christina_rossetti.php
  4. Liste des femmes mentionnées sur The Dinner Party
  5. Ainsi que : http://viaf.org/viaf/search?query=local.names+all+%22Christina%20%20Rossetti,%201830%201894%22&sortKeys=holdingscount