Charlotte-Rose de Caumont La Force

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Caumont.

Charlotte-Rose de Caumont La Force, née en Guyenne en 1650 et morte en 1724, est une romancière et poétesse française, petite fille de Jacques Nompar de Caumont, fille de François de Caumont La Force, marquis de Castelmoron et de Marguerite de Viçose.

Protestante, elle se convertit en 1686 et reçoit de Louis XIV une pension de mille écus. Demoiselle de compagnie du Madame de Guise, elle se distingua bientôt à la cour par son esprit et sa grâce. Ses aventures firent beaucoup de bruit, surtout celles qu'elle eut avec le comédien Baron et avec le fils du président de Brion. En 1697, en raison de ces rumeurs scandaleuses à son sujet, le roi la force à se retirer à l’abbaye bénédictine de Gercy-en-Brie à peine de perdre sa pension. C’est là qu’elle a écrit ses mémoires, les Pensées chrétiennes de défunte de Mlle de La Force.

Ses ouvrages sont presque tous des romans historiques ou des recueils d’aventures galantes, écrits avec agrément. Ses premiers romans étaient dans la veine populaire des « histoires secrètes » très populaires en son temps, de courts romans relatant « l’histoire secrète » d’une personne célèbre et l’action généralement liée à une intrigue amoureuse, telle que l’Histoire secrète de Marie de Bourgogne (1694, 2 vol. in-12), l’Histoire secrète des amours de Henri IV, roi de Castille (1695), l’Histoire de Marguerite de Valois, reine de Navarre (1696), Gustave Vasa, histoire de Suède (Lyon, 1698, 2 vol. in-12) ; Histoire secrète de Catherine de Bourbon, duchesse, de Bar (Nancy, 1703, in-12), plusieurs fois réimprimée sous différents titres.

Elle est également connue pour sa participation (avec Henriette-Julie de Murat, Marie-Catherine d'Aulnoy, Marie-Jeanne L'Héritier de Villandon et Charles Perrault) à la vogue des contes de fées au XVIIe siècle. On lui doit Les Contes des Contes (1698) et Les Contes des Fées.

Ses romans ont eu beaucoup de succès en Europe au XVIIIe siècle.

Elle fut de l’Académie des Ricovrati de Padoue.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Contes de Mademoiselle Lhéritier, Mademoiselle Bernard, Mademoiselle de la Force, Madame Durand, Madame d'Auneuil, Éd. Raymonde Robert, Honoré Champion, « Collection Sources classiques », 2005 ISBN 9782745309808

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Souloumiac, Mademoiselle de La Force : un auteur méconnu du XVIIe siècle, La Force, A.R.A.H., 2004 ISBN 9782952080514
  • Georges Grente, Dictionnaire des lettres françaises : le XVIIe siècle, Éd. Patrick Dandrey, Coll. La Pochothèque, Paris, Fayard, 1996 ISBN 2253056642

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]