Charge de Burkel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charge de Burkel
Informations générales
Date 19 octobre 1918
Lieu Entre Oedelem et Maldegem, Belgique
Issue Victoire belge
Belligérants
Drapeau de la Belgique Belgique Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau de la Belgique Major van Strydonck et Colonel Jooris Drapeau de l'Allemagne
Forces en présence
1er régiment de Guides
Première Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l’Ouest

Liège (8-1914)Frontières (8-1914)Anvers (9-1914)Grande Retraite (9-1914)Marne (9-1914)Course à la mer (9-1914)Yser (10-1914)Ypres (10-1914)Messines (10-1914)Givenchy (12-1914)Champagne (12-1914) - Hartmannswillerkopf (1-1915)Neuve-Chapelle (3-1915)2e Ypres (4-1915)Artois (5-1915)Festubert (5-1915)Linge (7-1915)2e Artois (9-1915)2e Champagne (9-1915) - Loos (9-1915)Verdun (2-1916)Hulluch (4-1916)Somme (7-1916)Fromelles (7-1916)Arras (4-1917)Vimy (4-1917)Chemin des Dames (4-1917)2e Messines (6-1917)Passchendaele (7-1917)Cote 70 (8-1917)2e Verdun (8-1917)Cambrai (11-1917)Offensive du printemps (3-1918)Lys (4-1918)Aisne (5-1918)Bois Belleau (6-1918)2e Marne (7-1918)Château-Thierry (7-1918)Le Hamel (7-1918)Amiens (8-1918)Cent-Jours (8-1918)2e Somme (9-1918)Bataille de la ligne Hindenburg - Meuse-Argonne (10-1918)Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

Coordonnées 51° 11′ N 3° 24′ E / 51.1837, 3.3932 ()51° 11′ Nord 3° 24′ Est / 51.1837, 3.3932 ()  

La Charge de Burkel fut une escarmouche entre les forces belges et allemandes en octobre 1918, durant la Première Guerre mondiale. Elle est connue comme la dernière charge de cavalerie d'Europe occidentale[1]

Contexte[modifier | modifier le code]

La division de cavalerie belge fut utilisée sur le front occidental comme une formation d'infanterie. Ses chevaux furent gardés près du front pour des missions de ravitaillement. En octobre 1918, les allemands reculent quotidiennement et la cavalerie reçoit pour mission de combattre l'arrière-garde pour accélérer cette retraite.

La charge[modifier | modifier le code]

Dans l'après-midi du 19 octobre, le Major Van Strydonck, commandant le 2e groupe (3e et 4e escadrons) du 1er régiment des Guides, reçut l'ordre du général baron Buffin « Franchir par un coup de force à cheval les lignes de mitrailleuses ennemies. A hauteur de Burkel, se rabattre de chaque côté de la route et prendre l'ennemi à revers ; deux auto-mitrailleuses précéderont la colonne. »[2]

Le 1er groupe (1er et 2e escadrons) du régiment, sous les ordres du colonel Jooris, fut arrêté par le tir des mitrailleuses et fut forcé de continuer l'attaque à pieds et de demander un tir d'artillerie pour créer une brèche.

Au cri de « En avant, mes enfants... pour le Roi ! »[2], la cavalerie chargea les lignes ennemies à 16h30[2]. La charge était précédée par 2 autos-blindées. Après avoir avancé en silence, ils chargèrent les allemands retranchés dans la forêt du hameau de Burkel. La première ligne de mitrailleuses allemandes fut franchie avec peu de pertes, autorisant la cavalerie à progresser de 3 kilomètres supplémentaires jusqu'à la confrontation avec la seconde ligne de mitrailleuses. Les 2 autos-blindées furent immobilisées, conducteurs tués et pneus crevés, et les cavaliers victimes d'un terrain défavorable, durent poursuivre leur attaque pieds à terre. A 17h00, les allemands, dépassés, battent en retraite.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La charge fut fêtée en Belgique et le 1er régiment des Guides fut autorisé à ajouter la citation "Burkel" à son étendard. Le Major Van Strydonck, qui avait commandé la charge, fut anobli baron et reçut le titre "de burkel" en reconnaissance de son héroïsme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La dernière charge de cavalerie en Europe par l'armée belge », 1914-1918.be (consulté le 1 mai 2013)
  2. a, b et c « Le combat de Burkel », Regiment-premier-guides.com (consulté le 1 mai 2013)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le combat de Burkel », Regiment-premier-guides.com (consulté le 1 mai 2013)
  • Lieutenant William Parmentier, Historique du premier régiment des Guides, avec lettre-préface du lieutenant-général baron Buffin, SA. M. Weissenbruch, Bruxelles, 1928.