Château de Loyat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Loyat
Image illustrative de l'article Château de Loyat
Vue aérienne du château de Loyat
Architecte Olivier Delourme
Début construction 1718
Fin construction 1734
Propriétaire initial Béatrice de Rostrenen
Jean d'Acigné
Destination initiale Forteresse
Propriétaire actuel Gilles Dargnies
Destination actuelle Animations, concerts et réceptions
Protection Logo monument historique Classé MH (1945)
Logo des sites naturels français Site classé (1967, Abords)
Site web www.chateaudeloyat.com/
Coordonnées 47° 59′ 47″ N 2° 24′ 25″ O / 47.99625, -2.40708347° 59′ 47″ Nord 2° 24′ 25″ Ouest / 47.99625, -2.407083  
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France États de Bretagne
Département Morbihan
Commune Loyat

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Loyat

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Château de Loyat

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Château de Loyat

Le château de Loyat est un château du XVIIIe siècle situé à Loyat, près de Ploërmel, dans le département du Morbihan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne forteresse relevant du vicomté de Porhoët, le château de Loyat est construit au début du XVIe siècle par Béatrice de Rostrenen, épouse de Jean d'Acigné.

Louis de Coëtlogon, procureur général et syndic des États de Bretagne, achète le château vers 1675, mais ce dernier est en mauvais état et difficilement restaurable. La décision est prise de construire un nouveau château dans le prolongement de la forteresse d'origine. Son fils, René Charles de Coëtlogon, vicomte de Loyat, qui en hérite fait appel à l'architecte vannetais Olivier Delourme. Son oncle, Alain Emmanuel de Coëtlogon, futur maréchal de France et vice-amiral du Levant, participe au financement de l'opération.

Reconstruit entre 1718 et 1734, le château sort de la famille de Coëtlogon en 1791 à la mort du dernier vicomte de Loyat, Emmanuel Louis, dit le comte de Coëtlogon, lieutenant général des armées du Roi, décédé sans postérité. En raison du grand nombre d'héritiers, le château est vendu. Il porte toujours en son fronton de granit l'écusson aux trois bannières de Bretagne, armoiries des Coëtlogon (de gueules à trois écussons d'hermines).

Le château n’a pratiquement pas été remanié depuis lors, à l'exception du parc.

En 1830, le nouveau propriétaire le comte de Champagny, supprime les douves pour créer l’allée centrale, et réaménage une partie des terrasses. Resté dans la même famille depuis 1885, le château de Loyat est aujourd’hui entouré d’un domaine forestier de 160 hectares.

Le château, avec ses pavillons d'entrée, ses dépendances, les étangs et le parc, est entièrement classé au titre des monuments historiques par arrêté du 8 juin 1945[1].

En 2008, la restauration de la façade principale du château orientée au sud est réalisée, avec l’aide de la Direction régionale des Affaires culturelles à hauteur de 25 %, du Conseil régional de Bretagne et du Conseil général du Morbihan. Ces travaux concernent les parties saillantes de la façade, à savoir sa travée centrale et ses deux pavillons ainsi que les deux pavillons isolés.

Parc[modifier | modifier le code]

Le parc à la française dans le style d'André Le Nôtre, jardinier du Roi Louis XIV, comporte une succession de terrasses à flanc de coteau, des allées et avenues rayonnant du château et un jeu de ruisseaux reliant entre eux des étangs, dont le majestueux miroir d'eau à proximité du château.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Dargnies, Deux œuvres majeures d'Olivier Delourme en Morbihan intérieur : les châteaux de Kerguéhennec et Loyat, origines, transformations et problématiques d'avenir, mémoire de master, Histoire des arts, Université Rennes 2, 2013 (lire en ligne)
  • Erwann Le Franc, Les architectes en Bretagne au temps du Roi Soleil, Bulletin et mémoires de la Société Polymathique du Morbihan, tome CXXXI, p. 385-423.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]