Catherine Matausch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Catherine Matausch
Naissance 5 mars 1960 (54 ans)
Brignoles (Var)
Profession Journaliste
Médias
Média principal Télévision
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite Soir 3

Catherine Matausch, née le 5 mars 1960 à Brignoles (Var)[1], est une journaliste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Catherine Matausch est diplômée de l'IUT de journalisme de Bordeaux[2].

Après un stage à Var-Matin durant l'été 1982[2], elle rejoint FR3, d'abord en Bourgogne puis à Nancy (Meurthe-et-Moselle) et Amiens (Somme)[2]. En novembre 1982, elle devient présentatrice du journal régional de la Picardie[2].

En avril 1987, elle rejoint la rédaction nationale de FR3, future France 3, en tant que reporter au service Société[2]. Dès l'été suivant, elle est remplaçante à la présentation du journal du soir, le 19/20[2]. De janvier 1989 à janvier 1990, elle coprésente cette édition avec Éric Cachart[2]. Elle couvre ensuite l'actualité de la santé[2].

En septembre 1992 , elle présente le Soir 3 en semaine. Elle assure la présentation du Soir 3 le week-end d' avril 1994 à septembre 1996[1] puis du 12/13 puis 12/14 en semaine de 1997 à 2004[1]. Depuis 2004, elle présente les éditions du week-end du 12/13 et du 19/20[1].

De janvier 2004[2] jusqu'à l'arrêt de l'émission en 2009, dans le cadre de l'émission Le Jour du Seigneur, Catherine Matausch animait parallèlement une fois par mois l'émission Agapè sur France 2 en alternance avec Hervé Claude.

Également artiste-peintre[3], elle a fait l'objet de plusieurs expositions depuis 2006, elle signe ses toiles « CathMath »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « Catherine Matausch », sur premiere.fr (consulté le 2 décembre 2010)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (fr) « Un été à la carte - Catherine Matausch », sur france3.fr (consulté le 25 avril 2012)
  3. Le blog de Catherine Matausch
  4. (fr) « Catherine Matausch », sur forcedynamique.blog.fr,‎ 10 septembre 2010