Canal de Corinthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Canal de Corinthe
Illustration.
Navire et remorqueur dans le canal
Géographie
Pays Grèce
Début Golfe de Corinthe, dans la mer Ionienne, à l'ouest
37° 57′ 07″ N 22° 57′ 37″ E / 37.951854, 22.960147 ()  
Fin Golfe Saronique, dans la mer Égée, à l'est
37° 54′ 59″ N 23° 00′ 36″ E / 37.916364, 23.009865 ()  
Traverse Isthme de Corinthe (qui relie la péninsule du Péloponnèse à la Grèce continentale)
Caractéristiques
Longueur 6,343 km
Gabarit jusqu'à 10 000 t et 8 m de tirant d'eau
Mouillage 8 m (maximum)
Histoire
Année début travaux 1882
Année d'ouverture 1893

Le canal de Corinthe (en grec moderne : Διώρυγα της Κορίνθου) est une voie d'eau artificielle creusée à travers l'isthme de Corinthe, en Grèce, pour relier le golfe de Corinthe, dans la mer Ionienne, à l'ouest, au golfe Saronique, dans la mer Égée, à l'est. Le canal de Corinthe fait donc du Péloponnèse une île, puisqu'il perce de part en part l'isthme reliant cette péninsule au reste du territoire grec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le VIIe siècle av. J.-C., les Bacchiades de Corinthe avaient relié le golfe Saronique au golfe de Corinthe par un chemin de bois pour le roulage des navires. Au VIe siècle av. J.-C., on roulait les bateaux grâce à une voie dallée munie d'ornières de guidage pour les bers (berceaux) portant les navires ; ces bers étaient tirés par des cordages entraînés par des contrepoids. Ce système appelé diolkos (en grec moderne : δίολκος) est parfois considéré comme le premier transport guidé connu.

La première tentative de construction d'un canal à cet endroit est attribuée à Néron en 67, qui inaugura les travaux avec une pelle en or. Elle mobilise 6 000 prisonniers juifs envoyés par Vespasien. L'année suivante, à la mort de Néron, son successeur Galba abandonne le projet, jugé trop onéreux.

En 1829, Pierre Théodore Virlet d'Aoust, membre de la Commission de Morée, dresse un projet de canal présenté au gouvernement grec dirigé par Ioánnis Kapodístrias après l'indépendance de la Grèce. Ce projet est estimé à 40 millions de francs-or.

En novembre 1869, l'ouverture du canal de Suez amène le gouvernement grec à faire voter une loi sur l'ouverture de l'isthme de Corinthe. Le gouvernement grec désigne les entrepreneurs français E. Piat et M. Chollet pour en faire la réalisation mais elle reste à l'état de projet.

Le général d'origine hongroise, naturalisé italien, István Türr rencontre en 1880 le gouverneur de la Banque nationale de Grèce pour étudier la possibilité de réaliser le canal dans le cadre de la loi de concession de 1869. Il fait étudier le projet par l'ingénieur Béla Gerster en partant du projet de Virlet d'Aoust. En 1881, le gouvernement grec confie le projet à Türr et signe un accord de concession de 99 ans.

Une compagnie française, la Société internationale du canal maritime de Corinthe, est fondée en 1882 par Istvan Türr et le banquier français Jacques de Reinach avec un capital qui est fixé à 30 millions de francs-or.

Les travaux, commencés le 29 mars 1882, sont officiellement lancés le 23 avril en présence du roi de Grèce Georges Ier. Ils se révèlent beaucoup plus difficiles que prévu, compte tenu d'études géologiques incomplètes et du coût supplémentaire des équipements. Les travaux devaient durer quatre ans, mais les difficultés vont faire douter les investisseurs de la solvabilité de l'opération financière. La société n'arrive plus à lever des fonds à la Bourse de Paris à la suite de la faillite de la Compagnie chargée du canal de Panama, le 4 février 1889. La société est en banqueroute en juillet 1889. Les travaux s'arrêtent alors que 8 200 000 m3 ont été terrassés et qu'il en reste 2 600 000 m3.

Andréas Syngrós constitue une nouvelle société grecque qui reprend la construction en 1890. Les travaux continuent à être dirigés par Béla Gerster.

L'inauguration solennelle a lieu le 25 juillet 1893 en présence du roi Georges Ier. La mise en circulation a lieu en janvier 1894 et le premier bateau à traverser le canal est un navire français de 110 m de long et 13 m de large, le Notre Dame du Salut.

Le canal en chiffres[modifier | modifier le code]

Le canal mesure 6 343 m de longueur et 21 m de largeur. La tranchée atteint une profondeur maximale de 52 m pour un mouillage de 8 mètres. Il permet d'éviter aux navires de moins de 10 000 tonnes et 8 mètres de tirant d'eau un long détour de 400 km autour de la péninsule.

Il est donc principalement utilisé aujourd'hui par des navires de tourisme. Environ 11 000 navires empruntent cette voie chaque année.

Ponts submersibles[modifier | modifier le code]

Depuis 1988, deux ponts submersibles permettent de franchir le canal à chacune de ses extrémités, à l'ouest le pont de Poseidonia (37° 57′ 00″ N 22° 57′ 45″ E / 37.950103, 22.962378 (Pont submersible de Poseidonia)), à l'est, le pont d'Isthmia (37° 55′ 06″ N 23° 00′ 25″ E / 37.918201, 23.006959 (Pont submersible d'Isthmia)). Mais l'essentiel du trafic routier est supporté par des ponts conventionnels et notamment un pont autoroutier. Le canal est également franchi par deux passerelles ferroviaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]