Cœur de chien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cœur de chien (Собачье сердце) est une nouvelle satirique fantastique de Mikhaïl Boulgakov écrite en 1925.

Historique[modifier | modifier le code]

La nouvelle Cœur de chien a été écrite pour le journal littéraire Les Entrailles (Niedra) en 1925, mais elle ne sera pas publiée alors car elle est jugée contre-révolutionnaire. Publiée à l'étranger, elle le sera pour la première fois en URSS dans le numéro 6 du journal L'Etendard (Znamia) en 1987.

Résumé[modifier | modifier le code]

Filip Filippovitch Preobrajenski est un chirurgien de renommée mondiale exerçant à Moscou, rue Prechistenka. Il habite, avec sa cuisinière Daria Petrovna et sa bonne à tout faire Zina, dans un luxueux appartement de sept pièces, où il consulte, réalise des opérations chirurgicales et pratique des études cliniques, assisté du docteur Bromenthal. Cette relative abondance d'espace est contestée par le nouveau comité d'administration de l'immeuble et son président Schwonder, qui voudrait lui voir céder une des sept pièces pour pouvoir y installer un nouveau locataire.

Un jour d'hiver 1924, il ramasse dans la rue un chien errant, auquel il va substituer chirurgicalement l'hypophyse et les testicules par ceux d'un homme, dans le but d'étudier l'influence de ces organes sur le rajeunissement de l'organisme. Mais de curieux effets secondaires suivent l'opération: le chien se transforme peu à peu en homme et commence même à parler.

Le chien devenu homme s'avère d'un sans-gêne sans égal et fait vivre à la maisonnée un véritable enfer en multipliant les bêtises. Avec l'aide de Schwonder, il parvient à acquérir des papiers, le nom "Poligraf Poligrafovich Bouboulov" et le statut officiel de locataire de l'une des chambre de l'appartement du docteur Preobrajenski. Il entame même une carrière à la sous-section d'épuration des animaux errants, où il se spécialise dans l'élimination des chats (dont les peaux servent de fourrures aux travailleurs).

Les conflits entre Bouboulov et la maison Preobrajenski s'accentuent, et Bouboulov, dans le but de faire arrêter Preobrajenski, dénonce auprès de la police politique les propos contre-révolutionnaires fréquemment tenus par Preobrajenski. La dénonciation est néanmoins interceptée par une relation de Preobrajenski au sein de la police politique et est rapportée à ce dernier.

Au retour de Bouboulov, Preobrajenski signifie à Bouboulov qu'il n'est plus le bienvenu dans l'appartement. Une bagarre éclate et Bouboulov est maîtrisé par Bromenthal.

Quelques jours plus tard, Schwonder accompagne la police criminelle qui interroge Preobrajenski sur la supposée disparition de Bouboulov. Preobrajenski rétorque que ce denier n'a jamais disparu et présente pour preuve un individu qui est en train de se "re-transformer" en chien. Preobrajenski explique que la science ne sait pas encore transformer les chiens en hommes, mais il est suggéré que le docteur a simplement réimplanté les organes originaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]