Blues touareg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le blues touareg est un genre dérivé du blues. C'est la musique des ishumars (du français « chômeur ») c’est-à-dire de la génération de Touaregs qui a connu la sécheresse, l'exil, puis les camps d'entraînement en Libye dans les années 1980-1990. En tamacheq, il existe un mot pour désigner ce courant musical : Assouf, qui signifie la nostalgie.

Les précurseurs de ce style musical sont Abdallah ag Oumbadougou au Niger et Ibrahim ag Alhabib, Alhassane ag Touhami et Entayaden au Mali. Au son des guitares acoustiques et électriques, ils ont porté les revendications de leur peuple pendant la rébellion touarègue des années 1990, faisant ainsi de la musique une arme si puissante que les gouvernements du Mali et du Niger en avaient interdit l'écoute. Malgré les menaces, les cassettes clandestines ont circulé dans tout le pays touareg, répandant des messages de révolte en tamacheq, appelant les jeunes hommes à prendre les armes. Aujourd'hui, les accords de paix ont été signés et c'est en légendes vivantes qu'ils donnent des concerts dans leur pays, dans le monde entier pour les membres du groupe Tinariwen et pour Abdallah.

Ils ont créé un style unique, mélange de musique moderne (blues, rock…), de musique arabe et de musique traditionnelle touarègue, qui parle aussi bien d'amour et d'honneur, que de politique et de faits guerriers. Dans leur lignée, de nombreux groupes sont nés et la guitare est devenue très populaire chez les Touaregs, remplaçant peu à peu l'imzad, préservant une culture traditionnelle orale en l'ancrant profondément dans le présent.

En 2008, la compilation Ishumar, musique touarègue de résistance réunit pour la première fois sur un même disque les principaux artistes de blues touareg.

Groupes et chanteurs de blues touareg[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]