Bataille d'Abensberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille d'Abensberg
Napoléon Ier harangue les troupes bavaroises et wurtembourgeoises à Abenberg (Jean-Baptiste Debret)
Napoléon Ier harangue les troupes bavaroises et wurtembourgeoises à Abenberg (Jean-Baptiste Debret)
Informations générales
Date 20 avril 1809
Lieu Abensberg, Bavière
Allemagne
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de Bavière Royaume de Bavière
Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg
Flag of the Habsburg Monarchy.svg Empire d'Autriche
Commandants
Napoléon Ier Charles Louis d'Autriche
Forces en présence
55 000 hommes 42 000 hommes
Pertes
1 017 morts ou blessés 492 morts
2 219 blessés
~ 4 000 prisonniers
Cinquième coalition
Batailles
Campagne d'Allemagne et d'Autriche

Sacile - Teugen-Hausen - Raszyn - Abensberg - Landshut - Eckmühl - Ratisbonne - Neumarkt (en) - Radzymin (en) - Caldiero (en) - Dalmatie (en) - Ebersberg - Piave - Malborghetto (en) - Linz (en) - Essling - St-Michel (en) - Stralsund (en) - Raab - Gratz - Wagram - Korneuburg (en) - Gefrees (en) - Schöngrabern (en) - Znaïm - Ölper (en)


Traité de Schönbrunn

Batailles navales
Martinique - Sables-d'Olonne - Île d'Aix - Walcheren - Grand Port - Lissa - Pelagosa


Campagne d'Espagne


Rébellion du Tyrol
Axams - Sterzing - Innsbrück - Kufstein - Volano - Lofer - Waidring - Wörgl - Strass im Zillertal - 1re Bergisel - 2e Bergisel - Franzensfeste - Pontlatzer Brücke - 3e Bergisel - Unken - Lueg - Hallein - Melleck - 4e Bergisel - Pustertal - Meran - Sankt Leonhard in Passeier

La bataille d'Abensberg eut lieu le 20 avril 1809, entre une coalition rassemblant la France, le Wurtemberg (VIIIe Corps) et la Bavière (VIIe Corps) sous les ordres de Napoléon Ier forte de 90 000 hommes, et les 80 000 Autrichiens de l'Archiduc Charles d'Autriche.

À la gauche des armées coalisées, le corps du maréchal Lannes repoussa les Autrichiens qui n'opposèrent qu'une faible résistance. Au centre, les Bavarois subirent de fortes pressions, mais Napoléon parvint à contourner l'armée autrichienne par la droite, et à l'attaquer par le flanc, ce qui contraint Charles d'Autriche à ordonner la retraite. Les Autrichiens perdirent 7 000 hommes (2 800 morts et 4 000 prisonniers) ; les armées coalisées, elles, environ 3 000 tués ou blessés.

Essayant désespérément de reprendre l'initiative des combats à l'Archiduc Charles au début de la campagne de 1809, Napoléon Bonaparte consolida ses forces, laissées dans un état de totale confusion par leur commandant précédent. C'est à Abensberg, qu'il parvint à relancer ses offensives.

Bien qu'inférieures numériquement, les 113 000 hommes de Napoléon parvinrent à diviser les 160 000 Autrichiens en deux forces distinctes.

Charles fut forcé de se retirer à l'Est d'Eckmühl et le général Johann von Hiller au Sud-est vers Landshut. Chacun fut par la suite contraint de se battre séparément.

Articles connexes[modifier | modifier le code]