Bataille de Teugen-Hausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Teugen-Hausen
Le maréchal Davout à Teugen-Hausen
Le maréchal Davout à Teugen-Hausen
Informations générales
Date 19 avril 1809
Lieu Teugn, Bavière
Allemagne
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Flag of the Habsburg Monarchy.svg Empire d'Autriche
Commandants
Louis Nicolas Davout Friedrich von Hohenzollern-Hechingen
Forces en présence
28 000 hommes 28 000 hommes
Pertes
4 000 morts ou blessés 4 000 morts ou blessés
Cinquième coalition
Batailles
Campagne d'Allemagne et d'Autriche

Sacile · Teugen-Hausen · Raszyn · Abensberg · Landshut · Eckmühl · Ratisbonne · Neumarkt (en) · Radzymin (en) · Caldiero (en) · Dalmatie (en) · Ebersberg · Piave · Malborghetto (en) · Linz (en) · Essling · St-Michel (en) · Stralsund (en) · Raab · Gratz · Wagram · Korneuburg (en) · Gefrees (en) · Schöngrabern (en) · Znaïm · Ölper (en)


Traité de Schönbrunn

Batailles navales
Martinique · Sables-d'Olonne · Île d'Aix · Walcheren · Grand Port · Lissa · Pelagosa


Campagne d'Espagne


Rébellion du Tyrol
Axams · Sterzing · Innsbrück · Kufstein · Volano · Lofer · Waidring · Wörgl · Strass im Zillertal · 1re Bergisel · 2e Bergisel · Franzensfeste · Pontlatzer Brücke · 3e Bergisel · Unken · Lueg · Hallein · Melleck · 4e Bergisel · Pustertal · Meran · Sankt Leonhard in Passeier

Coordonnées 48° 54′ N 12° 01′ E / 48.9, 12.016748° 54′ Nord 12° 01′ Est / 48.9, 12.0167  

La Bataille de Teugen-Hausen (connue également sous le nom de Bataille de Tengen) eut lieu le 19 avril 1809, et se termina par une victoire des troupes françaises, commandées par le Maréchal Louis Nicolas Davout, sur l'armée autrichienne de l'Archiduc Charles d'Autriche. La bataille marqua le début d'une campagne de quatre jours qui allait se terminer par la victoire française à Eckmühl.

Situation avant la bataille[modifier | modifier le code]

Dans les premières heures du 10 avril 1809, 140 000 Autrichiens sous les ordres de l'archiduc Charles traversèrent l'Inn et entrèrent en Bavière, alors qu'au même moment l'archiduc Jean traversait la frontière italienne avec l'armée autrichienne d'Italie. Ces deux mouvements de troupe marquèrent le début des guerres de la Cinquième coalition. Leur but était de fixer et détruire les forces françaises et alliées dans ces régions pendant que la Grande Armée de Napoléon était engagée en Espagne dans la Campagne d'Espagne.

Napoléon ne s'attendait pas à ce que les Autrichiens lui déclarent la guerre et lancent une offensive au printemps 1809. Ainsi, les premières semaines de la campagne furent marquées par plusieurs défaites françaises. La progression des Autrichiens en Bavière et en Italie obligea Napoléon à quitter l'Espagne, ordonnant au maréchal Berthier de lever l'Armée d'Allemagne avec des troupes françaises et alliées sur le front du Danube.

Les Autrichiens continuèrent leur progression en Bavière, balayant l'armée bavaroise. Les troupes du IIIe Corps du maréchal Davout étaient situées non loin de Ratisbonne. Dans la confusion suivant l'attaque autrichienne, Davout se retrouva isolé près de Regensburg sur les rives du Danube.

Le 16 avril, l'Armée d'Italie de l'archiduc Jean remporta une victoire sur l'armée franco-italienne du vice-roi Eugène de Beauharnais, lors de la Bataille de Sacile.

La bataille[modifier | modifier le code]

L'archiduc Charles se rendit compte de la position fragile du corps de Davout. Avec le Danube derrière lui, une défaite des troupes de Davout signifierait certainement la destruction totale de la force. L'archiduc Charles décida donc de saisir cette chance de détruire l'armée française dans cette région du Danube, aussi il disposa trois corps de son armée et se prépara à l'attaque. Les Autrichiens se déplacèrent au Nord, vers Regensburg, la dernière position connue de Davout.

Pendant ce temps là, Davout avait déplacé ses troupes au Sud-est dans l'espoir de rejoindre les troupes bavaroises et les autres unités françaises. À 11h00, le 19 avril, près du village de Teugn, le IIIe corps du feld-maréchal Friedrich von Hohenzollern-Hechingen commit une erreur face au corps de Davout, advançant au-delà de la ligne de marche de la division du général Saint Hilaire.

Le terrain autour de Teugn est très boisé, et donc les lignes de communication très entravées. Hohenzollern, réalisant qu'il avait enfin trouvé le corps de Davout, déploya immédiatement son IIIe corps pour repousser l'attaque française inévitable. Il envoya un message pour informer l'Archiduc, et pour lui demander que le IVe corps ainsi que les Grenadiers de réserve de l'archiduc Charles lui fussent envoyés en renfort pour affronter Davout. La configuration du terrain ne facilita pas l'arrivée du courrier, et quand l'archiduc reçut finalement le message, il hésita à déployer sa réserve sans plus de renseignement. À trop hésiter, l'archiduc Charles perdit l'occasion de détruire un des corps d'élite de Napoléon.

Le talent de Davout et la qualité de ses troupes, allaient avoir raison des hommes d'Hohenzollern. Davout parvint à repousser le IIIe corps jusqu'au village d'Hausen, ouvrant ainsi une ligne de communication avec ses alliés Bavarois venant de l'Ouest. La bataille se termina vers 17h00, lorsqu'un violent orage mit fin aux combats. Les deux camps comptèrent environ 4 000 morts ou blessés, mais le IIIe corps de Davout sortit indéniablement vainqueur de l'affrontement, et il allait parvenir peu après à rejoindre ses alliés près d'Abensberg.