Bataille de Landshut (1809)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Landshut
Le général Georges Mouton, aide-de-camp de l'Empereur, mène les compagnies de grenadiers du 17ème de ligne sur le pont de Landshut.
Le général Georges Mouton, aide-de-camp de l'Empereur, mène les compagnies de grenadiers du 17ème de ligne sur le pont de Landshut.
Informations générales
Date 21 avril 1809
Lieu Landshut
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg
Royaume de Bavière Royaume de Bavière
Flag of the Habsburg Monarchy.svg Empire d'Autriche
Commandants
Napoléon Ier Johann von Hiller
Forces en présence
36 000 hommes 40 000 hommes
Pertes
774 hommes[1] 1 543 tués ou blessés
6 227 prisonniers[1]
Cinquième coalition
Batailles
Campagne d'Allemagne et d'Autriche

Sacile - Teugen-Hausen - Raszyn - Abensberg - Landshut - Eckmühl - Ratisbonne - Neumarkt (en) - Radzymin (en) - Caldiero (en) - Dalmatie (en) - Ebersberg - Piave - Malborghetto (en) - Linz (en) - Essling - St-Michel (en) - Stralsund (en) - Raab - Gratz - Wagram - Korneuburg (en) - Gefrees (en) - Schöngrabern (en) - Znaïm - Ölper (en)


Traité de Schönbrunn

Batailles navales
Martinique - Sables-d'Olonne - Île d'Aix - Walcheren - Grand Port - Lissa - Pelagosa


Campagne d'Espagne


Rébellion du Tyrol
Axams - Sterzing - Innsbrück - Kufstein - Volano - Lofer - Waidring - Wörgl - Strass im Zillertal - 1re Bergisel - 2e Bergisel - Franzensfeste - Pontlatzer Brücke - 3e Bergisel - Unken - Lueg - Hallein - Melleck - 4e Bergisel - Pustertal - Meran - Sankt Leonhard in Passeier

La bataille de Landshut eut lieu le 21 avril 1809, entre les armées alliées de France, de Wurtemberg (VIIIe Corps) et de Bavière (VIIe Corps) sous les ordres de Napoléon fortes d'environ 77 000 hommes, et les 36 000 Autrichiens du général Johann von Hiller. Elle se termina par une victoire française.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

La bataille commença avec la retraite du général Hiller et de ses 36 000 hommes suite à la bataille d'Abensberg. Le commandant des forces françaises, le maréchal Lannes se lança à la poursuite d'Hiller, pensant qu'il pourrait anéantir une grande partie de l'Armée autrichienne. Accompagnant la force sous les ordres du maréchal Lannes, 57 000 hommes sous les ordres du maréchal Masséna se déplacèrent pour intercepter Hiller et l'empêcher de s'échapper. Les Autrichiens, bien que dépassés numériquement, se battirent farouchement jusqu'à l'arrivée de Napoléon Bonaparte, à partir de ce moment, la victoire française ne fit plus de doutes. Le général Marbot, dans ses mémoires, rappelle que Napoléon apercevant par hasard son aide de camp, le général Mouton qui venait d'arriver, lui avait dit "Vous arrivez fort à propos !...Placez-vous à la tête de cette colonne et enlevez la Ville de Landshut !", ce qu'il fit. Après la campagne, l'Empereur fit porter chez lui un remarquable tableau d'Hersent, dans lequel le général Marbot est représenté marchant à la tête de sa colonne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alain Pigeard, Dictionnaire de la Grande Armée, Tallandier Éditions, 2002, p694-695.

Voir aussi[modifier | modifier le code]