Avenue Jean-Jaurès (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Jean-Jaurès.
19e arrt
Avenue Jean-Jaurès
Avenue Jean-Jaurès vue en direction de la porte de Pantin.
Avenue Jean-Jaurès vue en direction de la porte de Pantin.
Situation
Arrondissement 19e
Quartier Quartier de la Villette
Amérique
Début Place de la Bataille-de-Stalingrad
Fin Porte de Pantin
Voies desservies 2
Historique
Dénomination 19 août 1914
Ancien(s) nom(s) Grand chemin de Meaux,
route de Meaux,
rue d'Allemagne,
avenue d'Allemagne

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Jean-Jaurès
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 53′ 10″ N 2° 23′ 00″ E / 48.886201, 2.383368

L’avenue Jean-Jaurès est la plus grande avenue du 19e arrondissement de Paris, nommé en 1914 d'après l'homme politique socialiste français Jean Jaurès (1859-1914).

L'avenue Jean-Jaurès relie la place de la Bataille-de-Stalingrad à la porte de Pantin.

(M) Ce site est desservi par les stations de métro JaurèsLaumièreOurcq et Porte de Pantin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Barricade sur la rue d'Allemagne (avenue Jean-Jaurès) en 1871.

Au fil des siècles, la voie aujourd'hui appelée avenue Jean-Jaurès a toujours constitué une des artères principales d'entrée dans Paris par l'est. Dénommée successivement « grand chemin de Meaux », « route de Meaux » puis « rue d'Allemagne », elle porte en 1914 le nom de « avenue d'Allemagne ».

Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès, homme politique et philosophe français, fortement opposé à ceux qui poussent à la guerre, est assassiné à Paris. Pour célébrer sa mémoire, Paris donne son nom le 19 août 1914 à l'avenue d'Allemagne, devenue donc avenue Jean-Jaurès.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

C'est essentiellement une avenue commerçante, avec notamment un Monoprix, au niveau de la rue de Lorraine, ainsi qu'un certain nombre de restaurants. Également, de nombreux commerces avoisinants sont apparus depuis l'installation dans l'avenue des locaux du Cours Florent, qui accueille bon nombre de comédiens en devenir.

Depuis 2004, l'avenue Jean-Jaurès est une des premières avenues de Paris à devenir un « espace civilisé »[1]. En effet, à la suite de deux référendums locaux (1998 et 2002) organisés par la mairie d'arrondissement, les habitants ont choisi de transformer l'axe rouge deux fois deux voies en un espace où piétons, cyclistes, bus et voitures cohabitent davantage : mi-2006, l'avenue Jean-Jaurès est devenue une voie avec une file entrante dans Paris et une file sortante. Le résultat pratique est un embouteillage quasi permanent particulièrement sensible porte de Pantin.

Bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

  • N° 87 et 89: Gymnase Jean-Jaurès: construit en 1888 selon les plans de l'architecte Ernest Moreau et initialement dénommé gymnase d'Allemagne, servait de salle de gymnastique et de stand de tir. Pour sa construction, une partie des pièces métalliques utilisées provenait de l'annexe de la grande galerie des machines de l'Exposition universelle de 1878.
    Juste avant la Première Guerre mondiale, le bâtiment est agrandi par l'architecte Charles Gautier qui y ajoute d'autres salles de sport, des salles de réunion, un établissement de bains-douches et un campanile. L'établissement de bains-douches est fermé depuis 1997.
    Le gymnase Jean-Jaurès est inscrit sur la liste des Monuments historiques depuis 1994 sous la référence PA00132992.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définition de l'espace civilisé donnée par la Mairie de Paris Consulté le 28 juillet 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]