Liège (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liège (homonymie).
Liège
Entrée de la station sur le terre-plein de la rue de Liège.
Entrée de la station sur le terre-plein de la rue de Liège.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 8e et 9e
Coordonnées
géographiques
48° 52′ 47″ N 2° 19′ 37″ E / 48.879626, 2.32698348° 52′ 47″ Nord 2° 19′ 37″ Est / 48.879626, 2.326983  

Géolocalisation sur la carte : 8e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 8e arrondissement de Paris)
Liège

Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Liège

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Liège
Caractéristiques
Position par
rapport au sol
station souterraine
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 1 712 165 (2013)
Historique
Mise en service 26 février 1911
Nom inaugural Berlin
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 0613
Ligne(s) (13)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 81 95
Précédent Place de Clichy Saint-Lazare Suivant

Liège est une station de la ligne 13 du métro de Paris, située à la limite des 8e et 9e arrondissements de Paris. Elle est ouverte le 26 février 1911 par la compagnie du Nord-Sud, sur sa ligne B, actuel tronçon de la ligne 13.

La station est originale à plus d'un titre : elle est une des deux seules stations parisiennes construites à quais totalement décalés à cause de l'étroitesse de la rue ; elle a été fermée durant près de trente ans du fait du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ; elle possède une décoration de fresques en céramique uniques en leur genre sur le réseau ; enfin, elle est la dernière station à avoir possédé des horaires restreints jusqu'en 2006.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La salle de distribution, comportant l'espace de vente des titres de transport.
La salle de distribution, comportant l'espace de vente des titres de transport.
Vue d'ensemble du quai de la demi-station sud.
La station Liège possède des représentations de plusieurs sites de la province de Liège, en Belgique. La station est également construite avec des quais décalés, ici en juillet 2008.

Établie en tranchée couverte, Liège est une station de la ligne 13 du métro de Paris située entre les stations Saint-Lazare et Place de Clichy[1].

Elle se situe sous la rue d'Amsterdam, de part et d'autre de la rue de Liège, en limite des 8e et 9e arrondissements de Paris, à trois cents mètres environ au nord de la gare de Paris-Saint-Lazare. La station tire son nom de la rue de Liège qui, comme la plupart des rues du quartier de l'Europe, créé dans les années 1820, porte le nom d'une grande ville d'Europe.

La station ne dispose que d'un seul accès : un escalier sur le terre-plein face au 21, rue de Liège.

En 2011, 1 731 063 voyageurs sont entrés à cette station ce qui la place à la 260e place en termes de fréquentation, puis 1 732 029 en 2012, ce qui la place cette année-là en 263e position sur les 301 stations du réseau par sa fréquentation. En 2013, la station a vu entrer 1 712 165 voyageurs ce qui la place à la 266e position sur 302[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Exemple de typographie de type « Nord-Sud ».
Typographie de type « Nord-Sud ».
Article connexe : Ligne 13 du métro de Paris.

La station est construite par la Société du Nord-Sud, compagnie concurrente à la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP) qui exploite alors l'essentiel du réseau parisien. Elle est ouverte le 26 février 1911 avec la première branche de la ligne B, entre Saint-Lazare et Porte de Saint-Ouen[4].

La station s'appelle alors Berlin. Au début de la Première Guerre mondiale, le 2 août 1914, elle est fermée ; à sa réouverture le 1er décembre de la même année, elle est, ainsi que la rue éponyme, débaptisée pour prendre le nom de la ville belge, nom donné afin de célébrer la résistance héroïque de cette ville lors de l'attaque allemande[5]. L’appellation culinaire « café liégeois » en lieu et place de « café viennois » a une même origine[6].

Le 27 mars 1931, après l'absorption de la société Nord-Sud par la CMP, la ligne B du Nord-Sud devient la ligne 13[7].

La station Liège est fermée début août 1939 dans le cadre du plan gouvernemental prévoyant un service réduit sur le réseau métropolitain, qui ne laisse subsister, par mesure d'économie, que 85 stations ouvertes. La plupart des stations rouvrent après le conflit, mais huit d'entre elles restent fermées car peu rentables et deviennent des « stations fantômes ». La station Liège est finalement rouverte le 16 septembre 1968, après vingt-neuf années de fermeture, mais au prix d'horaires d'ouverture aménagés par économie, compte tenu de la faiblesse du trafic envisagé[8]. En 1982, une nouvelle décoration est ajoutée : elle est faite de céramiques de Welkenraedt (localité de la province de Liège) et évoque des paysages et des monuments de ladite province[9].

Alors que la station Rennes de la ligne 12, également à horaires réduits depuis sa réouverture en 1968, retrouve les horaires habituels du métro le 6 septembre 2004 à la suite de l'action des riverains et des élus locaux, la station Liège demeure la dernière station du métro de Paris à être fermée après 20 h en semaine (les derniers trains s'y arrêtaient vers 19 h 50), et toute la journée les dimanches et jours de fêtes[10].

L'ancien panneau indiquant la restriction horaire.
L'ancien panneau indiquant la restriction horaire.

Toutefois, l'évolution sociologique du quartier desservi, où les familles se réimplantent progressivement à la place de bureaux, et l'incongruité de la situation provoquent un mécontentement croissant de la part des riverains. L'évolution des modes de vie et des horaires, avec une moindre concentration sur les heures de pointes, rendent les horaires réduits de la station de plus en plus inacceptable pour les habitants. Ceux-ci demandent une ouverture de la station aux horaires normaux du réseau, leur évitant un report peu pratique aux stations encadrantes Saint-Lazare ou Place de Clichy[11].

Comme suite à des pétitions, les revendications sont portées par les maires des 8e et 9e arrondissements de Paris. Mais, au vu de l'absence de résultat aux différentes requêtes, les habitants organisent une manifestation dans la station le 9 mars 2006 en présence des maires des deux arrondissements concernés. En conséquence, en application d'une décision du conseil d'administration du Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) en date du 5 avril 2006, Liège retrouve les mêmes horaires que toutes les autres stations du réseau le 4 décembre 2006, mettant fin à la pratique des horaires réduits pour une station de métro à Paris[11].

Fin 2011, la station est dotée de façades de quais dans le cadre du plan d'actions défini en 2010 visant à améliorer la régularité de la ligne 13[12]. Les fresques murales font depuis l'objet d'un éclairage par le bas à l'aide de barres de diodes[13].

Description[modifier | modifier le code]

Son emplacement géographique explique une de ses particularités : elle comporte deux quais qui ne se font pas face ; la rue d'Amsterdam étant trop étroite pour accueillir le dispositif classique sur le réseau[8]. Le quai en direction du sud (vers Châtillon - Montrouge) se situe au nord du carrefour tandis que le quai en direction du nord (vers Asnières et Saint-Denis) se situe au sud. Dans chaque sens de circulation, les trains s'arrêtent dans la première demi-station rencontrée[11].

La station Commerce sur la ligne 8 est la seule autre dans la capitale construite sur ce modèle pour les mêmes raisons[14].

Décoration[modifier | modifier le code]

Vue du quai doté de portes palières, en direction du nord de la ligne 13 (vers Asnières et Saint-Denis), en septembre 2013.
Quai doté de portes palières, en direction du nord de la ligne 13 (vers Asnières et Saint-Denis), en septembre 2013.

La station est décorée à l'origine comme toutes les stations sans correspondance de la Société du chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris, dite plus simplement le « Nord-Sud », avec son nom annoncée sur de vastes mosaïques et des frises de céramique marrons portant le sigle « NS »[9].

En 1982, la station est complétée d'une nouvelle décoration dans le cadre des échanges culturels entre la France et la Belgique. Celle-ci est à base de céramiques de Welkenraedt réalisée à partir de photos et installée dans les cadres publicitaires du pied-droit face au quai unique de chaque demi-station[9].

Elle évoque des paysages et monuments de la province de Liège. Cette modification voit également la pose de nouveaux carrelages sur les tympans d'entrée de chaque quai, avec le blason de la ville de Liège sur l'un des deux tympans. Les céramiques des deux quais sont l'œuvre de deux scénographes liégeois, Marie-Claire Van Vuchelen pour la direction sud et Daniel Hicter, pour la direction nord. Les dix-huit fresques, neuf dans chaque direction, sont réalisées en couleur au nord et en bichromie bleue au sud[9].

Les neuf fresques de la demi-station nord, en direction de Châtillon - Montrouge, représentent (de gauche à droite) : Huy : le pont, la collégiale, la citadelle ; Nessonvaux : la vallée de la Vesdre ; Liège : la maison Curtius ; Verviers : Hôtel de ville ; Visé : l'hôtel de ville ; Liège : le Perron ; Soumagne : le château de Wégimont ; la vallée du Hoyoux : Modave ; Colonster : la vallée de l'Ourthe.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les neuf fresques de la demi-station sud, en direction d'Asnières et Saint-Denis, représentent (de gauche à droite) : le château de Chokier, le circuit de Spa-Francorchamps, Liège : le palais des Princes-Évêques, Momalle : une église de Hesbaye, le château de Jehay, le barrage de la Gileppe, Limbourg, la vallée de l'Amblève : la cascade de Coo, Les Hautes Fagnes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Correspondances[modifier | modifier le code]

Blason de la province de Liègen.
Blason de la province de Liège.

La station est desservie par les lignes 81 et 95 du réseau de bus RATP.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carto.métro - Station Liège
  2. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr, consulté le 30 août 2013.
  3. Le nombre de 301 ou 302 stations n'incluent pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2013.
  4. Jean Robert, Notre métro, p. 88-90
  5. Jean Robert, op. cit., p. 491
  6. Christine Masuy, « Le café des valeureux Liégeois », Le Soir,‎ 31 août 2012 (lire en ligne)
  7. Jean Robert, op. cit., p. 123-124
  8. a et b Clive Lamming, Métro insolite, 2002, pp. 153-154.
  9. a, b, c et d Le patrimoine de la RATP, p. 285
  10. Métropole - Une histoire belge
  11. a, b et c Métropole - L'exception disparaît
  12. Priorité ligne 13, RATP.fr
  13. [PDF] Façades de quai ligne 13 du métro, début des travaux à la station Miromesnil, communiqué de presse du 29 décembre 2009
  14. La station Anatole France à Levallois-Perret, sur la ligne 3, possède des quais seulement partiellement décalés.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Robert, Notre Métro, éd. Jean Robert, Paris, 1983 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Le patrimoine de la RATP, éditions Flohic, 1996 (ISBN 2-84234-007-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Clive Lamming, Métro insolite [détail de l’édition] Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition]
  • Gérard Roland, Stations de métro, éditions Christine Bonneton, avril 2008