Armoiries de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les armoiries de la Ville de Montréal, métropole du Québec, ont été adoptées dans leur version actuelle en 1938, évolution de la version originale de 1833. L'utilisation de ces armoiries par la Ville revêt aujourd'hui un caractère d’exception.

Héraldique[modifier | modifier le code]

L'écu, pièce centrale des armoiries de la ville de Montréal
Armoiries de Montréal; représentation graphique utilisée par la Ville

Les armes de la ville de Montréal peuvent se blasonner ainsi :

« D'argent à une croix de gueules;
cantonnée au premier d'une fleur de lys d'azur;
au deuxième d'une rose de gueules tigée, feuillée et pointée de sinople;
au troisième d'un chardon du même, fleuri de pourpre;
au quatrième d'un trèfle de sinople.
 »

Pour les ornements extérieurs:

« Timbré[1] d'un castor couché sur écot au naturel.
L'écu entouré d'un rinceau de feuilles d'érable de sinople,
et pour devise CONCORDIA SALUS
 »

Commentaire[modifier | modifier le code]

L'écu[modifier | modifier le code]

Les ornements[modifier | modifier le code]

  • Un castor surmonte l'écu pour signifier le caractère industrieux des Montréalais.
  • Le rinceau de feuilles d'érable qui entoure les emblèmes nationaux symbolise les relations cordiales liant entre eux les membres d'origines diverses constituant la population montréalaise; l'érable à sucre (acer saccharum) rappelle l'appartenance canadienne du territoire de Montréal.
  • Un listel portant la devise « Concordia Salus » (« le salut par la concorde ») souligne le blason pour rappeler que la bonne entente entre les peuples fondateurs a fait prospérer Montréal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries de 1833

Le , le Conseil municipal de Montréal adopte, sous la houlette de Jacques Viger, premier maire de Montréal, la version originale des armoiries de la ville[3]. La devise « Concordia Salus » y est déjà présente ainsi que les meubles représentant les quatre principales origines des Montréalais à l'époque, mais c'est un castor qui représente les Canadiens français au lieu des Français[6],[7].

Le est adoptée la version actuelle des armoiries, après leur modification par Conrad Archambault, archiviste en chef de la Ville de Montréal, afin de les rendre conformes au règles de l'héraldique[8]. La fleur de lys remplace le castor comme symbole des «Canadiens» (Français). Le choix des ornements, ainsi que la forme de l'écu dans la représentation adoptée à l'époque, ont été influencés par les courants français des années trente[9].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Logo Montréal

Une représentation graphique officielle des armoiries fut longtemps utilisée comme identification courante de la ville de Montréal. Depuis 1981, le logotype de Montréal (ci-contre) le remplace comme symbole des organes administratifs de Montréal. L'usage de la représentation visuelle officielle des armoiries est depuis cette date restreinte aux fonctions ou événements protocolaires du Maire, au sceau de la Ville de Montréal, à certains juges de la Cour municipale et à certaines déclarations officielles de la Ville[10].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (sic) Il aurait été plus conforme d'utiliser le terme "surmonté" plutôt que "timbré": le timbre est quelque chose qui se place sur l'écu (généralement casque ou couronne) pour désigner une dignité. Ici le castor n'est pas le symbole d'une dignité, mais d'une valeur morale (« caractère industrieux »). Cependant cet usage n'est pas fermement établi, et on trouve fort souvent "timbré" quand ça n'est que "surmonté".
    Le blason de la ville de Québec présente un usage adéquat : la couronne murale "surmonte" l'écu, parce qu'elle n'est que symbole de ville fortifiée. Une couronne timbrant l'écu était accordée, par exemple, à celui qui le premier franchissait les remparts d'une place fortifiée et y plantait son étendard.
  2. Écu: partie centrale des armoiries
  3. a et b On peut voir une représentation des armoiries originales dans les archives de la ville de Montréal.
  4. Canton: portion de l'écu située dans l'un des coins
  5. La forme de l'écu n'est pas une donnée significative des armoiries, seulement un choix de réalisation.
  6. « Que veulent dire les symboles des armoiries de Montréal? », Centre d'histoire de Montréal, Ville de Montréal, consulté le 23 mai, 2008
  7. « Armoiries de Montréal », gravure de John Henry Walker, Musée McCord, consulté le 23 mai, 2008
  8. Montréal Clic No37: "Leurs Honneurs, Messieurs les Maires"
  9. « Armoiries de Montréal », sur GrandQuébec.com (consulté le 3 août 2012)
  10. « Logo et armoiries de la ville de Montréal », Ville de Montréal (consulté le 3 août 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]