Anne Fagot-Largeault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean Largeault
Anne Fagot-Largeault, alors invitée de l'émission radiophonique Continent Sciences, animée en direct du Salon du livre de Paris en mars 2010

Anne Fagot-Largeault, née le 22 septembre 1938 à Paris[1], est une philosophe et psychiatre française. Elle est professeur au Collège de France (chaire de philosophie des sciences biologiques et médicales) et psychiatre à l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris[2]. Anne Fagot-Largeault est membre fondateur du Réseau International des Femmes Philosophes[3] parrainé par l'UNESCO et créé à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et enseignement[modifier | modifier le code]

Ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles (1957-1961) dans la filière littéraire, Anne Fagot-Largeault décide de faire de la philosophie, passe un certificat de mathématique générale et physique et est agrégée en philosophie en 1961. Devient professeur de philosophie au lycée de jeunes filles à Douai (Nord) pendant quatre ans, puis au lycée Hélène Boucher à Paris pendant un an. Elle est appelée par le professeur Gilbert Simondon pour devenir son assistante à la Sorbonne (1966-1967), elle est aussi détachée à l'Université Stanford (1967-1971) où elle a étudié la philosophie des sciences (Ph.D. Logic and philosophy of science, Stanford University, États-Unis) en 1971. À l'Université Paris 12-Val de Marne Anne Fagot-Largeault est assistante (1971-1972), maître-assistante (1972-1980) et maître de conférences (1984-1987). Elle a passé le doctorat de médecine à l'Université Paris 12-Val de Marne, CES de psychiatrie en 1978 et le doctorat ès lettres et sciences humaines à l'université de Paris Ouest - Nanterre La Défense en 1986[4].

Parcours académique[modifier | modifier le code]

Anne Fagot-Largeault a été professeur à l'université de Paris 10 (Nanterre La Défense, 1987-1995) et professeur associé à l'Université Laval (Québec, Canada, 1993-1995). Professeur à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (1995-2000), UFR de philosophie, en ayant parallèlement une activité hospitalière. Elle a été ainsi membre de l'Institut universitaire de France[5]. En février-mars 1998 elle a été professeur visiteur à l'Université libre de Bruxelles (Chaire Chaïm Perelman). À l'université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), elle était directeur de l'IHPST (Institut d'Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques), et responsable du DEA d'histoire et philosophie des sciences[6].

Parcours professionnel et philosophique[modifier | modifier le code]

Depuis 1979 Anne Fagot-Largeault est médecin attaché (1979-1984), puis médecin spécialiste attaché (1984-2003) à l'hôpital Henri Mondor de Créteil.

Les travaux d'Anne Fagot-Largeault portent sur des thèmes d'histoire et de philosophie des sciences du vivant, abordés sous l'angle théorique (épistémologie, ontologie biologique) ou pratique (éthique). Ils ont suivi trois directions principales :

  1. raisonnement diagnostique, logique inductive, statistique et probabilités, procédures heuristiques ;
  2. investigation des liens de causalité, preuves de causalité, explication téléologique, explication causale ;
  3. éthique et connaissance, méthodologie de la recherche clinique, éthique de l'investigation bio-médicale, épistémologie biologique, anthropologie bio-médicale.

Ses recherches sur la logique des raisonnements médicaux et sur la nature des explications causales ont pris naissance en relation avec le programme de logique et philosophie des sciences de l'université Stanford, et se sont développées grâce à des contacts fructueux avec la recherche clinique et épidémiologique. Sa réflexion morale a été enrichie et mise à l'épreuve par l'expérience de divers Data and Safety Monitoring Committees (veillant sur des essais cliniques effectués sur des patients atteints de sida ou de cancer) et par une participation (1990-1998) aux travaux du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé[7].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix de l'Association Confrontations psychiatriques (1985) et Prix de la Fondation Dagnan-Bouveret de l'Académie des sciences (1985) pour son ouvrage : L'homme bioéthique. Pour une déontologie de la recherche sur le vivant (Maloine, 1985).
  • Prix Grammaticakis-Neuman de l'Académie des sciences (1995)
  • Chevalier de la Légion d'Honneur (1997)
  • Officier de l'Ordre National du Mérite (2001)
  • Officier de la Légion d'Honneur (2005)

Philosophie des sciences biologiques et médicales[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'homme bioéthique. Pour une déontologie de la recherche sur le vivant - Maloine - 1985.
  • Médecine et philosophie - PUF, coll. « Éthique et philosophie morale » - janvier 2010.
En collaboration
Il est possible de consulter les autres travaux mentionnés sur le site du Collège de France (voir liens externes).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir les biographies sur les sites de l'Académie des Sciences et du Collège de France.
  2. Anne Fagot-Largeault - Les Maisons de Sciences de l’Homme (MSH).
  3. (en) portail du Réseau sur le site de l'UNESCO.
  4. Selon biographie de Canal U.
  5. Site de l'université Paris 1
  6. Voir présentation de l'IHPST
  7. Selon biographie de l'Académie des Sciences mentionnée plus haut.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]