Années 70

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ier siècle av. J.-C. | Ier siècle | IIe siècle

../.. | Années 50 | Années 60 | Années 70 | Années 80 | Années 90 | ../..

70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79


Les années 70 couvrent les années 70 à 79. Pour les années 1970 à 1979, voir Années 1970.

Événements[modifier | modifier le code]

La destruction du Temple de Jérusalem, Nicolas Poussin, v. 1637

Personnalités significatives[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

  • Pline l'Ancien écrit l'Histoire naturelle avec une documentation de 2 000 ouvrages. Il mentionne l'existence de la charrue à roue, de la faux gauloise « améliorée » et d’une moissonneuse à blé en Gaule. Il décrit des procédés inventés par les Grecs pour tirer l’eau (roue à eau, pompe) pour l’irrigation des potagers, ainsi que l’évolution de la presse à levier. Il mentionne des miroirs de verre confectionnés à Sidon, certainement avec une feuille de métal[3].
  • Dioscoride et Pline l'Ancien décrivent un procédé pour extraire le mercure du cinabre, qui aurait pu conduire à la découverte de la distillation[4].
  • Pline l'Ancien considère que l'extension de la grande propriété - les latifundia - est une menace pour l'Empire romain (Latifundia perdidere ltaliam ; jam vero et provincias)[5].
  • Lex Manciana romaine organisant l’administration des domaines impériaux d’Afrique et d’Asie. Le fermage représente un tiers de la récolte, la corvée six jours par an et un droit de transmission héréditaire est accordé aux colons, à condition de ne pas abandonner la culture plus de deux ans. Cette loi, destinée à créer une classe de quasi-propriétaires, s’applique également aux latifundia privés.
  • Utilisation de serrures avec clefs à pannetons ingénieux, à Rome[6].


  • Époque possible de la rédaction de Périple de la mer Érythrée, texte d’un marchand grec d’Égypte décrivant la route maritime depuis le Golfe d’Akaba jusqu’à l’Indus. Il dépeint le roi d’Aksoum Zoscales (peut être le Za-Hakalé des listes royales d'Aksoum) comme « homme des plus avares et trop porté à accumuler des richesses mais, par ailleurs, fort capable, et bon connaisseur des lettres grecques ». Sans doute ce souverain étend son influence depuis l’ancienne Souakim jusqu’à l’entrée de la mer Rouge. Il envoie des caravanes très loin au-delà du lac Tana. Des inscriptions attestent que ses sujets entretiennent des relations avec Méroé, et par le Nil avec l’Égypte[7]. Selon le Périple , les marins alexandriotes longent la côte est de l'Afrique jusqu'à Rhapta (probablement l'embouchure du fleuve Rufii en Tanzanie) dans l'Océan Indien.
  • Échanges commerciaux des kusana et de l’Inde du Sud avec Rome : pierres précieuses, perles, soie, ivoire, coton, sucre, épices, parfum contre métaux (cuivre, plomb), objets de verre et de céramique, pièces d’or. Selon Pline l'Ancien (23-79), le commerce romain est largement déficitaire.

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • En Inde, influence de l’art grec sur l’art bouddhique, qui entre dans une période préclassique (gréco-bouddhisme). Le partage du pays entre les kusana au nord et à l’ouest et les Satavahana au sud contribue à l’émergence de deux styles (septentrional et dravidien). La statuaire se transforme en introduisant l’image du Bouddha et en évoluant vers des formes plus souples.

Littérature[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Le Colisée le soir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joël Le Gall et Marcel Le Glay, L'Empire romain : Le Haut-Empire de la bataille d'Actium (31 av. J.-C.) à l'assassinat de Sévère Alexandre (235 ap. J.-C.), vol. 1, Presses universitaires de France,‎ 1992 (présentation en ligne)
  2. John Cannon, A dictionary of British history, Oxford University Press,‎ 2009 (ISBN 9780199550371, présentation en ligne)
  3. Alexandre Sauzay, La verrerie depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, L. Hachette,‎ 1868 (présentation en ligne)
  4. Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Histoire de la chimie, vol. 1, Firmin Didot frères, fils et cie,‎ 1866 (présentation en ligne)
  5. Louis-Napoléon-Laetitia-Charles de Ladoucette, De l'influence des divers modes de location sur le produit des terres en France, Impr. Malteste,‎ 1844 (présentation en ligne)
  6. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Anne-Marie Enescu et Lucia Renzulli, Rome, Petit Futé,‎ 2009 (ISBN 9782746923485, présentation en ligne)
  7. Jean Doresse, Au pays de la reine de Saba, A. Guillot,‎ 1956 (présentation en ligne)
  8. Daniel Marguerat, Introduction au Nouveau Testament, Labor et Fides,‎ 2008 (ISBN 9782830912890, présentation en ligne)
  9. Gérard Verbeke, D'Aristote à Thomas d'Aquin : antécédents de la pensée moderne, vol. 8, Leuven University Press,‎ 1990 (ISBN 9789061863748, présentation en ligne)
  10. Agnès Chalier, Des idées critiques en Chine ancienne L'Ouverture philosophique, Éditions L'Harmattan,‎ 1999 (ISBN 9782738484079, présentation en ligne)
  11. Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil,‎ 1995 (ISBN 9782020086325)
  12. Désiré Dalloz et Armand Dalloz, Jurisprudence générale du royaume, vol. 32, Au Bureau de la Jurisprudence Générale,‎ 1869 (présentation en ligne)
  13. Françoise Bottéro, La vision de l'écriture de Xu Shen à partir de sa présentation des liushu, vol. 27, Cahiers de linguistique - Asie orientale,‎ 1998 (présentation en ligne), p. 161-191