Carausius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carausius
Usurpateur romain
Image illustrative de l'article Carausius
Pièce à l’effigie de Carausius.
Au revers, le lion, symbole de la légion IV Flavia Felix.
Règne
286 - 293 (~6 ans) / Bretagne
Empereur Maximien Hercule (Auguste)
Constance Chlore (César)
Suivi de Allectus (usurpateur)
Biographie
Nom de naissance Marcus Aurelius Valerius
Naissance Gaule belgique
Décès 293 - Bretagne
Liste des usurpateurs romains

Carausius (Marcus Aurelius Valerius), usurpateur romain qui accède à la pourpre entre 286 et 293

Biographie[modifier | modifier le code]

L'histoire[modifier | modifier le code]

Carausius est le commandant romain de la Classis Britannica, né chez les Ménapiens, dans la Gaule belgique, fut chargé par l'empereur Maximien d'aller défendre les côtes de l'Atlantique contre les Saxons et les Francs : mais, prévoyant une disgrâce, il débarqua en Bretagne et s'y fit proclamer empereur par les légions (286). II sut se maintenir six ans dans cette province ; au bout de ce temps, il fut assassiné par Allectus, alors à la tête du fiscus impérial[1], vers 293.

La légende[modifier | modifier le code]

Geoffroy de Monmouth évoque le personnage dans son Historia regum Britanniae. Selon lui Carausius est un jeune homme d'humble naissance qui vivait en Bretagne insulaire. Après avoir prouvé sa valeur dans les combats il part pour Rome et demande au Sénat romain la permission de protéger les côte de la Bretagne des incursions des barbares avec une flotte. Il reçoit l'accord et revient en Bretagne insulaire avec ses navires. Il parcourent les côtes sème le désordre débarque dans les îles dévaste les campagnes et détruit les cités. Gonflé d’orgueil il demande aux bretons de le proclamer roi. Il chasse ensuite les romains et fait assassiner « Bassianus » c'est-à-dire Caracalla le fils de Septime Sévère qui gouvernait le pays. Triomphant Carausius installe les Pictes en Alba. À cette nouvelle Rome envoie Allectus à la tête de trois légions pour tuer le tyran et rétablir son autorité[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Loriot, La carrière d'Allectus jusqu'à son élévation à la pourpre, Publications de l'École française de Rome, Actes de la table ronde autour de l'œuvre d'André Chastagnol (Paris, 20-21 janvier 1989), 1992, p. 161-169.Persée
  2. Histoire des rois de Bretagne, traduit et commenté par Laurence Mathey-Maille, Édition Les belles lettres, coll. « La roue à livres », Paris, 2004, (ISBN 2-251-33917-5) chapitre 75 p. 111-112.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :