Andreas Romberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romberg.

Andreas Romberg

Description de l'image  Andreas Romberg.jpg.
Naissance 27 avril 1767
Vechta, Allemagne
Décès 10 novembre 1821
Gotha, Allemagne
Activité principale Compositeur

Andreas Jakob Romberg est un compositeur allemand, né à Vechta le 27 avril 1767[1] et mort à Gotha le 10 novembre 1821[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apprend le violon avec son père musicien et se produit dès sept ans[1], puis intègre l'Orchestre de la cour de Münster. En 1790 il entre dans l'orchestre de la cour du prince-électeur de Bonn[1] à l'instar de son cousin Bernhard Romberg (1767-1841) avec lequel il se produisit partout en Europe entre 1784 et 1796. C'est à cette époque qu'il rencontre le jeune Beethoven[2], jouant en quatuor, Franz Ries au premier violon, Beethoven à l'alto, son cousin au violoncelle.

En 1793, on le retrouve à Hambourg où il fait partie des rangs de l'orchestre de l'Opéra. C'est là qu'il fera représenter sa première grande œuvre vocale, le singspiel intitulé Der Rabe [Le corbeau] en 1794.

En 1796, il part pour Vienne[2] avec le peintre Karl von Kügelgen et rencontre Haydn qui s'intéresse aux trois Quatuors opus 3, écrits juste avant les premiers de Beethoven (opus 18).

Après un voyage à Paris, il s'installe à Hambourg où il devient une personnalité musicale importante de la ville[2].

En 1815 il succède à Louis Spohr au poste de Hofkapellmeister (directeur de la musique de la chapelle de la cour) à la cour du Duc de Gotha[1].

La Symphonie des jouets lui fut attribuée, ainsi qu'à Joseph Haydn et à Leopold Mozart, avant de l'être au moine bénédictin Edmund Angerer.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Quatuors à cordes[modifier | modifier le code]

  • 3 Quatuors à cordes, op. 1 (mi bémol majeur, sol mineur, fa majeur)
  • 3 Quatuors à cordes, op. 2 (ré majeur, mi mineur,n fa majeur)
  • 3 Quatuors à cordes, op. 5
  • 3 Quatuors à cordes, op. 7
  • Quatuor brillant, op. 11
  • 3 Quatuors à cordes, op. 16
  • 3 Quatuors à cordes, op. 30
  • Quatuor à cordes, op. 40
  • 3 Quatuors à cordes, op. 53
  • 3 Quatuors à cordes, op. 59
  • 3 Quatuors à cordes, op. 76
  • Tre rondi alla Pollacca op. 34

Quatuors avec piano[modifier | modifier le code]

  • Quatuor avec piano et cordes, op. 19

Sonates pour violon & piano[modifier | modifier le code]

  • 3 Sonates pour violon & piano, op. 9 (sol majeur, si bémol majeur, ut mineur)

Quintettes[modifier | modifier le code]

  • Quintette à cordes, op. 23
  • Quintette à cordes, op. 58
  • 6 Quintettes avec flûtes op. 21
  • 3 Quintettes avec flûtes op. 41
  • Quintette avec clarinette, op. 57

Lieder[modifier | modifier le code]

  • An den Mond [À la lune] (Füllest wieder Busch und Tal : « Si tu emplis de nouveau le bois et la vallée ») (Goethe) (1793)
  • Erlkönig [Le roi des aulnes] (Wer reitet so spät durch Nacht und Wind ? : « Qui chevauche si tard dans la nuit et le vent ? ») (Goethe) (1793)

Œuvres chorales[modifier | modifier le code]

  • Psaume 110 (Dixit Dominus), op. 61
  • Te Deum
  • Messe en si majeur avec orchestre (1787)
  • Trois chants liturgiques : Pater Noster - O salutaris Hostia - Gloria Deo Patri, pour solistes, chœur et orchestre
  • Das Lied von der Glocke [Le Chant de la cloche], cantate, op. 25 (Schiller) - L'œuvre la plus connue de Romberg.
  • 3 Cantates
    • Die Macht des Gesanges [La puissance du chant] (Schiller)
    • Die Harmonie der Sphären [L'harmonie des sphères] (Kosegarten)
    • Was bleibet und was schwindet [Ce qui demeure et ce qui disparaît] (Kosegarten)

Concertos[modifier | modifier le code]

  • 22 concertos pour violon

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • 10 Symphonies
  • Symphonie no 3 en ut majeur, op. 33
  • Pot-pourri sur Don Giovanni, op. 47
  • Die Großmut des Scipio [Le grand courage de Scipion ], ouverture, op. 54

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Die Macht der Musik [La puissance de la musique] (1791)
  • Der blaue Ungeheuer [Le monstre bleu] (1793)
  • Die Nebelkappen [Les manteaux de brouillard] (1793)
  • Der Rabe [Le corbeau] (Hambourg 7 avril 1794) - Singspiel, son ouvrage le plus réussi et célèbre.
  • Don Mendoza (Paris, 1802)
  • Point de bruit (Paris, 1810)
  • Die Ruinen zu Paluzzi [Les ruines de Paluzzi] (Hambourg, 27 décembre 1811)
  • Die Grossmut des Scipio (Gotha, 1816)

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Quatuors à cordes op. 1 - Quatuor de Leipzig (MDG)
  • Quatuors à cordes op. 2, 16 & 30 - Quatuor de Leipzig (MDG)

Liens[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 947
  2. a, b et c Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1199