Andreas Romberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romberg.

Andreas Romberg

alt=Description de l'image Andreas Romberg.jpg.
Naissance 27 avril 1767
Vechta, Allemagne
Décès 10 novembre 1821
Gotha, Allemagne
Activité principale Compositeur

Andreas Jakob Romberg est un compositeur allemand, né à Vechta le 27 avril 1767[1] et mort à Gotha le 10 novembre 1821[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apprend le violon avec son père musicien et se produit dès sept ans[1], puis intègre l'Orchestre de la cour de Münster. En 1790 il entre dans l'orchestre de la cour du prince-électeur de Bonn[1] à l'instar de son cousin Bernhard Romberg (1767-1841) avec lequel il se produisit partout en Europe entre 1784 et 1796. C'est à cette époque qu'il rencontre le jeune Beethoven[2], jouant en quatuor, Franz Ries au premier violon, Beethoven à l'alto, son cousin au violoncelle.

En 1793, on le retrouve à Hambourg où il fait partie des rangs de l'orchestre de l'Opéra. C'est là qu'il fera représenter sa première grande œuvre vocale, le singspiel intitulé Der Rabe [Le corbeau] en 1794.

En 1796, il part pour Vienne[2] avec le peintre Karl von Kügelgen et rencontre Haydn qui s'intéresse aux trois Quatuors opus 3, écrits juste avant les premiers de Beethoven (opus 18).

Après un voyage à Paris, il s'installe à Hambourg où il devient une personnalité musicale importante de la ville[2].

En 1815 il succède à Louis Spohr au poste de Hofkapellmeister (directeur de la musique de la chapelle de la cour) à la cour du Duc de Gotha[1].

La Symphonie des jouets lui fut attribuée, ainsi qu'à Joseph Haydn et à Leopold Mozart, avant de l'être au moine bénédictin Edmund Angerer.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Quatuors à cordes[modifier | modifier le code]

  • 3 Quatuors à cordes, op. 1 (mi bémol majeur, sol mineur, fa majeur)
  • 3 Quatuors à cordes, op. 2 (ré majeur, mi mineur,n fa majeur)
  • 3 Quatuors à cordes, op. 5
  • 3 Quatuors à cordes, op. 7
  • Quatuor brillant, op. 11
  • 3 Quatuors à cordes, op. 16
  • 3 Quatuors à cordes, op. 30
  • Quatuor à cordes, op. 40
  • 3 Quatuors à cordes, op. 53
  • 3 Quatuors à cordes, op. 59
  • 3 Quatuors à cordes, op. 76
  • Tre rondi alla Pollacca op. 34

Quatuors avec piano[modifier | modifier le code]

  • Quatuor avec piano et cordes, op. 19

Sonates pour violon & piano[modifier | modifier le code]

  • 3 Sonates pour violon & piano, op. 9 (sol majeur, si bémol majeur, ut mineur)

Quintettes[modifier | modifier le code]

  • Quintette à cordes, op. 23
  • Quintette à cordes, op. 58
  • 6 Quintettes avec flûtes op. 21
  • 3 Quintettes avec flûtes op. 41
  • Quintette avec clarinette, op. 57

Lieder[modifier | modifier le code]

  • An den Mond [À la lune] (Füllest wieder Busch und Tal : « Si tu emplis de nouveau le bois et la vallée ») (Goethe) (1793)
  • Erlkönig [Le roi des aulnes] (Wer reitet so spät durch Nacht und Wind ? : « Qui chevauche si tard dans la nuit et le vent ? ») (Goethe) (1793)

Œuvres chorales[modifier | modifier le code]

  • Psaume 110 (Dixit Dominus), op. 61
  • Te Deum
  • Messe en si majeur avec orchestre (1787)
  • Trois chants liturgiques : Pater Noster - O salutaris Hostia - Gloria Deo Patri, pour solistes, chœur et orchestre
  • Das Lied von der Glocke [Le Chant de la cloche], cantate, op. 25 (Schiller) - L'œuvre la plus connue de Romberg.
  • 3 Cantates
    • Die Macht des Gesanges [La puissance du chant] (Schiller)
    • Die Harmonie der Sphären [L'harmonie des sphères] (Kosegarten)
    • Was bleibet und was schwindet [Ce qui demeure et ce qui disparaît] (Kosegarten)

Concertos[modifier | modifier le code]

  • 22 concertos pour violon

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • 10 Symphonies
  • Symphonie no 3 en ut majeur, op. 33
  • Pot-pourri sur Don Giovanni, op. 47
  • Die Großmut des Scipio [Le grand courage de Scipion ], ouverture, op. 54

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Die Macht der Musik [La puissance de la musique] (1791)
  • Der blaue Ungeheuer [Le monstre bleu] (1793)
  • Die Nebelkappen [Les manteaux de brouillard] (1793)
  • Der Rabe [Le corbeau] (Hambourg 7 avril 1794) - Singspiel, son ouvrage le plus réussi et célèbre.
  • Don Mendoza (Paris, 1802)
  • Point de bruit (Paris, 1810)
  • Die Ruinen zu Paluzzi [Les ruines de Paluzzi] (Hambourg, 27 décembre 1811)
  • Die Grossmut des Scipio (Gotha, 1816)

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Quatuors à cordes op. 1 - Quatuor de Leipzig (MDG)
  • Quatuors à cordes op. 2, 16 & 30 - Quatuor de Leipzig (MDG)

Liens[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 947
  2. a, b et c Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 1199