Alfred Goldscheider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfred Goldscheider.

Alfred Goldscheider, né en 1858 à Sommerfeld (alors en Prusse dans la province de Brandebourg, maintenant Lubsko en Pologne), mort en 1935 est un médecin neurologue allemand.

Il reçoit sa formation médicale à l'Institut médico-chirurgical Friedrich-Wilhelm de Berlin (une école de mlédecine militaire surnommée : « la Pépinière ») et passe les sept années suivantes comme médecin militaire et assistant du physiologiste Emil du Bois-Reymond (1818-1896).

Plus tard, il deviendra professeur à l'Université de Berlin.

Travaux de recherche[modifier | modifier le code]

Goldscheider est surtout connu pour ses recherches sur le système somatosensoriel, notamment les thermorécepteurs cutanés et leurs localisations en de petites régions circonscrites punctiformes sur la peau (« spots ») électivement sensibles soit au froid, soit à la chaleur. Il s'est intéressé également aux zones cutanées sensibles au toucher, en cherchant à distinguer la sensation douloureuse de celle de démangeaison.

Les expressions éponymes de « test de Goldscheider » et de « percussion de Goldscheider » proviennent de ces travaux.

Il est à signaler que durant la même période du début des années 1880, le physiologiste suédois Magnus Blix (1849-1904) de l'université d'Uppsala et le neurophysiologiste américain Henry Donaldson (1857-1938) effectuaient indépendamment des expériences comparables à celles de Goldscheider et aboutissaient aux mêmes conclusions.

À la fin des années 1890 Goldscheider collabore avec son collègue Edward Flatau, pour étudier la structure des neurones et leurs modifications sous l'effet de différents stimuli[1].

Il a également décrit une maladie dermatologique, l'épidermolyse bulleuse, qui est parfois désignée en son honneur comme la « maladie de Goldscheider ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Flatau E, Goldscheider A. Normale und pathologische Anatomie der Nervenzellen: auf Grund der neueren Forschungen. Berlin, H. Kornfeld, 1898. 140 pages.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]