Ady Gil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

64° 01′ 50″ S 143° 05′ 23″ E / -64.0306, 143.08972 ()

Ady Gil
Image illustrative de l'article Ady Gil
L’Ady Gil

Autres noms Earthrace (2006-2009)
Ady Gil (2009-2010)
Type Trimaran
Histoire
Quille posée Janvier 2005
Lancement 22 février 2006
Statut Coulé le 7 janvier 2010
Caractéristiques techniques
Longueur 24 m
Propulsion 2 × 350 kW (540 hp) Cummins Mercruise
Vitesse 25 nœuds / 45 km/h en croisière
Autres caractéristiques
Chantier naval Calibre Boats

Ady Gil, anciennement Earthrace[1], est un trimaran à coque centrale effilée, dite perce-vague, imaginé et commandé par Peter James Bethune dans le but de battre le record de la circumnavigation autour du globe, ce qui a été établi en 2008. Ses moteurs diesels fonctionnent avec un agrocarburant.

Renommé Ady Gil, il est utilisé ensuite pour une campagne de la Sea Shepherd Conservation Society pour lutter contre la chasse à la baleine en Antarctique. Le 6 janvier 2010, il est percuté par un navire baleinier japonais, le Shōnan Maru 2. L’épave coule aux alentours de trois heures du matin (locales, GMT+13).

Earthrace (2006-2009)[modifier | modifier le code]

Le bateau Earthrace à Malmo, en Suède, le 20 août 2007

Alors concentré sur ses recherches à Macquarie, Peter James Bethune veut prouver que les carburants à base d'hydrocarbures peuvent être remplacés par des biocarburants durables[2].

Il conçoit et construit l’Earthrace dans le but de battre le record du monde pour une circumnavigation par un powerboat, dans l'espoir que cela retienne l'attention sur la viabilité du biodiesel comme carburant alternatif. Il hypothèque sa maison en Nouvelle-Zélande et finance la construction en pensant récupérer les dépenses par des sponsoring. Il refuse un sponsoring de quatre millions de dollars d'une entreprise qui voulait utiliser du diesel ordinaire[3].

Sa première tentative commence à Barbade le 10 mars 2007. Il fait face à de nombreux retards, dus à des problèmes avec les hélices et d'autres impondérables mécaniques[4].

Dans la nuit du 19 mars, tandis qu'il se trouve à 22 km des côtes du Guatemala, l’Earthrace entre en collision avec un bateau de pêche local. Aucun membre de l'équipage n'est blessé mais un des trois membres de l'équipage du bateau de pêche est tué dans la collision[5]. L'équipage est dégagé de toute responsabilité après une investigation de dix jours pendant laquelle il est maintenu en détention.

Ils quittent San Diego le 7 avril 2007, et doivent rentrer avant le 21 juin pour battre le record. La tentative est cependant abandonnée le 31 mai après qu'une fissure ait été découverte dans la coque, peu de temps après avoir quitté Malaga, en Espagne[6].

L’Earthrace repart de Valence, pour une nouvelle tentative, le 1e mars 2008. Pour mobiliser les médias, Bethune et deux autres membres de l'équipage subissent une liposuccion dans l'objectif de convertir une petite partie de la graisse de leurs propres corps en carburant[7]. L'idée est née d'un précédent projet de tour de la Nouvelle-Zélande en voiture, à laquelle une usine de biodiesel mobile était attachée[8]. Bethune parvient au port espagnol de Sagunto le 27 juin.

Le voyage est donc accompli en 60 jours, 23 heures et 49 minutes, battant le précédent record de plus de deux semaines[9],[10]. Bethune embarque ensuite pour un tour du monde avec le même navire pour promouvoir la prise de conscience des carburants alternatifs[11].

Ady Gil (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Après avoir fait le tour du monde, le Earthrace est mis en vente pour 2,6 millions de dollars, et, comme aucun acheteur ne se présente[11],[12], Bethune envisage de l'utiliser pour s'interposer devant les baleiniers japonais, dans l'océan Austral.

Le navire possède le nom de son premier propriétaire, directeur d'une maison de production hollywoodienne, qui l'achète et le baptise le 17 octobre 2009[13].

Gil laisse le navire à Bethune et à un équipage de cinq personnes, après l'avoir fait réaménager pour participer à des activités contre la chasse à la baleine, au nom de l'organisation Sea Shepherd Conservation Society[14],[15],[16]. Bethune déclare avant l'opération : « I'm a conservationist. One of the things I've learned on Earthrace is stand up for stuff you believe in. Year after year the Japanese go down there and nothing seems to change. I'm going down there to disrupt the Japanese whalers. If they want to go amping things up a bit, then bring it on[17],[12]. ».

Collision avec le Shōnan Maru 2[modifier | modifier le code]

Le 6 janvier 2010, l’Ady Gil est percuté par le baleinier japonais Shōnan Maru 2 dans l'océan Austral ; il sombre peu après[18]. Les autorités japonaises de recherche scientifique et les activistes de l’organisation écologiste Sea Shepherd se rejettent alors mutuellement la responsabilité de la collision[19],[20].

Une enquête sur la collision lancée par l’Australian Maritime Safety Authority (AMSA) se révèle peu concluante et incapable de nommer un responsable. L'AMSA n'est pas capable de vérifier les affirmations de Sea Shepherd, pendant que le gouvernement japonais décline la participation à l'enquête, prétextant que toute information en sa possession pourrait être utilisée dans une enquête par ses propres autorités[21].

Arrestation de Peter Bethune[modifier | modifier le code]

Le 15 février 2010, Peter James Bethune aborde de nouveau le Shōnan Maru 2, clâmant être en train de réaliser l'arrestation citoyenne de son capitaine, Hiroyuki Komiya, pour tentative de meurtre. Bethune demande également trois millions de dollars pour la perte de son navire[22],[23]. L'Institut de recherche japonais sur les cétacés publie par la suite une déclaration faisant de cette action un coup de publicité[24]. Il est alors détenu par l'équipage du navire et emmené à Tokyo, où il est arrêté par la Garde côtière du Japon le 12 mars, avec pour chef d'inculpation la tentative d'intrusion[25],[26],[27].

Le 2 avril 2010, Bethune est inculpé au Japon de cinq chefs d'inculpation : intrusion, agression, possession illégale d'un couteau, destruction de propriété et obstruction d'affaires[28]. La qualification d'agression est basée sur l'allégation qu'il aurait jeté une bouteille d'acide butyrique sur le Shōnan Maru 2 plusieurs jours avant l'abordage, causant des brûlures au visage d'un baleinier[29]. Le groupe Sea Shepherd clâme que les brûlures du membre de l'équipage avait été causées par lui-même, en jetant du gaz au poivre aux protestants[30].

Bethune peut alors être condamné à quinze ans de prison s'il est reconnu coupable de blessures, et jusqu'à trois ans s'il est reconnu coupable d'intrusion[31]. L'avocat de Bethune explique que les charges sont infondées et assure que son client les niera fortement[29]. Il est alors détenu sans caution dans le centre de détention de sécurité maximale de Tokyo avant son jugement[32],[33].

Procès[modifier | modifier le code]

Le procès de Bethune commence le 27 mai 2010[34]. Bethune concéde les faits de quatre des charges contre lui : intrusion sur le bateau, obstruction par la force de son fonctionnement, violation de la loi sur les armes à feu et armes blanches (Firearms and Swords Control Law) et destruction de propriété[35],[36]. Il conteste cependant avoir agressé un des membres d'équipage japonais mais admet avoir lancé un projectile d'acide butyrique[37],[38],[38].

L'avocat représentant Bethune, Dan Harris, dit au New York Post que Bethune n'a pas admis être coupable des charges qui lui sont reprochées parce qu'il agissait pour arrêter la chasse illégale des baleiniers japonais, et donc que ses actions n'étaient pas illégales. « Il conteste sa culpabilité sur toutes les charges » ajoute-t-il[39].

Le 4 juin, Sea Shepherd annonce qu'il n'est plus formellement associé à Pete Bethune car un arc et des flèches ont été découverts sur l’Ady Gil au cours de la chasse à la baleine. Le groupe ne croit pas que l'arme était destinée à être utilisée contre une personne. Sea Shepherd déclare qu'il continuerait à soutenir Bethune au cours du procès au Japon. Le 7 juillet, Peter Bethune est condamné à deux ans avec sursis. En outre, il est interdit au Japon pendant cinq ans et est renvoyé en Nouvelle-Zélande le 9 juillet[40].

Suites de l'affaire[modifier | modifier le code]

Début octobre 2010, Pete Bethune déclare qu'il a coulé l’Ady Gil à la demande de Paul Watson, qu'il décrit comme « dishonest » et « morally bankrupt »[41]. D'après lui, il avait reçu l'autorisation de Sea Shepherd d'apporter un arc et des flèches ; il estime également que le bateau aurait pu être sauvé[42]. Sea Shepherd a par la suite annoncé que la distance prise avec Pete Bethune était un stratagème pour qu'il écope d'une sentence la plus légère possible.

Dans la série documentaire Justiciers des mers, durant quelques minutes d'un épisode de la saison 3 (2010), le film montre Pete Bethune demander à ses coéquipiers de s'entrainer à tirer l'arc sur une bouée dans la mer à quelques mètres d'eux (qu'ils manquent) car il envisage une nouvelle stratégie pour nuire aux baleiniers : entourer la flèche d'un produit toxique, afin qu'une fois quelques flèches plantées dans une baleine harponnée cela rendre la viande impropre à la consommation.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site officiel de l'organisation Earthrace Conservation
  2. Rob Kothe, « Earthrace - New Record Round the World in 60 days », sur PowerboatWorld.com,‎ 27 juin 2008
  3. Sara McDonald, « Crew hopes biodiesel boat will break record », sur The Galveston County Daily News,‎ 18 décembre 2006 (consulté le 12 avril 2010)
  4. Peter Griffin, « Earthrace highlights green cause », sur The New Zealand Herald,‎ 3 juin 2007 (consulté le 28 mars 2010)
  5. « Earthrace chief in court over tragedy », sur New Zealand Herald, APN News & Media,‎ 20 mars 2007 (consulté le 6 janvier 2010)
  6. « Intrepid Adventure New Zealand - Earthrace: The man and the machine », sur Intrepidmagazine.co.nz,‎ 27 mai 2010
  7. « Earthrace Launches World Record Attempt », Sky News,‎ 18 décembre 2007 (consulté le 12 avril 2010)
  8. Michele Hewitson, « Mad sailor Peter Bethune not a nutcase », sur The New Zealand Herald,‎ 8 avril 2006 (consulté le 26 mars 2010)
  9. Irene Klotz, « Biofuel Boat Sets Round-the-World Record », Discovery News,‎ 27 juin 2008
  10. a et b « Afloat on a stylish green prison », sur The Dominion Post,‎ 17 avril 2009 (consulté le 11 avril 2010)
  11. a et b Bill Brown, « Stealth boat to take on Japanese whalers », Australian Broadcasting Corporation,‎ 9 juin 2009 (consulté le 11 avril 2010)
  12. Dan Murphy, « South Park puts spotlight on Paul Watson and his “Whale Wars” », The Christian Science Monitor,‎ 29 octobre 2009 (consulté le 3 novembre 2009) : « ...on Oct. 17 (2009) the organization formally unveiled it's new weapon: The Ady Gil. »
  13. Andrew Darby, « Wail for whales: stealth boat to blast Japanese », sur The Age,‎ 1er décembre 2009 (consulté le 11 avril 2010)
  14. « Street Fight on the High Seas », sur The New Yorker,‎ 12 janvier 2010 (consulté le 16 janvier 2010)
  15. « Kiwi anti-whaling activist arrested in Japan », Fairfax Media,‎ 12 mars 2010
  16. « Je suis un défenseur de l'environnement. Une des choses que j'ai apprises sur Earthrace est de se lever pour les choses auxquelles vous croyez. Année après année, les Japonais vont là-bas et rien ne semble changer. Je vais aller là-bas pour perturber les baleiniers japonais. S'ils veulent amplifier un peu les choses, alors allons-y. »
  17. « Activists urge Australia to charge Japanese whalers », Bangkok Post,‎ 9 mars 2010
  18. « Govt calls for restraint after ocean clash », The New Zealand Herald, jeudi 7 janvier 2010
  19. ABC News, vendredi 8 janvier 2010, « Ady Gil sinks after whaling skirmish »
  20. « Inquiry into Ady Gil crash inconclusive », News.smh.com.au,‎ 8 mai 2010 (consulté le 27 mai 2010)
  21. Robin Powell, « Tokyo's angry reception for anti-whaling activist », The Sydney Morning Herald,‎ 13 mars 2010
  22. Willacy, Mark, « Brown wants Australia to retaliate in whaling furore », Australian Broadcasting Corporation,‎ 2 avril 2010
  23. Cathy Alexander, « Protester boards Japanese whaling vessel », sur The Sydney Morning Herald,‎ 15 février 2010 (consulté le 12 avril 2010)
  24. « Japan indicts anti-whaling activist », CNN,‎ 3 avril 2010 (consulté le 3 avril 2010)
  25. « Japan charges New Zealand whaling activist Pete Bethune », BBC,‎ 3 avril 2010 (consulté le 3 avril 2010)
  26. « Japanese Coast Guard Arrests Anti-Whaling Skipper », The New York Times,‎ 12 mars 2010 (consulté le 12 mars 2010)
  27. Mark McDonald, « Japan Indicts Anti-Whaling Activist », sur The New York Times,‎ 2 avril 2010
  28. a et b « Whaling row turns to Tokyo court », TVNZ (Television New Zealand),‎ 2 avril 2010
  29. « Activists claim Japanese whalers were hurt by their own pepper spray », Japan Today,‎ 13 février 2010
  30. « Govt should do more for Bethune: Labour », sur The Sydney Morning Herald,‎ 3 avril 2010 (consulté le 12 avril 2010)
  31. Mark Willacy, « Japan accused of Sea Shepherd 'show trial' », Australian Broadcasting Corporation,‎ 3 avril 2010
  32. Brigid Glanville, « Japan charges anti-whaling activist », Australian Broadcasting Corp.,‎ 2 avril 2010
  33. « Japan sets trial date for NZ anti-whaling activist », Australia Network News,‎ 7 mai 2010 (consulté le 7 mai 2010)
  34. http://www.yomiuri.co.jp/dy/national/T100527004213.htm
  35. Mark Willacy, « Anti-whaling activist pleads guilty but denies assault », ABC News (Australia),‎ 27 mai 2010
  36. http://www.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=10648605
  37. a et b De correspondants à Tokyo, « New Zealand anti-whaling activist Peter Bethune pleads guilty in Tokyo trial », News.com.au (consulté le 27 mai 2010)
  38. Michael Starr, « Rough waters: 'Whale Wars' trial underway in Japan », New York Post,‎ 29 mai 2010
  39. Kyodo News, "N.Z. antiwhaling activist deported", Japan Times, 10 juillet 2010, p. 2.
  40. (en) « Bethune quits Sea Shepherd over lies », 3 News, le 6 octobre 2010
  41. (en) Isaac Davison, « Bethune and Sea Shepherd cut ties in bitter row », The New Zealand Herald, le 7 octobre 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]