Adrien Borel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borel.

Adrien Borel

Naissance 19 mars 1886
Paris (France)
Décès 19 septembre 1966 (à 80 ans)
Paris, Seine (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Champs Psychiatrie
Institutions Hôpital Sainte-Anne
Hôpital Bichat
Diplôme Faculté de médecine de Paris (1913)
Renommé pour Psychanalyse

Adrien Alphonse Alcide Borel, né le 19 mars 1886 à Paris (6e) et mort le 19 septembre 1966 à Beaumont-lès-Valence[1], est un psychiatre et psychanalyste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Joseph Adrien Alphonse Borel, médecin ardéchois et petit-fils d'un pharmacien de Crest, il fait ses premières études à Privas et à Lyon où il obtient son baccalauréat[2]. Il fait ses études de médecine à Paris où il devient interne en 1908 aux hôpitaux de Sainte-Anne et de Bichat, avant de décrocher son titre en 1913[3]. Sa thèse de médecine, soutenue en 1913, est intitulée « Contribution à l'étude des réflexes dans la démence précoce »[4].

Pendant la Première Guerre mondiale, il est gravement blessé aux combats en 1915, où il servait comme chirurgien-auxiliaire[5]. Il suit un début d'analyse auprès de René Laforgue et a par la suite en traitement des écrivains comme Michel Leiris ou Georges Bataille, entre autres, avant de cesser de pratiquer l'analyse[3]. Il participe à la création de la Société psychanalytique de Paris qu'il préside de 1932 à 1934, avant d'en démissionner après la guerre[3],[6].

Il eut une liaison avec Annette Berman, la secrétaire de la psychanalyste Marie Bonaparte[5].

Il se maria tardivement, à l'âge de 54 ans, le 24 octobre 1940 avec Blanche Thilloy[3],[5].

En 1950, Adrien Borel interpréta, sous le pseudonyme "André Guibert", le rôle du Curé de Torcy dans Le journal d'un curé de campagne de Robert Bresson, d'après le roman de Georges Bernanos[3].

De 1949 à 1955, il exerça à l'Hôpital Bichat chez le professeur Guy Laroche, chef de service[3].

En 1957, il présida la Société médico-psychologique qu'il avait rejoint en 1923[3].

Bon vivant et proche de ses patients, confident et ami des artistes, il est considéré comme un « psychiatre cultivé et humaniste »[2],[3],[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • « La Pensée magique dans l’art », Revue Française de Psychanalyse, vol. 7, no 1,‎ 1934, p. 66-83 (lire en ligne).
  • « Le masque symbolique d'une bouffée délirante chez une jeune fille de 18 ans », Le Disque Vert, (Bruxelles), n° spécial, 1924, pp. 100-108.
  • En collaboration avec Gilbert Robin, « Les rêveurs. Considérations sur les mondes imaginaires », L’Évolution psychiatrique, vol. 1,‎ 1925, p. 155-192 (lire en ligne).
  • En collaboration avec Gilbert Robin, Les rêveurs éveillés, Paris, Gallimard (Les documents bleus n° 20),‎ 1925, 218 p.
  • « L'expression de l'ineffable dans les états psychopathiques », Évolution Psychiatrique, 1934, Vol. 4, n° 2, pp. 35-53.
  • « L'obsession », Revue Française de Psychanalyse, (Paris), Vol. 5, n°4, 1932, pp. 586-648.
  • « Quelques résultats de lobotomie », Évolution Psychiatrique, 1949, n° 4, pp. 517-521.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de Paris en ligne, acte de naissance n°6e/804/1886, avec mention marginale du décès
  2. a et b Pierre Vallier, « Le docteur Adrien Borel : un grand médecin et un artiste », Le Dauphiné Libéré,‎ septembre 1966
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Jean-Pierre Bourgeron, Marie Bonaparte et la psychanalyse à travers ses lettres à René Laforgue et les images de son temps, Genève, Slatkine,‎ 1993, p. 111 notice biographique
  4. « Thèse d'Adrien Borel », sur Système Universitaire de Documentation (consulté le 27 décembre 2014)
  5. a, b et c (en) « Adrien Alphonse Alcide Borel », sur Answers (consulté le 27 décembre 2014)
  6. « Galerie de portraits de la psychanalyse française », sur Association Européenne des Jeunes Chercheurs en Psychopathologie et Psychanalyse (consulté le 27 décembre 2014)
  7. Nadine Mespoulhès, « Alphonse, Alcide, Adrien Borel "le latitudinaire" (1886-1966) », L’Évolution Psychiatrique, no 4 (Vol. 57),‎ 1992, p. 753 à 769

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Adrien Borel (1886-1966) », Annales médico-psychologiques, vol. 124, no 5,‎ décembre 1966, p. 645-647 (lire en ligne).
  • Jean-Pierre Bourgeron : art. sur Adrien Borel (1886-1966), Revue française de psychanalyse, 1997, tome 61, no 2, p. 685-686.
  • Jean-Pierre Bourgeron, Marie Bonaparte et la psychanalyse à travers les lettres à René Laforgue et les images de son temps, Genève, Éditions Slatkine, 1993.
  • Alain de Mijolla, Freud et la France, 1885-1945, Paris, Presses Universitaires de France, 2010 (ISBN 978-2-13-054515-6)
  • Elisabeth Roudinesco & Michel Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Librairie Arthème Fayard, 2006, 3e édition [voir entrée "Borel Adrien"].

Liens externes[modifier | modifier le code]