Adolf Anderssen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andersen.

Adolf Anderssen

Description de l'image  and00278.png.
Naissance 6 juillet 1818
Breslau, Royaume de Prusse
Décès 13 mars 1879 (à 60 ans)
Breslau, Empire allemand
Nationalité Allemande
Profession Instructeur, professeur de mathématiques
Autres activités
Joueur d'échecs
Distinctions
Vainqueur des tournois de Londres 1851, Londres 1862, Baden-Baden 1870, de la Partie immortelle et de la Toujours Jeune

Adolf Anderssen (né le 6 juillet 1818 à Breslau, Royaume de Prusse (aujourd'hui Wrocław, en Pologne) et mort le 13 mars 1879 (à 60 ans) dans la même ville, alors dans l'Empire allemand) est un joueur d'échecs allemand. Considéré comme le meilleur joueur du monde après un important tournoi tenu à Londres en 1851[1], il est considéré comme l'un des meilleurs représentants de l'école romantique[2].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Débuts aux échecs[modifier | modifier le code]

Adolf Anderssen apprit le jeu d'échecs de son père à l'âge de 9 ans[3]. Passionné, il dévore toute la littérature échiquéenne qu'il peut trouver, mais se consacre avant tout à ses études de mathématiques. Pendant cette période, il pratique peu, s'intéressant surtout à la composition : il publie à l'âge de 24 ans une étude de finales, Aufgaben für Schachspieler, qui lui donne un important succès[4]. Devenu professeur au lycée à Breslau et son avenir étant assuré, il commence alors sa carrière de joueur amateur à 30 ans.

Après un premier match disputé en 1848, Anderssen affronte Daniel Harrwitz, l'un des meilleurs joueurs d'Europe en obtenant un score nul de 5 à 5. Pour un pur amateur, ce résultat est remarquable. La même année, le Illustrierte Zeitung, journal d'échecs allemand, publie son portrait, ce qui était considéré comme un grand honneur à l'époque[5].

Vainqueur du tournoi de Londres 1851[modifier | modifier le code]

Howard Staunton vers 1855
Article détaillé : Tournoi d'échecs de Londres 1851.

Ne pouvant jouer sérieusement que pendant ses congés scolaires, Anderssen s'inscrivit en 1851 au premier tournoi européen d'échecs qui avait lieu en même temps que l'exposition universelle de Londres. Il prend le dessus sur tous les meilleurs joueurs d'Europe, ainsi que sur le champion du monde officieux : Howard Staunton[6]. Le tournoi de Londres était un tournoi à élimination directe. Anderssen battit successivement Lionel Kieseritzky, Szén, Staunton et enfin Wyvill en finale.

Match contre Paul Morphy (1858)[modifier | modifier le code]

l'Américain Paul Morphy en 1858

Devenu une célébrité, Adolf Anderssen relâcha ses efforts et manqua son tournoi suivant à Manchester (1857)[7]. Peu après, en 1858, il se fit battre par le « météore prodigieux », l'Américain Paul Morphy, sur le score sans appel de 2 victoires à 7 avec 2 parties nulles[8].

Vainqueur du tournoi de Londres 1862[modifier | modifier le code]

Adolf Anderssen vers 1860

Reprenant l'entraînement, Anderssen affronte en 1860 la nouvelle étoile montante des échecs autrichiens, le baron Ignác Kolisch : il obtient 6 victoires et subit 6 défaites. L'année d'après, en 1861, Kolisch déménage à Londres dans le but de battre Morphy, mais ce dernier délaisse la vie échiquéenne. Kolisch décide donc d'affronter Anderssen pour asseoir sa réputation. Au terme du match, Anderssen gagne par le score de 4 à 3[9].

Article détaillé : Tournoi d'échecs de Londres 1862.

L'année suivante, en 1862, il remporte la 2e édition du tournoi de Londres. C'est la première fois qu'une pendule est introduite pour contrôler le temps de réflexion des joueurs[10]. Dépassant Louis Paulsen, Anderssen remporte le tournoi avec 12 points sur 13 possibles[11].

Matchs contre Neumann et Steinitz (1864-1866)[modifier | modifier le code]

Après le tournoi de Londres 1862, de 1863 à 1867, Anderssen ne participa à aucun tournoi. Il ne joua que des matchs ou des parties amicales, notamment contre Rosanes en 1862-1863, contre Berthold Suhle en 1864 et contre Carl Mayet en 1865. En 1864, il fut coéditeur du Neue Berliner Schachzeitung avec Gustav Neumann contre lequel il perdit des matchs amicaux en 1864 et 1865 à Berlin (sur les scores de 6 à 8 et de 12,5 à 15,5). Les revers continuèrent en 1866, quand il perdit son match contre l'Autrichien Wilhelm Steinitz sur le score serré de 6 à 8 et aucune partie nulle[12] ainsi qu'un match contre Neumann à Berlin (+9 –13 =2). En 1967, Anderssen fut absent des tournois de Dundee et de Paris, n'ayant pu obtenir de congé.

Vainqueur du tournoi de Baden-Baden 1870[modifier | modifier le code]

En 1868, Anderssen remporta le tournoi d'Aix la Chapelle, en 1869, celui de Barmen. En 1870, il participa à un tournoi international richement doté en prix qui se disputait à Baden-Baden. Plusieurs innovations y furent testées pour la première fois : sous peine de perdre la partie, le temps de réflexion de chaque joueur était limité à une heure pour vingt coups; les joueurs devaient remettre une copie lisible de leur partie sous peine de perdre un demi-point. Anderssen gagna le tournoi à deux tours sur le score de 11 points sur 16, battant Steinitz deux fois qui avait accumulé 10,5 points[13].

Fin de carrière (1871-1879)[modifier | modifier le code]

En 1871, Anderssen perd un premier match contre Johannes Hermann Zukertort, mais prend sa revanche l'année d'après en gagnant les trois parties. Par la suite, il participe à différents tournois majeurs mais termina seulement troisième du tournoi de Vienne 1873, deuxième dans le tournoi de Leipzig 1877 organisé pour le cinquantième anniversaire de ses débuts au échecs (à neuf ans) ; et sixième du tournoi international de Paris en 1878[14]. Bien qu'ayant remporté quelques tournois mineurs (Leipzig 1871, Altona 1872 et Leipzig 1876), on dut se rendre à l'évidence : le temps des échecs romantiques était révolu ; l'époque du jeu scientifique et positionnel débutait.

Adolf Anderssen s'éteint en 1879, laissant l'empreinte d'un homme passionné, jamais accablé par une défaite et toujours prêt à lutter contre les meilleurs. Il fut un des rares maîtres à ne se faire aucun ennemi et mena la vie tranquille d'un enseignant modeste.

Palmarès[modifier | modifier le code]

1845 - 1862[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur ou ex æquo Deuxième ou troisième
1845 (Breslau) Match contre Bledow[15] : 0,5-4,5
1846 (Breslau) Match contre Von der Lasa[15],[16] : +2 –2 ou 2–4
1848 (Breslau) Match contre Daniel Harrwitz[17] : +5 –5
1851 (Berlin) Matchs[18] contre Mayet : 4–0 ; contre Falkbeer : +2 –1
et contre Dufresne : 13–5 (+12 –2 =2)
(Londres) Matchs contre Löwenthal[19],[20] : +5 –2 et +5 –4
Tournoi international de Londres[21] : 15 / 21 (+14 –5 =2)
(Londres) « Partie immortelle » contre Kieseritzky : 1–0
Tournoi du club de Londres[20] : 7,5 / 8
(Londres) Match amical contre Jenay : 4,5–3,5
(Leipzig) Match contre Pitschel[18] : 2–2 (+1 –1 =2)
(Londres) Match amical
contre Kieseritzky[20] : 3,5–7,5 (+3 –7 =1)

(Breslau) Match contre Von der Lasa[22] : 5–10
1852 (Berlin) Partie « La Toujours Jeune » contre Dufresne : 1–0 1851-1859 (Breslau)
Parties amicales contre Louis Eichborn[23] :
0,5–8,5 ; 0–9 ; 0–4 ; 0–2 ; 0–4[18],[24],[25],[26]
ou +2 –29 =1[27]
1853
1854
1855 (Berlin) Matchs[25] contre Mayet : +14 –6 =1 et Dufresne : 4–0
(Leipzig) Match contre Pollmacher[25] : +3 –1
1856 (Breslau) Match contre Hillel[28] : +2 –1
1857 Tournoi de Manchester[29] (1er congrès britannique)
(3e-4e, éliminé en demi-finale) : 1 / 2 (+1 –1)[30]
(Manchester) Match contre Kipping[26] : +4 –5
1858 (Paris) Match contre Harrwitz[31] : 4,5–2,5 (+3 –1 =3) (Paris) Match contre Morphy[32] : 3–8 (+2 –7 =2)
Match amical contre Morphy : +1 –5
1859 (Berlin) Matchs[33] contre Mayet : +14 –2 et Dufresne : 4–0
(Breslau) Match amical contre Suhle[33] : 31–17 (+27 –13 =8)
(Cologne) Match contre Carstanjen[33] : 7,5–3,5 (+7 –3 =1)
(Breslau) Matchs amicaux contre Lange[31] :
1,5–3,5 (+1 –2 =1) et 3,5–4,5 (+3 –4 =1)
1860 (Paris) Match contre Kolisch[34] : 5,5–5,5 (+5 –5 =1)
(Paris) Match amical contre Laroche : +3 –2
(Paris) Match contre Paul Journoud : 3,5–1,5 (+3 –1 =1)
(Berlin) Match contre Hirschfeld[35] : 16,5–12,5 (+14 –10 =5)
(Paris) Match amical
contre De Riviere[34] : 2,5–3,5 (+2 –3 =1)
1861 (Londres) Match contre Kolisch[36] : 5–4 (+4 –3 =2)
(Londres) Match amical contre Löwenthal : +2 –1
(Rotterdam) : Matchs[36] contre Dufresne : +4 –1 ; Raland : 3–0
contre Dupre : 2,5–0,5 et contre Messemaker : +2 –1
1862 Tournoi international de Londres[37] : 12 / 13 (+12 –1 =1)
(Londres) Match amical contre Steinitz : +2 –1
(Londres) Match contre Paulsen[37] : 4–4 (+3 –3 =2)
(Breslau) : match contre Rosanes[37] : 2,5–2,5 (+2 –2 =1)
Tournoi à handicap de Londres[38] (3e)
(victoire de Mackenzie devant Deacon)

1864 - 1878[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur ou ex æquo Deuxième à sixième
1864 (Breslau) Match contre Zukertort[39] : 5,5–3,5 (+5 –3 =1)
(Berlin) Matchs[39] amicaux contre Suhle : 4–4 (+3 –3 =2)
et contre Schallopp : +6 –1
(Berlin) Match contre Neumann[39] : 6–8 (+4 –6 =4)
1865 (Berlin) Matchs[40] contre Mayet : +5 –2 =1 ;
contre De Riviere : +2 –2 =1 et contre Knorre : +3 –1
(Berlin) Match contre Neumann[40] : 12,5–15,5 (+11 –14 =3)
(Breslau) Matchs contre Zukertort[40] :
8–15 (+6 –13 =4) et 4–10 (+3 –9 =2)
1866 (Berlin)
Match contre Von Minckwitz[41] : 8,5–3,5 (+8 –3 =1)
(Berlin) Match contre Neumann[42] : 10–14 (+9 –13 =2)
(Londres) Match contre Steinitz[43] : +6 –8
(Breslau) Match contre Zukertort[42] : 1,5–2,5 (+1 –2 =1)
1867 (Breslau) Match contre Samuel Mieses[44] : 4,5–0,5
1868 (Berlin)
Match contre Zukertort[44] : 8,5–3,5 (+8 –3 =1)
Tournoi d'Aix la Chapelle[45] (1er-2e) : +2 –1 =1
(7e congrès allemand de l'ouest, ex æquo avec Lange)
(deuxième après le départage perdu contre Lange : 0–1)
1869 Tournoi de Hambourg[46] (1er-2e) : 4 / 5 (+4 –1 =1)
(2e congrès allemand du nord, ex æquo avec Paulsen)
Match de départage contre Paulsen : 1,5–0,5
Tournoi de Barmen[46] : 5 / 5
(8e congrès allemand de l'ouest)
1870 Tournoi de Baden-Baden[47] : 13 / 18 (+12 –4 =2) (Baden-Baden) Match contre Paulsen[48] : 0,5–2,5
1871 Tournoi de Leipzig[49] (1er-2e) : 4,5 / 5
(1er congrès allemand du centre, ex æquo avec Mieses)
Vainqueur après le départage contre Mieses : 1–0
Tournoi de Krefeld[49] (1er-3e) : 4 / 5 (+4 –1)
(9e congrès allemand de l'ouest)
(ex æquo avec Paulsen et Von Minckwitz)
Tournoi de départage (2e après Paulsen) : +1 –1
(Berlin) Match contre Zukertort[49] : +2 –5
1872 Tournoi d'Altona[50] : 3,5 / 4
(3e congrès allemand du nord)
1873 Tournoi de Vienne[51] (3e) : 8,5 / 11 (+17 –9 =4)
(victoire de Steinitz et Blackburne)
1876 Tournoi de Leipzig[52] (1er-3e) : 3,5 / 5 (+3 –1 =1)
(2e congrès allemand du centre)
Tournoi de départage contre Goering et Pitschel : 2 / 2
(Leipzig) Match contre Paulsen[53] : 4,5–5,5 (+4 –5 =1)
1877 (Leipzig) Match de départage contre Zukertort : 1–0 Tournoi de Leipzig[54] (2e-3e) : 8,5 / 11 (+7 –1 =3)
(3e congrès allemand du centre ; congrès national officieux)
(victoire de Paulsen, 3e : Zukertort après départage)
(Leipzig) Match contre Paulsen[54] : 3,5–5,5 (+3 –5 =1)
1878 Tournoi de Paris[55] (6e) : 12,5 / 22 (+11 –8 =3)
(victoire de Zukertort et Winawer devant Blackburne)
Tournoi de Francfort[56] (3e) : 6 / 9 (+5 –2 =2)
(12e congrès allemand de l'ouest)
(victoire de Paulsen devant Adolf Schwarz)

Parties célèbres[modifier | modifier le code]

Anderssen a produit deux parties qui représentent plutôt bien le romantisme de cette époque : « l'Immortelle » contre Lionel Kieseritzky en 1851 et « la Toujours Jeune » disputée contre Jules Dufresne en 1852.

Articles détaillés : Partie immortelle et La Toujours Jeune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Barcza, Alfody et Kapu, p. 71
  2. (en) ChessGames.com, « Adolf Anderssen », ChessGames.com (consulté le 29 janvier 2009)
  3. Barcza, Alfody et Kapu, p. 73
  4. Barcza, Alfody et Kapu, p. 74
  5. Barcza, Alfody et Kapu, p. 76
  6. Barcza, Alfody et Kapu, p. 80-82
  7. Barcza, Alfody et Kapu, p. 90-91
  8. Barcza, Alfody et Kapu, p. 91-92
  9. Barcza, Alfody et Kapu, p. 96
  10. Barcza, Alfody et Kapu, p. 97
  11. (en) Mark Weeks, « World Chess Championship 1862 London Tournament », Mark Weeks,‎ 2008 (consulté le 29 janvier 2009)
  12. Barcza, Alfody et Kapu, p. 104-108
  13. Barcza, Alfody et Kapu, p. 110
  14. Barcza, Alfody et Kapu, p. 112-114
  15. a et b Di Felice 2004, p. 6
  16. Article de G. H. Diggle sur le site chesscafe.
  17. Di Felice 2004, p. 8
  18. a, b et c Di Felice 2004, p. 15
  19. Di Felice 2004, p. 10
  20. a, b et c Di Felice 2004, p. 14
  21. Di Felice 2004, p. 11-13
  22. The Chess Player, 29 Nov. 1851, v.1, p.160, match en cours
  23. 36 parties furent publiées en 1912 par
    Von Gottschall dans sa biographie d'Anderssen.
  24. Di Felice 2004, p. 16
  25. a, b et c Di Felice 2004, p. 19
  26. a et b Di Felice 2004, p. 23
  27. 32 parties sur Chessgames ; (en) Courte biographie et parties de Eichborn sur ChessGames.com
  28. Di Felice 2004, p. 20
  29. Di Felice 2004, p. 21-22
  30. 1 - 0 contre Harrwitz et 0 -1 contre Löwenthal
  31. a et b Di Felice 2004, p. 28
  32. Di Felice 2004, p. 27
  33. a, b et c Di Felice 2004, p. 29
  34. a et b Di Felice 2004, p. 31
  35. Di Felice 2004, p. 32
  36. a et b Di Felice 2004, p. 33
  37. a, b et c Di Felice 2004, p. 35
  38. Di Felice 2004, p. 36-37
  39. a, b et c Di Felice 2004, p. 40
  40. a, b et c Di Felice 2004, p. 42
  41. Di Felice 2004, p. 45
  42. a et b Di Felice 2004, p. 43
  43. Di Felice 2004, p. 44
  44. a et b Di Felice 2004, p. 47
  45. Di Felice 2004, p. 48
  46. a et b Di Felice 2004, p. 49
  47. Di Felice 2004, p. 50
  48. Di Felice 2004, p. 51
  49. a, b et c Di Felice 2004, p. 52
  50. Di Felice 2004, p. 54
  51. Di Felice 2004, p. 56
  52. Di Felice 2004, p. 62
  53. Di Felice 2004, p. 66
  54. a et b Di Felice 2004, p. 67
  55. Di Felice 2004, p. 69
  56. Di Felice 2004, p. 71

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]