Salin-de-Giraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salin et Giraud.
Salin-de-Giraud
Rue et bâtiments typiques de Salin-de-Giraud
Rue et bâtiments typiques de Salin-de-Giraud
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Ville Arles
Canton Arles-Ouest
Démographie
Population 2 087 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 54″ N 4° 44′ 01″ E / 43.415, 4.7336143° 24′ 54″ Nord 4° 44′ 01″ Est / 43.415, 4.73361  
Altitude Min. 0 m – Max. 3 m
Cours d’eau Rhône
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Salin-de-Giraud

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Salin-de-Giraud

Salin-de-Giraud est un village situé sur le territoire de la commune d'Arles dans les Bouches-du-Rhône (canton d'Arles-Ouest), à près de 40 kilomètres du centre-ville d'Arles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Il se trouve au sud-est du delta de la Camargue, en rive droite du Grand-Rhône.

Accès[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bac de Barcarin.
Le bac de Barcarin permet le franchissement du Grand-Rhône à hauteur de Salin-de-Giraud

Salin-de-Giraud est essentiellement desservi par la route départementale 36 qui le relie à Arles en suivant la rive droite du Rhône. Une variante (D 36b) longe l'étang de Vaccarès.

Un bac acceptant les véhicules automobiles franchit le Rhône entre Salin et la sortie nord de Port-Saint-Louis-du-Rhône, permettant de se rendre à Martigues ou à Marseille sans passer par Arles. Les habitants formulent régulièrement la demande de construction d'un pont : le projet, relancé en 2004 lorsque le Conseil général vota une délibération en sa faveur, est pour l'instant au point mort[1].

Dans le cadre du transport du sel, un bac ferroviaire a été créé et mis en service le 1er septembre 1958[2]. Il relie le faisceau SNCF d'Eysselle, sur la rive gauche du Rhône, au réseau ferroviaire des usines de Salin-de-Giraud . Actuellement cette installation ne fonctionne plus.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Salin-de-Giraud est située dans le delta du Rhône, et jouxte le Grand Rhône. Le hameau a été construit sur des zones d'ensablement alluvionnaire progressifs. Fin 2010, la compagnie exploitante des salins a dénoncé les projets d'aménagement du Rhône, et le plan anti-crues, considérant qu'ils risquaient de remettre en cause l'existence de l'exploitation du sel[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cabanes de saunier, à appentis en pignon (années 1900)
Cabane de sagne moderne, au pignon en forme de losange (2e moitié du XXe siècle)

Salin-de-Giraud a été créé en 1856 lors de l'implantation de la société Henry Merle, chargée de fournir le sel pour l'usine chimique de Salindres, près d'Alès (Gard), qui produisait de la soude (= carbonate de sodium). Henry Merle (dont le site passera ensuite aux mains de Péchiney puis des Salins du Midi), a été rejoint par le chimiste belge Ernest Solvay, qui a fondé sur la commune de Salin un second site industriel en 1895, destiné à utiliser le sel ainsi récolté pour fabriquer du carbonate de soude suivant son procédé mis au point en 1863. La ville s'est alors construite en opposant deux zones, chacune associée à une usine (le quartier Péchiney et le quartier Solvay), sur un plan en damier typique des cités ouvrières de la seconde moitié du XIXe siècle. Larges rues, groupes d'habitations séparés par des jardins publics ou privés, places, utilisation de la brique en façades, nombreux lambrequins en bois subsistant sur les débords de toitures, ancienne usine et sa maison de maître, etc. En cela, Salin-de-Giraud constitue un exemple particulièrement intéressant de l'urbanisme industriel et ouvrier du XIXe siècle, totalement en rupture avec l'architecture locale et révélateur des utopies patronales paternalistes, créant ex-nihilo une cité pour les ouvriers. Ainsi des longs bâtiments rectangulaires du quartier Solvay, construits avec des briques et des ouvriers importés du Nord, qui valent au village le surnom de "corons en Camargue", assez spectaculaire dans ce paysage provençal.

Des cartes postales du début du XXe siècle entretiennent le souvenir de cabanes de sagne péri-urbaines. En 1914, il y en avait 22, habitées par des ouvriers sauniers (ou saliniers)[4]. Aujourd'hui, elles ont toutes disparu : déjà en 1943, il n'en restait plus qu'une d'après la carte des « Cabanes et bergeries en Camargue, en 1943 », publiée dans le volume « Provence » du Corpus de l'architecture rurale française[5]. Étant donné la date de fondation du village, il est vraisemblable que les cabanes salinières furent construites dans la deuxième moitié du XIXe siècle[6].

Cité pionnière et prolétaire, Salin-de-Giraud a donc grandi des vagues successives d'ouvriers, venus se livrer aux tâches particulièrement éprouvantes de l'extraction et de la transformation du sel. Si les deux compagnies ont d'abord trouvé leur main-d'œuvre dans les départements pauvres voisins, le Gard ou la Lozère notamment, ou en provenance d'Italie, la saignée de la Première Guerre Mondiale les oblige à élargir le recrutement, notamment de la part de Péchiney, entreprise moins rétive à rassembler des communautés venues d'ailleurs. Les usines embauchent alors des Espagnols, des Russes, des Baltes, et notoirement des Arméniens, fuyant le génocide, et des Grecs. Ces derniers sont originaires, pour la plupart, d'Asie Mineure (l'actuelle Turquie dont les chassent la "catastrophe" de Smyrne et la répression des Jeunes-Turcs, au tournant des années 1910-1920) ou des îles du Dodécanèse, face aux côtes turques. Salin-de-Giraud compte ainsi encore de très nombreux descendants d'immigrés de Kalymnos, une petite île célèbre pour ses pêcheurs d'éponges. Marqué par la tradition camarguaise dont attestent par exemple les arènes situées en son cœur, le village doit aussi une part de son identité singulière à cette diaspora, présente à travers son église orthodoxe (un long bâtiment bas, repeint de bleu et de blanc, offert par les Salins du Midi), ou par les fêtes qu'elle organise régulièrement, avec danses et nourritures traditionnelles de Kalymnos[7].

Au quartier Molinari, un petit quartier éloigné du centre d'environ 1500 mètres, de longs bâtiment de 30 mètres sur une largeur de 5 mètres abritaient des appartements très rustiques pour des familles ou pour des célibataires : une arrivée d'eau dans une pièce qui servait de cuisine, de salon, de salle de bain. Il n'y avait aucun frais (logement, eau, électricité, médecin, infirmière). Les habitants avaient des bons pour obtenir le nécessaire (nourriture), on leur fournissait de la paille pour réaliser leur matelas, et, de plus, un lit à treillis.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Mairie annexe de Salin-de-Giraud

Administration[modifier | modifier le code]

Salin-de-Giraud dépend administrativement de la commune d'Arles.

Revendication d'autonomie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Salin-de-Giraud ont formulé à six reprises une demande d'autonomie communale : en 1904, 1945, 1947, 1971, 1982 puis 2001[8]. Cette dernière demande, conduite par le député-maire des Saintes-Maries-de-la-Mer, Roland Chassain, n'a pas plus abouti que les précédentes, et Salin-de-Giraud est resté rattaché à Arles.

Par lettre en date du 15 février 2007[9], Brice Hortefeux, Ministre délégué aux Collectivités territoriales, se déclarait pourtant favorable à l'émancipation administrative de Salin-de-Giraud par rapport à la ville d'Arles. Dès 2008, Salin-de-Giraud aurait pu devenir la 120e commune des Bouches-du-Rhône, et se classer au 7e rang national des communes les plus étendues territorialement.

Mais le maire d'Arles Hervé Schiavetti, le conseil municipal d'Arles, commune de tutelle, le conseil général des Bouches-du-Rhône et son président Jean-Noël Guérini, le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, et le président de région et ancien maire d'Arles Michel Vauzelle, se sont tous prononcés contre la scission avec Arles.

Le préfet de région Michel Sappin a finalement rejeté la demande de création de la commune de Salin-de-Giraud, arguant de « l'absence de consensus » ainsi que de la « situation préoccupante » du budget de la future commune. Autre argument, « la démarche serait préjudiciable à la cohérence de la politique de préservation » menée par le Parc naturel régional de Camargue[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
- - - - - 2 084 2 160[11] 2 087


Activités économiques[modifier | modifier le code]

  • Exploitation du sel : le groupe des Salins du Midi exploite des marais salants qui produisent environ un million de tonnes de chlorure de sodium par an.
  • Industrie chimique : implantée depuis 1895, la société belge Solvay fabrique à partir du chlorure de sodium du carbonate de sodium nécessaire à la fabrication du savon de Marseille.
  • Tourisme : la plage de Piémançon, ou grande plage d'Arles, plage de sable fin qui s'étend sur plusieurs kilomètres à l'ouest de l'embouchure du grand Rhône, reçoit chaque été plusieurs milliers de campeurs, dont de nombreux naturistes ; les étangs du sud du Vaccarès (étangs du Fangassier, de Faraman, de Beauduc, etc.) abritent des colonies de flamants roses ; la « digue à la mer », chemin de terre légèrement surélevé par rapport aux étangs, peut conduire piétons, VTtistes ou cavaliers jusqu'aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Cependant tout cet écosystème est menacé par la surfréquentation.
  • Élevage : taureaux de combat et de taureaux Camargue (AOC) de la ganadería et de la manade Hubert Yonnet.
Montagne de sel ou camelle à Salin-de-Giraud.

Éducation[modifier | modifier le code]

Groupe scolaire de Salin-de-Giraud

Les élèves de Salin-de-Giraud débutent leurs études à l'école maternelle du hameau (code national 0130342B), puis dans le groupe scolaire primaire. En septembre 2011, l'école maternelle comptait 63 écoliers[12].

Transports publics[modifier | modifier le code]

Les Salins de Giraud et Le Sambuc sont reliés au centre d'Arles, par la ligne « Agglo 10 : Lamartine - Salin-de-Giraud », avec six passages quotidien[13]. De plus, la ligne scolaire entre Salin de Giraud et Port-Saint-Louis-du-Rhône est devenue, au deuxième semestre 2009, une ligne régulière de transport public, ouverte à tous les voyageurs[14].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Les plages de Salin-de-Giraud font partie des lieux de pratique du kitesurf. Le 11 novembre 2013, le français Alex Caizergues y bat le record du monde de vitesse de cette disciple, sur 500 m, à la vitesse de 104,86 km/h[15].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées au village[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En Camargue, le bac est une espèce protégée, article paru dans le mensuel provençal le Ravi, janvier 2012.
  2. Louis Caillot in CFRU (chemins de fer régionaux et urbains), 1995.
  3. Armelle Guyon, Les Salins du Midi dénoncent un plan anti-crues, FR3, 10 décembre 2011.
  4. Cf. Jean-Luc Massot, Maisons rurales et vie paysanne en Provence, Serg, 1975, p. 83.
  5. Jean-Luc Massot, op. cit., p. 73.
  6. Cf. L'évolution de la cabane camarguaise au XXee siècle d'après des cartes postales et photos anciennes, IX - Van Gogh et les chaumières saintines, site pierreseche.com, en part. section 3 (« Les cabanes de Salin-de-Giraud »), 2 décembre 2008.
  7. Annie Maïllis, Des Grecs en Camargue, chronique d'exil entre sel et mer (cf. Bibliographie).
  8. « Les 2 100 habitants de Salin-de-Giraud veulent faire sécession avec la ville d’Arles », article du quotidien en ligne Maire-info.com du 24 juin 2002
  9. « Le ministre se prononce pour l'autonomie de Salin », sur laprovence.com, 25 mars 2007
  10. « Salin commune, c’est non ! : le préfet de région Michel Sappin a rejeté la demande de création de Salin de Giraud », sur laprovence.com, 7 décembre 2007
  11. démographie 2006
  12. fiche de l'école de Salin-de-Giraud.
  13. horaire de la ligne de bus
  14. article sur la ligne de Port Saint Louis du Rhône
  15. record du monde de vitesse en katesurf
  16. croix de belugue, pays-arles.org.
  17. église de Barcarin, pays-arles.org.
  18. Touvieille, pays-arles.org.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]