681

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
678 679 680  681  682 683 684

Décennies :
650 660 670  680  690 700 710
Siècles :
VIe siècle  VIIe siècle  VIIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire  IIe millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 681 du calendrier julien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Le général musulman Oqba ibn Nafaa est réinvestit dans ses fonctions de gouverneur au Maghreb. Arrivé à Kairouan à la fin de l'année, il marche vers l’ouest avec ses troupes et capture le chef berbère chrétien des Aurès Koceila, chef de la tribu des Aurébas, dans les environs de Tlemcen. Il aurait atteint Tanger où règne le prince chrétien Julien. Koceila parvient à s’échapper et à regrouper les troupes berbères. Il laisse Oqba s’enfoncer vers l’ouest sans l’attaquer pour le surprendre à son retour (683)[1].

Europe[modifier | modifier le code]

  • 9-25 janvier : XIIe concile de Tolède convoqué par le roi wisigoth Ervige pour légitimer son élection[2]. Il renouvèle les lois faites contre les Juifs et leur prescrit l’abjuration sous un délai d’un an[3].
    • Les Juifs espagnols taisent et cachent leurs pratiques religieuses (crypto-judaïsme). Ils suivent le culte chrétien et portent ouvertement des noms chrétiens, mais célèbrent leur religion dans les caves et les grottes. Ils font circoncire quand même leurs fils et prononcent à mot couvert les bénédictions hébraïques des mariages et des enterrements. Ils vivent volontiers dans les villages. S’ils sont pris en flagrant délit de Shabbat ou de grand jeûne du Yom Kippour, ils sont traduits en justice et exécutés. Le judaïsme parvient cependant à se maintenir, entre 670 et 710.
  • 9 août : lors du concile de Constantinople, un prêtre syrien dénonce dans un sermon la victoire des Bulgares menés par Asparoukh en Mésie sur l'Empire byzantin[4] . Il mentionne pour la première fois l’État bulgare dont la capitale est alors installée à Pliska (aujourd’hui Aboba, près de Choumen).
  • Septembre : traité entre l'Empire byzantin et les Bulgares reconnaissant de jure l'existence de l'État bulgare et imposant le versement d'un tribut par le basileus (pakton)[4] .


Naissances en 681[modifier | modifier le code]

Décès en 681[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'Afrique septentrionale par Ernest Mercier Adamant Media Corporation, 1891 (ISBN 978-1-4212-5345-9)
  2. Histoire universelle de l'Eglise Catholique, par René François Rohrbacher, Auguste-Henri Dufour Éditeur Gaume Frères, 1857
  3. La géographie du pouvoir dans l'Espagne visigothique, par Céline Martin Presses Univ. Septentrion, 2003 (ISBN 978-2-85939-815-6)
  4. a et b La Bulgarie, la petite inconnue par Georges Castellan clio.fr
  5. Histoire de la Gaule méridionale sous la domination des conquérants germains, par Claude Charles Fauriel Éditeur Paulin, 1836
  6. Histoire du Bas-Empire, par Charles Le Beau, Hubert-Pascal Ameilhon De l'imprimerie de Firmin Didot, 1830
  7. Mahomet et Charlemagne, par Henri Pirenne Presses universitaires de France, 1992