Érection post mortem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une érection post mortem, aussi appelée érection terminale[1] est une érection, techniquement priapique, observée sur des cadavres humains mâles qui ont été exécutés, particulièrement par pendaison[2].

Généralités[modifier | modifier le code]

Le phénomène est attribué à la pression faite sur le cervelet par la corde[3]. Des lésions à la moelle épinière sont liées au priapisme[4]. Des lésions au cervelet ou à la moelle épinière sont également souvent associées au priapisme chez des patients vivants[2].

La mort par pendaison, que ce soit par exécution ou par suicide, affecte souvent les organes génitaux masculins comme féminins. Chez les femmes, les lèvres de la vulve se gonflent et il peut survenir un écoulement de sang du vagin. Chez les hommes, on trouve un état d'érection du pénis plus ou moins complet, avec écoulements d'urine, de mucus ou de fluide prostatique, qui surviennent assez souvent, dans un tiers des cas.

D'autres causes de décès peuvent aussi être responsables de ces effets, comme des blessures par balle au cerveau ou touchant des vaisseaux sanguins importants, ou des empoisonnements violents. En médecine légale, la présence d'une érection terminale est un indicateur d'une mort très probablement rapide et violente[5].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Death erection » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) Helen Singer Kaplan et Melvin Horwith ; The Evaluation of Sexual Disorders: Psychological and Medical Aspects ; Grande-Bretagne ; Brunner Routledge ; 1983. Passage : "Men subjected to capital punishment by hanging and laboratory animals sacrificed with cervical dislocation have terminal erections. The implication is that either central inhibition of erection is released and erection created or that a sudden massive spinal cord stimulus generates an erectile response. There is ample experimental and clinical evidence to support the former supposition."
  2. a et b (en) Willis Webster Grube ; A Compendium of practical medicine for the use of students and practitioners of medicine ; Hadley Co. ; 1897. Citation :"Erection has long been observed to follow injuries to the cerebellum and spinal cord. Out of eleven cases of cerebellar hemorrhage, erection of the penis was noted six times by Serres. Death by hanging is often accompanied by partial erection."
  3. (en) George M. Gould et Walter L. Pyle ; Anomalies and Curiosities of Medicine ; 1900. Passage : "Priapism is sometimes seen as a curious symptom of lesion of the spinal cord. In such cases it is totally unconnected with any voluptuous sensation, and is only found accompanied by motor paralysis. It may occur spontaneously immediately after accident involving the cord, and is then probably due to undue excitement of the portion of the cord below the lesion, which is deprived of the regulating influence of the brain... Pressure on the cerebellum is supposed to account for cases of priapism observed in executions and suicides by hanging. There is an instance recorded of an Italian castrata who said he provoked sexual pleasure by partially hanging himself."
  4. (en) David Levy ; Neck trauma ; eMedicine.com
  5. (en) William Augustus Guy, Principles of Forensic Medicine, Henry Renshaw, 1861, p. 246

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]