Élection fédérale canadienne de 1917

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Parlement canadien après l'élection de 1917

  •      Gouvernement (153)
  •      Opposition (82)

L'élection fédérale canadienne de 1917 se déroule le 17 décembre 1917 dans le but d'élire les députés de la 13e législature à la Chambre des communes du Canada. Il s'agit de la 13e élection générale depuis la confédération canadienne de 1867. Qualifiée d'« élection la plus amère de l'histoire du Canada » par l'historien Michael Bliss, il s'agit essentiellement d'une confrontation sur la question de la conscription. Le Parti unioniste du Premier ministre sir Robert Borden est élu avec une forte majorité, ainsi que le plus grand pourcentage du vote populaire pour un parti unique dans l'histoire du Canada.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'élection précédente avait eu lieu en 1911 et avait été remportée par les conservateurs de Borden. Sous la loi électorale canadienne, le Canada aurait dû avoir une élection en 1916. Toutefois, citant l'urgence de la Première Guerre mondiale, le gouvernement retarde l'élection dans l'espoir de former un gouvernement de coalition, comme c'est le cas au Royaume-Uni.

Sir Wilfrid Laurier, chef du Parti libéral du Canada, refuse de se joindre à la coalition à cause de la conscription. La conscription est fortement opposée au Québec, bastion du Parti libéral. Laurier était inquiet que la province abandonnerait les libéraux, et peut-être le pays également, s'il acceptait de se joindre à la coalition de Borden. Ce dernier va de l'avant et forme son gouvernement « unioniste », et le Parti libéral se déchire sur la question. Plusieurs députés libéraux canadien-anglais, ainsi que les partis libéraux des provinces anglophones, appuient le gouvernement unioniste.

Afin d'assurer la victoire de la conscription, Borden adopte deux lois pour influencer le vote en faveur du gouvernement. La première, la Loi des élections en temps de guerre, enlève le droit de vote aux objecteurs de conscience et aux citoyens canadiens né dans des pays ennemis et naturalisés après 1902. La loi accorde également le droit de vote aux épouses des militaires. Ainsi, l'élection de 1917 est la première élection fédérale où certaines femmes ont le droit de voter. La deuxième nouvelle loi est la Loi des électeurs militaires qui permet au soldats en mission à l'étranger de choisir la circonscription dans laquelle leur vote serait comptabilisé. Ceci permet au gouvernement de diriger les soldats, fortement en faveur de la conscription, à voter dans les circonscriptions où ils seraient le plus utile.

Peu après l'adoption de ces mesures, Borden convainc une faction de libéraux (utilisant le nom libéral-unionistes) ainsi que Gideon Decker Robertson, décrit comme un sénateur « travailliste » (bien que non-affilié avec aucun parti travailliste) de se joindre à son Parti conservateur, formant le gouvernement unioniste en octobre 1917. Il dissout ensuit la législature afin de briguer un mandat dans l'élection qui oppose les candidats du gouvernement, qui se présentent sous la bannière du Parti unioniste, contre la faction anti-conscription du Parti libéral qui se présente sous le nom de « Laurier libéral ».

Ce débat divisif déchire le pays sur les lignes linguistiques. Les libéraux remportent 82 sièges, dont 62 au Québec. Les unionistes remportent 153 sièges ; les trois sièges unionistes au Québec sont tous dans des circonscriptions majoritairement anglophones.

Résultats[modifier | modifier le code]

Pays[modifier | modifier le code]

Parti Chef # de
candidats
Sièges Voix
1911 Élus % Diff. # % % Diff.
     Gouvernement (Unioniste)1 Robert Borden 211 131 153 +16,0 % 1 070 694 56,93 % +8,90 %
     Opposition (Laurier libéraux)1 Wilfrid Laurier 213 85 82 -3,5 % 729 756 38,80 % -7,02 %
     Travailliste 22 1 - -100 % 34 558 1,84 % +0,91 %
     Opposition-travailliste 8 * - * 22 251 1,03 % *
     Indépendant 5 - - - 12 023 0,64 % -0,15 %
     Libéral indépendant 2 * - * 7 753 0,41 % -
     Inconnu 12 - - - 3 773 0,20 % -1,78 %
     Non-Partisan League 3 * - * 2 863 0,15 % -
Total 476 221 235 +5,9 % 1 880 702 100 %
Sources: http://www.elections.caHistorique des circonscriptions depuis 1867

Notes :

* N'a pas présenté de candidat lors de l'élection précédente.

1 % diff. pour Gouvernement comparé au Parti compositeur dans l'élection de 1911, et pour Opposition comparé au Parti libéral.

Par province[modifier | modifier le code]

Parti C-B AB SK MB ON QC N-B N-É ÎPE YK Total
     Gouvernement Sièges : 13 11 16 14 74 3 7 12 2 1 153
     Voix (%) : 68,4 61,0 74,1 79,7 62,3 24,7 59,4 48,4 49,8 54,3 56,9
     Opposition Sièges : - 1 - 1 8 62 4 4 2 - 82
     Voix (%) : 25,6 30,6 23,4 20,3 32,1 73,4 40,6 45,5 50,2 45,7 38,8
Total seats 13 12 16 15 82 65 11 16 4 1 235
Partis n'ayant remporté aucun siège :
     Travailliste Voix (%) : 5,6 0,8 2,3 0,3 6,1 1,8
     Opposition-travailliste Voix (%) : 5,0 2,6 1,2 1,0
     Indépendant Voix (%) : 0,5 1,2 0,5 0,6
     Libéral indépendant Voix (%) : 0,8 0,5 0,4
     Inconnu Voix (%) : 0,4 0,1 0,7 0,2
     Non-Partisan Voix (%) : 2,2 0,2

Voir aussi[modifier | modifier le code]