Église Sainte-Catherine de Honfleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Sainte-Catherine
Vue générale de l'extérieur de l'église
Vue générale de l'extérieur de l'église
Présentation
Propriétaire Commune
Protection Logo monument historique Classé MH (1875)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Localité Honfleur
Localisation
Coordonnées 49° 25′ 16″ N 0° 13′ 57″ E / 49.42111, 0.2325 ()49° 25′ 16″ Nord 0° 13′ 57″ Est / 49.42111, 0.2325 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Catherine

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Église Sainte-Catherine

Géolocalisation sur la carte : Calvados

(Voir situation sur carte : Calvados)
Église Sainte-Catherine

L'église Sainte-Catherine est une église catholique située à Honfleur, dans le département français du Calvados, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Historique et description[modifier | modifier le code]

L'église est dédiée à sainte Catherine d'Alexandrie comme le rappelle une sculpture sur bois au-dessus du porche du clocher séparé des deux nefs. Elle y est représentée portant une roue et une épée. La première nef est la partie la plus ancienne de l'édifice, datant de la seconde moitié du XVe siècle, construite dès après la Guerre de Cent Ans. Elle a été bâtie sur le modèle d'une halle de marché, où ont été utilisés des éléments servant à la construction navale, le tout donnant l'aspect d'une coque de bateau renversée. Ensuite a été érigé le clocher à bonne distance de la nef, pour éviter que les paroissiens présents dans l'édifice ne soient la proie des flammes en cas d'incendie. En effet, le clocher attire la foudre en raison de son élévation et de sa position à flanc de colline. Au XVIe siècle, on ajoute une seconde nef, dont la voûte est conforme aux voûtes en bois des églises gothiques modestes. Elle a donc une forme plus arrondie et une disposition de charpente, sans rapport avec la structure d'un navire. De plus, on allonge les deux nefs de deux travées supplémentaires.

Les fameux « maîtres de hache » des chantiers navals de la ville ont réalisé ce bel ensemble sans avoir recours à la scie, tout comme leurs ancêtres normands que l'on voit en action sur la tapisserie de Bayeux et tout comme les Vikings avant eux.

Les poutres utilisées pour la réalisation des piliers de la nef et des bas-côtés sont de longueurs inégales, car on ne disposait plus de troncs de chênes assez longs pour les construire. Aussi, certains ont une assise en pierre, plus ou moins haute et d'autres, aucune.

Les travées du chœur, reprises au XIXe siècle, sont de qualité assez médiocre et le toit qui les couronne est surélevé par rapport à celui des parties anciennes.

L'église est partiellement recouverte de bardeaux en bois de châtaignier, que l'on nomme dialectalement « essentes » et qui constituent donc un « essentage ».

Le porche « néo-normand » a été construit sur le modèle de ceux des églises rurales de Normandie au début du XXe siècle et remplace un portail monumental en style néo-classique construit au siècle précédent et que l'on peut voir représenté sur certaines toiles de Jongkind ou de Boudin. Le portail sud quant à lui, est de style Renaissance.

À noter l'orgue classique provenant de la paroisse Saint-Vincent de Rouen et le balcon Renaissance orné de personnages musiciens. Des vitraux du XIXe siècle décorent les fenêtres du chœur à l'est.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1875[1].

L'édifice est dénué de transept et les bas-côtés de chapelles qui sont uniquement matérialisées par des statues récentes de saints personnages dont les indigènes saint Marcouf et sainte Thérèse de Lisieux.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :