Zapopan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Zapopan
Escudo de Zapopan.svgFlag of Zapopan.svg
Zapopan.jpg
Géographie
Pays
État
Municipalité
Zapopan (d)
Superficie
1 902,23 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
1 571 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Zapopanmapa.png
Démographie
Population
1 332 272 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
700,4 hab./km2 ()
Fonctionnement
Jumelages
Histoire
Fondation
Identifiants
Code postal
45010Voir et modifier les données sur Wikidata
Indicatif téléphonique
33Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Prononciation
L'hôtel de ville

Zapopan (en espagnol municipio de Zapopan) est une municipalité de l'État de Jalisco au Mexique, jouxtant celle de Guadalajara. Sa population est de plus d'un million d'habitants. La ville est connue pour sa basilique et son centre ancien. De nombreux projets urbains sont en cours dans cette municipalité. Elle comporte également plusieurs universités.

Plaza gran terraza belenes
Ville de zapopan.jpg

Transport[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Glyph Nahuatl dont le sens est Tzapopan

L'étymologie la plus acceptée pour le mot Zapopan provient de Nahuatl Tzapopan , et suggère que le sens est "lieu de zapote s", " placez entre zapotes "ou, à défaut," zapotal "; formé par le mot s Tzapotl , "zapote" et "pan", "sobre", représentés par "tzápotl", zapote et "pantli", drapeau. [1] Le nom provient d'un nahuatl glyphe représenté par l'arbre fruitier zapote, accompagné d'un drapeau (voir image ). Par la suite, l’arbre zapote et le drapeau, représentant de ce pictogramme, ont été inclus dans le bouclier municipal.

Le nom «Tzapopan» ou «Tzapotl» a peut-être été donné à la ville par les groupes autochtones qui l'ont fondé avant l'arrivée des Espagnols, bien que diverses théories affirment qu'il n'y en avait pas auparavant. à l'arrivée des Espagnols; cependant, il est également mentionné que cette ville a été fondée par les peuples autochtones au cours d'une année du XIIIe siècle ou XV, mais a ensuite été abandonnée en raison de son déclin social et de la guerre entre les groupes ethniques de la localité, et que pour la péninsule, la ville était insignifiante ; il est même mentionné qu'il aurait pu être dépeuplé[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ère préhispanique[modifier | modifier le code]

Plusieurs historiens ont beaucoup parlé de l'existence d'une localité préhispanique appelée «Tzapopan» située dans l'actuel siège de la municipalité, cette localité n'ayant jamais été mentionnée dans les documents de l'époque, contrairement à d'autres localités de l'actuelle municipalité et des municipalités environnantes. à celui-ci, tels que: Ixcatan, Tesistan, San Esteban, Copala, Tónala, San Sebastián de Analco, Santa Ana Atista, Juanacatlán, Tala, San Gaspar, etc. Ce qui remet en cause l'existence de "Tzapopan".

Cependant, pour certains experts; L'histoire de Zapopan a commencé entre 1160 et 1325, lorsqu'un grand nombre de Zapotèques, de Nahuas et de Mayas sont arrivés sur le territoire actuel de Zapopan, près de Deep Creek, ces groupes sont venus du sud à la recherche d'une colonie. Au fil des ans, les habitants se sont mêlés à d’autres tribus, telles que les Aztèques qui se dirigeaient vers la vallée de Mexico; Cependant, les tecuexes sont ceux qui ont dominé le pays au fil du temps. Tzapopan a été fondée par les Aztèques et les Tecuexes. Depuis ses débuts, c'était une ville très religieuse qui possédait des sanctuaires et des sanctuaires pour le dieu soleil, mais le culte de cette ville était principalement dirigé vers le dieu Teopiltzintli. Le régime alimentaire des habitants était basé sur le maïs, les haricots et les fruits. Ils se consacraient également à la chasse et à la pêche.

Tzapopan était une ville très peuplée. Malgré cela, les guerres incessantes avec d'autres tribus nomades ont provoqué le déclin de la ville jusqu'à ce qu'elle soit convertie en une colonie très peu importante, soumise à la seigneurie d'Atemejac qui dépendait du Hueytlatoanazgo de Tonalá, ce qui en faisait une ville insignifiante et mineure[2].

Conquête[modifier | modifier le code]

La conquête de la ville de Tzapopan a commencé vers 1530, année au cours de laquelle Nuño de Guzmán a conquis le royaume de Tonalá (auquel appartenait "Tzapopan"), bien que la ville fût probablement insignifiante ou même dépeuplé. Enfin, avec la victoire des vainqueurs dans la guerre [de Mizton] en 1541, la région est conquise et avec l’autorisation du vice-roi de l’époque, Francisco de Bobadilla, englobant de Tlaltenango, qui prend à sa charge la Les Indiens avaient besoin de repeupler Tzapopan, afin de rapprocher leur peuple pour servir et aider à la fondation de Guadalajara. La tâche de repeuplement et de refondation était confiée à Fray Antonio de Segovia qui, avec Fray Angel de Valencia, 8 décembre 1541 en tant que patron de l'image de la conception de Tzapopan. Cette image a accompagné le père Ségovie pendant dix ans dans ses allées et venues avec le désir de christianiser Zacatecas et d’autres lieux. Selon certains historiens, c'est à cette image que sont attribués le repeuplement réussi et le calme subséquent des Indiens. La construction de la basilique actuelle a été lancée en 1690 par Juan de Santiago de León Garabito.

Dans l'historiographie sur l'origine de Zapopan, un personnage légendaire et peut-être fictif nommé Nicolás de Bobadilla apparaît, seigneur encourageant que certaines sources indiquent que, selon des sources indiennes, des Indiens de la région de Xalostotitlán seraient arrivés à Zapopan. voir. Cependant, contrairement à ce que l'on pourrait attendre d'une culture juridique documentaire telle que la culture espagnole, il n'y a aucune preuve fiable qu'un personnage portant ce nom a bénéficié d'une quelconque pitié des Indiens. s'il existait réellement, les témoignages de son passage à travers ces terres étaient simplement perdus dans la mer de la bureaucratie de Séville, de Cadix ou de Madrid.

D'autre part, pour qu'un repeuplement ait lieu, il fallait un abandon de ladite population; mais, comme il est établi dans les différentes chroniques, les villes situées du côté est de la rivière San Juan de Dios n'étaient pas insubordonnées, il est plus mentionné, par exemple, que des Indiens d'Atemajac ont participé au site des pions du Mixtón, à Les ordres du vice-roi de Mendoza, c’est-à-dire qu’aucune des villes mentionnées par Mata Torres n’ont été rasés pendant la guerre. Ils n’ont donc pas été repeuplés. Espagnol

La clé de la fondation de Zapopan est liée à l'image de la Vierge. Depuis la conquête de Tenochtitlan, les Espagnols avaient ordonné de remplacer les images de leurs dieux dans les sanctuaires des indigènes par des images de la Vierge; comme dans tous les sanctuaires du centre du pays, de Michoacán et lors de la conquête du nord et du nord-ouest. Bien que la légende rappelle la Vierge de Zapopan en tant que "pacificateur dans les guerres contre les indigènes, Zapopan, un peuple autochtone, était le siège de son sanctuaire le plus célèbre de tout l'ouest" [3]

XIXe siècle: après l'indépendance[modifier | modifier le code]

Après la tentative impériale brève et infructueuse que la vice-royauté nouvellement indépendante de la Nouvelle-Espagne avait tenté d'organiser, le 21 juin 1823, le territoire de l'ancienne province de Guadalajara fut proclamé État libre de Jalisco. Ils constitueraient la République fédérale. L’état naissant de Jalisco a modifié le schéma des parties avec lesquelles le territoire de sa juridiction était divisé - et qui était utilisé depuis les réformes Bourbon - par le modèle des départements, qui étaient à leur tour soumis à une autre unité majeure: le canton. Chaque canton se voyait attribuer un en-tête avec un chef politique qui dépendait à son tour du gouverneur de l'État. Il s'est concentré sur les décisions politiques, militaires et fiscales. Dans le premier modèle d'organisation territoriale de l'État de Jalisco du 27 mars 1824, désigné comme plan de la division politique du territoire de l'État de Jalisco, Zapopan est un département d'État et la ville de Zapopan a été proclamée chef du département et nommée Villa Le 18 novembre de la même année, après la promulgation de la Constitution politique de l'État libre et souverain de Jalisco, Zapopan est ratifié en tant que département et affecté au premier canton de l'État, dont le siège est à Guadalajara. La villa de Zapopan se trouvait (et se trouve) au nord-ouest de la ville de Guadalajara, communiquée avec elle par deux routes: la première d'entre elles se dirigeait vers le sud-est de Zapopan, traversait le ruisseau Colomo et entrait par la partie ouest de Guadalajara; la seconde à gauche à l'est de Zapopan, a traversé Zoquipan et Atemajac, puis est entrée dans la partie nord de Guadalajara en passant par le quartier de Mezquitán.

En 1857, avec les républicains libéraux au pouvoir, Jalisco est un État et Zapopan est un département rattaché au premier canton de Jalisco. Les principales villes ainsi que Zapopan étaient: Tesistán, à 10 km au nord-ouest de la capitale; Santa Ana Tepetitlán, située à 15 km au sud de la capitale; Atemajac à 5 km à l'est de la villa; San Cristóbal, 40 km au nord-ouest. San Juan de Ocotán, à 5 km au sud-ouest; Jocotán, 5 km au sud; Nextipac, 12 km à l'ouest; Zoquipan, 2 km à l'est; Venta del Astillero, 17 km au sud-ouest; et San Esteban et Huaxtla, situés à 10 km au nord-est du canyon d’Oblatos.

Le 6 avril 1837, le modèle d'organisation territoriale a changé et Zapopan est devenu le parti du district de Guadalajara. En 1846, une autre réorganisation ramena Zapopan dans le département du premier canton de Jalisco, dont le chef était Guadalajara. Le modèle, avec quelques variations minimes, subsiste jusqu'en 1914 lorsque la catégorie de municipalité devient la base de la division territoriale de la République. Le 6 avril 1917, la Constitution politique de l'État de Jalisco reconnaît Zapopan comme municipalité libre.

La catégorie de chef municipal est restée inchangée jusqu'au 7 décembre 1994, date à laquelle, par décret 14358, le Congrès de l'État de Jalisco a modifié la catégorie de villa qui existait depuis le début du XIXe siècle par celle de Ville.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le 8 décembre 1991, lors d’une cérémonie solennelle présidée par l’exécutif de l’État, le président de la municipalité, les titulaires des pouvoirs législatif et judiciaire, ainsi que des représentants des trois niveaux de gouvernement et des autorités militaires, le 450e anniversaire de la fondation de la ville de Zapopan a été célébré, attribuant, pour cette raison, le titre de ville, en le communiquant à la population par l'intermédiaire de Bando Solemn, conformément au décret n ° 14358 publié par le Congrès de l'État de H. et publié le 7 décembre. [2]

La basilique de Zapopan de jour
La basilique de nuit

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la municipalité de Zapopan

Zapopan est situé dans la partie centrale de l'état de Jalisco. Ses coordonnées extrêmes sont 20 ° 25'30 "à 20 ° 57'00" latitude nord et 103 ° 19'30 "à 103 °. 39'20 "de longitude ouest. Il limite vers le nord avec la municipalité de San Cristóbal de la Barranca; à l'est avec les municipalités d'Ixtlahuacán del Río et de Guadalajara; au sud avec les municipalités de Guadalajara, San Pedro Tlaquepaque et Tlajomulco de Zúñiga; et à l'ouest avec les municipalités de Tala, El Arenal, Amatitán et Tequila. Sa superficie totale est de 893,15 km², ce qui représente 1 119 % de la superficie totale de l'État de Jalisco. La municipalité a une altitude moyenne de 1 548 mètres d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Zapopan est situé sur la pente du Pacifique et ses courants d’eau sont courts et rapides. Les cours d’eau et les étendues d’eau sont regroupés en deux régions: Lerma-Santiago et Ameca. La première région comprend deux bassins: la Laguna de Chapala et le Rio Santiago-Guadalajara. La deuxième région, avec l’un, le barrage La Vega-Cocula. De même, chaque bassin est divisé en sous-bassins: lac San Marcos, Corona River-Rio Verde, Rio Verde-Presa Santa Rosa et Rio Salado. Parmi eux, le sous-bassin Río Verde-Presa Santa Rosa est celui qui couvre la plus grande partie de la municipalité avec 81,8% de la superficie totale et est situé au nord et au centre du territoire. La majorité des courants d’eau et tous les barrages de la municipalité sont situés dans ce sous-bassin, comme le fleuve Santiago, les ruisseaux San Antonio, Blanco, La Soledad, Agua Zarca, La Grande, etc., et les barrages de Copalita. , San José, Las Peñitas et les tortues.

Le sous-bassin de la rivière Salado est le deuxième plus grand de la municipalité, il est situé au sud-ouest. La principale eau est la rivière Salado, elle représente environ 9% de la surface municipale. En revanche, les sous-bassins du Rio Corona-Río Verde et du Lagos San Marcos représentent respectivement 8,7% et 0,5% de la surface de la commune[4].

De même, dans toute la municipalité, vous pouvez trouver une grande quantité de stockage et de puits[2].

Climat[modifier | modifier le code]

La municipalité a principalement trois types de climat: Subhumide chaud avec des pluies en été, subhumide semi-chaud avec des pluies en été et subhumide tempéré avec des pluies en été. Ils se répartissent comme suit: au centre de la municipalité, où se trouvent tous les établissements humains, y compris le chef de la municipalité, qui couvre environ 81,16% de sa surface est climat semi-chaud; dans le nord-ouest et le nord-est, le climat est chaud et affecte environ 17,05% de la surface de la municipalité; et, enfin, le climat tempéré au sud de Zapopan, situé à la limite de la municipalité de Tlajomulco de Zúñiga, est moins fréquenté (1,7% seulement de la surface)[4].

Le climat de Zapopan est subhumide, avec des hivers et des printemps secs et doux. La température moyenne est de 23,5 ° C, avec un maximum de 35 ° C et un minimum de 5,4 ° C. Les précipitations annuelles moyennes sont de 906,1 mm, et il pleut principalement entre les mois de juin et octobre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Modèle:Rendez-vous Web
  2. a b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées elocal
  3. Moreno, H. (1995). Perle Jalisco sur le sable. (Deuxième éd.) Mexique: SEP
  4. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées notebook