Wilhelm Karl von Haidinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Karl Ritter.

Le chevalier (Ritter[1]) Wilhelm Karl von Haidinger, né le à Vienne et mort le (à 76 ans) à Dornbach (de) à Vienne, est un minéralogiste, géologue et physicien autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Karl Maria Haidinger (de), a largement contribué au développement de la science minérale durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Après avoir étudié à l'école normale de Sainte-Anne et assisté à des cours à l'université, Wilhelm, à l'âge de dix-sept ans, rejoint le professeur Friedrich Mohs (1773-1839) au Johanneum de Graz. Cinq années plus tard il le suit à l’École des mines de Freiberg.

En 1822, Haidinger visite la France et l'Angleterre avec le comte Breunner et, voyageant vers le nord, choisit de s'établir à Édimbourg. Il traduit en anglais, « avec des ajouts considérables[2] », Grundriß der Mineralogie de Mohs, publié à Édimbourg en trois volumes sous le titre Treatise on Mineralogy (1825). Après un tour de l'Europe du Nord, incluant les régions minières de Scandinavie, il entreprend de diriger de manière scientifique l'élaboration de la céramique dans un atelier travaillant la porcelaine à Elbogen (aujourd'hui Loket), qui appartenait alors à son frère.

En 1840, Wilhelm Haidinger est nommé chancelier des mines (Bergrat) à Vienne à la place de Mohs. Ce poste inclut la charge de la collection impériale de minéraux ; il fait du musée l’un des plus complets d’Europe. Peu après, en 1843, il commence une série de conférences traitant de la minéralogie, qui sera publiée sous le titre de Handbuch der bestimmenden Mineralogie.

Lors de l’établissement de l’Institut impérial de géologie, il est choisi comme directeur (1849) et occupera cette position durant dix-sept ans. Il est élu membre du comité impérial de l’agriculture et des mines, ainsi que membre de l’Académie impériale des sciences de Vienne. Il fondera la société Freunde der Naturwissenschaften.

Haidinger était un physicien remarquable et l’un des plus actifs promoteurs du progrès scientifique en Autriche. Il fut le concepteur des « apparences optiques intéressantes » qui seront appelées plus tard les pinceaux d’Haidinger (en).

Wilhelm Haidinger est titré chevalier en 1865 et prend la particule von. Dans les années qui suivent, il se retire dans sa propriété de Dornbach près de Vienne. Il y meurt le 19 mars 1871 ; sa tombe est au cimetière central de Vienne[3].

Travaux en minéralogie[modifier | modifier le code]

On doit à Haidinger la description d'une quarantaine de minéraux.

Autres travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Haidinger a aussi étudié plusieurs phénomènes optiques :

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

On trouve dans les pages de Wikisource en langue allemande consacrées à Haidinger des écrits de cet auteur et un nombre important de liens à des œuvres numérisées. On y trouve également une très longue liste de publications.

Il a aussi dirigé la publication de :

  • Naturwissenschaftliche Abhandlungen (Vienne, 1847) — En ligne : vol. 1, no 3, 1827 ; vol. 2 ; vol. 3, 1850 ; vol. 4, 1851 ;
  • Berichte über die Mitteilungen von Freunden der Naturwissenschaften in Wien (Vienne, 1847–1851) ;
  • Jahrbuch de la K. K. Geologische Reichsanstalt de Vienne (1850)

Plusieurs de ces textes pourront être trouvés dans Transactions of the Royal Society of Edinburgh (vol. x), Wernerian Society (1822–1823), Edinburgh Phil. Journal, Journal of Science de Sir David Brewster (1781-1868) et Annalen de Johann Christian Poggendorff (1796-1877).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Honneurs (sélection)[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ritter est un titre, traduit approximativement par « chevalier », mais n'est en aucun cas un nom voire un deuxième prénom. Il n'y a pas d'équivalent au féminin.
  2. Page de titre.
  3. Gruppe 0, Reihe 1, Nummer 7.
  4. (en) Aflash Photonics, « Haidinger's brush: the unknown sense », sur Light polarization (consulté le 5 février 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]