François Sulpice Beudant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beudant.
François Sulpice Beudant
François Sulpice Beudant.jpg
François Sulpice Beudant
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Membre de

François Sulpice Beudant, né à Paris le 5 septembre 1787 et mort le 10 décembre 1850, est un minéralogiste et géologue français. La beudantite fut nommée en son honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Sulpice Beudant nait à Paris d'un père originaire des Ardennes. Ce dernier disparu le 21 janvier 1793. Seul survivant de quatorze enfants morts en bas âge, François Suplice quitte alors avec sa mère la capitale pour se réfugier auprès d'amis, dont Gilles de Laumont, minéralogiste, inspecteur des mines.

En 1807, Beudant suit les cours de René Just Haüy à l'École impériale des mines. Il est nommé élève à l'École normale à la création de l'école en 1809 mais n'y rentre finalement pas, étant nommé en septembre 1810 professeur de mathématiques spéciales au lycée d'Avignon, puis professeur de physique et de mathématiques spéciales au lycée de Marseille en 1812. Louis XVIII le charge de ramener d'Angleterre la collection minéralogique de Jacques Louis de Bournon en 1814. Il enrichit ensuite cette collection et expérimente la formation de cristaux. Il fait en 1818 un voyage d'exploration scientifique en Hongrie. Il épouse en 1821 la nièce de Jean-Jacques Séverin de Cardaillac, maître de conférences de philosophie à l'École normale. Il obtient en 1822, à la mort de son ancien maître René Just Haüy, la chaire de minéralogie et géologie de la faculté des sciences de Paris.

En 1823, Beudant se présente pour le remplacement de Lefèvre-Gineau, destitué, à la chaire de physique générale du Collège de France, les deux autres candidats étant Ampère et Fresnel. Beudant est classé en tête par l'assemblée des professeurs du Collège, mais la section de physique de l'Académie des sciences présente Fresnel en tête, après retrait d'Ampère. Malgré les présentations non-concordantes, le ministre nomme Beudant, mais celui-ci demande l'annulation de sa nomination et publie une lettre de démission. C'est finalement Ampère, qui s'étant à nouveau présenté contre Fresnel, obtient la chaire.

Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1824. Il démissionne fin 1839 de sa chaire à la faculté des sciences pour devenir inspecteur général des études en 1840. Il est remplacé à la faculté par Gabriel Delafosse.

On lui doit des recherches sur les rapports de la composition chimique des minéraux avec la cristallisation, d'après lesquelles il réforma la classification et la nomenclature minéralogiques.

Outre un grand nombre de mémoires publiés dans le Recueil de l'Académie des Sciences et les Annales de Chimie, il est l'auteur d'un Traité de minéralogie (1818), d'un Voyage minéralogique en Hongrie (4 volumes, 1822) et d'un Cours des sciences physiques (1821-1824), où se trouve exposé son système de classification. Il a également rédigé la partie minéralogique du Cours élémentaire d'Histoire naturelle publié en collaboration avec Adrien de Jussieu et Henri Milne Edwards.

Description d'espèces en minéralogie[modifier | modifier le code]

On lui doit, entre autres, la première description de;

Publications principales[modifier | modifier le code]

  • Essai d'un cours élémentaire et général des sciences physiques (Paris 1815 réédition 1828)
  • Voyage minéralogique et géologique en Hongrie, pendant l'année 1818. Tome premier : relation historique, Paris, Verdière, (lire en ligne)
  • Voyage minéralogique et géologique en Hongrie, pendant l'année 1818. Tome second : relation historique, Paris, Verdière, (lire en ligne)
  • Voyage minéralogique et géologique en Hongrie, pendant l'année 1818. Tome troisième : relation géologique, Paris, Verdière, (lire en ligne)
  • Voyage minéralogique et géologique en Hongrie, pendant l'année 1818. Tome quatrième : atlas, Paris, Verdière, (lire en ligne)
  • Traité élémentaire de minéralogie (Paris 1.. 1824, 2.. 1830, deutsch Leipzig 1826)
  • Traité élémentaire de physique (4.. 1829, 6.. 1838, deutsch Leipzig 1830)
  • Cours élémentaire de minéralogie et de géologie (1841, 12.. Paris 1868, deutsch Stuttgart 1858)

Famille[modifier | modifier le code]

Marié à Marie-Hélène Gratienne de Cardaillac, François Sulpice Beudant eut deux fils : Amédée Louis (1827), ingénieur des mines et Léon Charles Anatole (1829 - 1895), Officier de l'Instruction publique[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Beudant », sur le site Juristoria, (consulté le 1er septembre 2010)