Waha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Waha
Waha
L’église Saint-Étienne (1050)
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Marche-en-Famenne
Commune Marche-en-Famenne
Code postal 6900
Zone téléphonique 084
Démographie
Gentilé Wahain(e)
Géographie
Coordonnées 50° 12′ nord, 5° 20′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg
Voir sur la carte administrative de Province de Luxembourg
City locator 14.svg
Waha
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Waha
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Waha

Waha (en wallon Wahå) est une section de la ville belge de Marche-en-Famenne située en région wallonne dans la province de Luxembourg.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Le village est situé à quelques kilomètres au sud de Marche.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de Waha trouve son origine dans le germanique « [chez] Wachart » ou simplement le nom Wadohard[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la période gallo-romaine, la chaussée de Rochefort passe entre Marche et Waha, c'est cette voie qu'emprunte la première évangélisation aux VIIe et VIIIe siècles. À 100 mètres environ de l'église actuelle, on construit un premier oratoire dédié à saint Martin. Au Xe siècle, le domaine seigneurial appartient au comte Immon. Cette famille veut se doter d'une église, une bâtisse est transformée et consacrée en 1050 par Théoduin, évêque de Liège.

La seigneurie hautaine de Waha, donnée en 1226 à l'abbaye de Saint-Hubert par Lambert de Waha, appartient à l'abbaye jusqu'en 1608, puis est rétrocédée à la famille de Waha[2].

Pendant la campagne des 18 jours (Seconde Guerre mondiale), Waha est prise le par les Allemands de la 7e Panzerdivision[3] (du XV. Armee-Korps (mot.) qui a pour objectif de traverser la Meuse au niveau de Dinant).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Waha date du XVIe siècle.
  • L'église Saint-Étienne, datant de 1050, est construite dans le plus pur style roman, c'est la plus ancienne église romane de Belgique[4]. On appréciera ses lignes simples, ses arrondis, son sol en pierre bleue. À l'intérieur subsiste la pierre dédicatoire qui commémore la consécration de l'église en 1050.
  • On peut aussi admirer plusieurs statues du « maître de Waha[5] », artiste du début du XVIe siècle dont on ignore l'identité, ainsi qu'un reliquaire de Saint Étienne qui est une petite châsse. Les vitraux du chœur sont de Louis-Marie Londot ; ils datent des années 1950.
  • Les autres vitraux de l'église sont des œuvres de Jean-Michel Folon et ont été réalisés en 2004-2005, peu de temps avant sa mort. Ils retracent la vie de Saint Étienne. Sa tour du XIIe siècle est surmontée d'un clocher du XVIe siècle dont les pans carrés se superposent. L'intérieur, sobre, aux piliers massifs, conserve d'intéressants objets d'art. Sous le porche se remarquent plusieurs pierres tombales. Au-dessus de l'arc triomphal, calvaire de la fin de l'époque gothique (XVIe siècle). Dans le bas-côté droit, fonts baptismaux (1590) portant quatre têtes sculptées. Près de l'entrée du chœur se trouve, scellé à la paroi d'un des piliers, la pierre dédicatoire de l'église, de 1050. Une vitrine renferme des reliquaires, des livres et missels anciens, des chasubles. L'église contient également des statues d'art populaire : Saint Nicolas (XVe siècle), Sainte Barbe (XVIe siècle) et Saint Roch, en bois polychrome (XVIIe siècle).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les barons de Waha[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jespers, J., Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Bruxelles, Éditions Racine, 2005, p. 620.
  2. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Lannoo Uitgeverij, (ISBN 978-2-87386-409-5, lire en ligne)
  3. Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers, tome I, p. 140, Heimdal, 2009
  4. Source?
  5. ou « maître de Lesve ». Sur ce personnage, cf. Le Maître de Waha, un sculpteur hors du temps, Marche-en-Famenne, Musée des Francs et de la Famenne, , 192 p.
  6. Félix-Victor Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique, Polack-Duvivier, (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :