La Chasse au météore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la littérature française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Chasse au météore
Image illustrative de l'article La Chasse au météore
Le météore d'or.

Auteur Jules Verne
Pays France
Genre Conte philosophique
Éditeur Hetzel
Date de parution 1908[1].
Illustrateur George Roux
Série Voyages extraordinaires
Chronologie
Précédent L'Agence Thompson and Co Le Pilote du Danube Suivant

La Chasse au météore est un roman de Jules Verne, publié en 1908 à titre posthume.

Historique[modifier | modifier le code]

Jules Verne conserva dans ses notes de travail[2] une coupure de presse relatant le passage d'un bolide traversant le nord de la France le soir du 16 août 1901. Il commence la rédaction du roman peu après[3]. Le roman est achevé par Jules Verne dès 1901, mais n'est publié qu'en 1908, après la mort de l'écrivain, chez l'éditeur Hetzel[4].

En 1986, la Société Jules-Verne publie la version originale. Dans celle-ci, le météore suit sa trajectoire sans la moindre déviation et chute sur la Terre. Dans la version réécrite par Michel Verne, un nouveau personnage, Zéphyrin Xirdal, contrôle le bolide par une de ses inventions et doit le faire tomber dans un endroit qu'il a choisi lorsque, distrait par sa femme de ménage, il le perd. Le météore, composé d'or, va alors disparaître au large du Groenland[5].

Résumé[modifier | modifier le code]

Deux astronomes américains se disputent la paternité d'un météore qu'ils ont tous deux aperçu. Cette rivalité met à mal le projet de mariage que le fils de l'un et la fille de l'autre ont formé, surtout quand des observations plus approfondies révèlent que le bolide est composé d'or pur. Pendant ce temps, un scientifique français fantasque met au point un appareil capable de changer la trajectoire du météore, au point de le faire chuter à l'endroit où il le souhaite ; mais, totalement désintéressé sur le plan financier et ne voyant que l'intérêt scientifique de son invention, il peine à comprendre le déchaînement des foules au sujet de la chute de l'objet.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Ce roman est écrit en 1901, c'est-à-dire après le décès de l'éditeur Hetzel et la blessure de l'écrivain par son neveu (voir article Jules Verne).

Cette œuvre est une critique de l'orgueil, de la cupidité et du capitalisme (peut-être en rapport avec le travail passager de Verne à la Bourse), charge que n'aurait pas permise Hetzel. De plus, Verne s'y autoparodie, se qualifiant d' « écrivain français ayant un peu trop d'imagination peut-être ».

Une version cinématographique est sortie dans les années 1960.

Personnages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Chesneaux. Zephirin Xirdal, intrus dans le monde vernien ou hommage posthume ?, Revue Jules Verne 19/20, 2005, p. 196-202.
  • Mireille Coutrix-Gouaux et Pierre Souffrin. À propos de matière et énergie chez Jules Verne. Europe no 595/596, novembre/décembre 1978.
  • Jacques Crovisier, « Les Fins du monde », Revue Jules Verne, no 36,‎ , p. 58
  • Volker Dehs. Jules Verne (1828-1905) und Michel Verne (1861-1925) : Die Jagd nach dem Meteor. in Michael Koseler & Franz Rottensteiner (Éd.). Meitingen, juillet 1999.
  • Jean-Paul Dekiss. ...la Fin de l'or. Revue Jules Verne 5. 1998.
  • François Derivery. Une lecture de "La Chasse au météore". JV Amiens 24. 1992.
  • Guy Desloges. Michel & Zéphyrin, ou E=mc² presque avant la lettre. Bulletin de la Société Jules-Verne 103. 1992.
  • Olivier Dumas. Peur sur la ville. Bulletin de la Société Jules-Verne 79. 1986.
  • Olivier Dumas. Le Savant chassé de la Chasse. in "Société Jules-Verne". Paris. 1986.
  • Olivier Dumas. Verne en verve. Préface aux Éditions Grama. Le Passé du Futur. 1994.
  • Olivier Dumas. Qui va à la Chasse perd sa place. Préface à l'édition d'Alain Stanké. Montréal. 1998.
  • Michel Kotelnikoff. La Chasse à l'étoile ou le météore mystérieux. Bulletin de la Société Jules-Verne 128. 1998.
  • Philippe Lanthony. Mon météore à moi. Bulletin de la Société Jules-Verne 80. 1986.
  • Charles-Noël Martin. Préface. Éditions Rencontre. Lausanne. Tome 43. 1971.
  • Jean B. Neveux. Deux visions du pouvoir de l'or : "La Chasse au météore" de Jules Verne et "Ein Stern fiel vom Himmel" de Hans Dominik. in Janus Bifrons. Revue universitaire de l'adolescence. Strasbourg. 1980.
  • Lionel Philipps. L'or du météore. Bulletin de la Société Jules-Verne 172. Décembre 2009.
  • A. Sainfeld. Jules Verne et la Bourse. Bulletin de la Société Jules-Verne 25. 1973.
  • Brian Taves. Jules Verne. The Chase of the Golden Meteor. in Extrapolation. A Science Fiction Newsletter. Kent/Ohio. 1999.
  • Revue Jules Verne 21. Le Ciel astronomique. Centre International Jules Verne. 2006.

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions du texte de Jules Verne :

  • Société Jules Verne. 1986.
  • Éditions Alain Stanké. 1988.
  • Grama. Le Passé du Futur. 1994.
  • Éditions de l'Archipel. 2002.
  • Gallimard Folio. 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit de la version de Michel Verne
  2. Piero Gondolo della Riva, Un patrimoine à découvrir : les fiches de travail de Jules Verne, Revue Jules Verne n° 16, 2003, p. 43-52
  3. Crovisier 2012, p. 58.
  4. Piero Gondolo della Riva: Les dates de composition des derniers Voyages extraordinaires. Bulletin de la Société Jules-Verne 119. 1996.
  5. Crovisier 2012, p. 61.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :