Vol 7100 Manx2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vol 7100 Manx2
L'avion impliqué dans l'accident (EC-ITP), photographié ici en 2009, moins de 2 ans avant le crash
L'avion impliqué dans l'accident (EC-ITP), photographié ici en 2009, moins de 2 ans avant le crash
Caractéristiques de l'accident
Date10 février 2011
TypePerte de contrôle après une tentative de remise de gaz
CausesBrouillard intense, manque d'expérience et formation incomplète des pilotes par la compagnie aérienne
SiteAéroport de Cork, Irlande
Coordonnées 51° 50′ 52″ nord, 8° 29′ 47″ ouest
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilFairchild Metroliner
CompagnieManx2
No  d'identificationEC-ITP
Lieu d'origineAéroport de Belfast-George Best, Irlande du Nord
Lieu de destinationAéroport de Cork, Irlande
PhaseAtterrissage
Passagers10
Équipage2
Morts6
Blessés6
Survivants6

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
localisation

Le vol Manx2 7100 était un vol commercial régulier reliant Belfast, en Irlande du Nord, à Cork, en République d’Irlande. Le , le Fairchild Metroliner III effectuant la liaison avec dix passagers et deux membres d'équipage à bord s'est écrasé lors de sa troisième tentative d'atterrissage à l'aéroport de Cork dans des conditions de brouillard [1],[2],[3]. Six personnes, dont les deux pilotes, sont décédées [4],[5],[6],[7]. Six passagers ont survécu mais ont été blessés, dont quatre sérieusement [8],[9],[10],[11],[12].

L'AAIU (bureau d'enquête sur les accidents aériens irlandais) a publié son rapport final en [13]. Ce dernier indique la cause probable de l'accident comme étant la perte de contrôle lors d'une tentative de remise des gaz en dessous de la hauteur de décision minimale dans des conditions météorologiques de vol aux instruments (IMC). Le rapport mentionnait comme facteurs contributifs la mauvaise association des deux pilotes, tous deux assez peu expérimenté, une formation et des contrôles insuffisants donnés aux pilotes par la compagnie et une supervision insuffisante des opérations de la compagnie aérienne.

Avion et équipage[modifier | modifier le code]

L’appareil, détruit dans l’accident, était un Fairchild SA227-BC Metro III à double turbopropulseur immatriculé en Espagne sous l'immatriculation EC-ITP. Il appartenait à une banque espagnole et était loué à Líneas Aéreas de Andalucía, connue sous le nom d'Air Lada, basée à Séville. L’appareil a été sous-loué à Flightline S.L., basée à Barcelone, et c'est elle qui figurait sur son certificat de transporteur aérien (AOC). Les billets ont été vendus par une société appelée Manx2, basée à l’île de Man. L'avion avait 19 ans au moment de l'accident et il avait fait l'objet d'une vérification de maintenance la semaine précédant l'accident [14].

Le commandant de bord était Jordi Sola Lopez, âgé de 31 ans, natif de Barcelone. L'officier pilote de ligne était Andrew Cantle, âgé de 27 ans et natif de Sunderland, en Angleterre. Tous deux étaient employés par Air Lada. Le commandant de bord avait totalisé 1 800 heures de vol, dont 1 600 à bord du Fairchild Metro III, mais seulement 25 heures en tant que commandant de bord de l'appareil. Le copilote avait totalisé 539 heures de vol, dont 289 sur ce type d'appareil. Leur association lors du vol a été jugée inappropriée et extrêmement inhabituelle en raison de leur manque d'expérience totale. Les deux pilotes étaient certifiés pour le système d'atterrissage aux instruments CAT I, cependant, aucun des deux pilotes n’étaient certifié pour un atterrissage CAT II (avec une hauteur de décision plus faible lors de l'approche sur la piste, ce qui implique donc normalement une visibilité très faible sur le terrain concerné).

Le commandant avait subi une mise à niveau le , quelques jours seulement avant l'accident. Il a ensuite piloté plus de sept vols sous surveillance et a effectué deux vérifications en ligne. Son premier vol au commandement de l'avion a eu lieu le , quatre jours avant l'accident. Il s'était rendu à Cork 61 fois, ses journaux de bord n'avaient jamais montré de déroutement.

Le copilote avait rejoint un autre opérateur espagnol exploitant le Fairchild Metro III pendant 270 heures avant de rejoindre Air Lada. Selon ses carnets de vols, il a ensuite volé avec des commandants en ligne qui n'étaient pas des instructeurs. Il a accumulé 19 heures de vol avec Air Lada, mais il n’a jamais complété la vérification en ligne bien que normalement il aurait dû être obligé de la faire [14].

Accident[modifier | modifier le code]

Le vol 7100 devait quitter l'aéroport de Belfast à h 50 heure locale GMT et arriver à l'aéroport de Cork à 9 h 00 IST. À bord se trouvaient un équipage de deux personnes et dix passagers [15],[16].

L'avion est arrivé à l'aéroport de Belfast-George Best à h 15 après un court vol de positionnement depuis l'aéroport international de Belfast. Il a été ravitaillé en carburant pour le trajet prévu à destination de Cork et pour son retour. L'embarquement du vol a été retardé à cause des deux membres d'équipage (les pilotes comme il n'y avait pas d'agent de bord) qui nettoyaient les sièges passagers dans la cabine. Ensuite, les passagers ont choisi leurs sièges au hasard et la démonstration de sécurité a été effectuée par le copilote.

  • h 10 - Le vol 7100 décolle et devrait arriver à Cork vers h 10, où le temps est brumeux.
  • h 48 - L'avion est confié à un contrôleur de l'approche de Cork.
  • h 58 - L’équipage s’établit sur l’ILS pour la piste 17 et est transféré à la tour de Cork.
  • 9 h 03 - L’équipage descent en dessous de la hauteur de décision (DH) de 200 pieds (environ 60 mètres) et une approche interrompue est effectuée. La hauteur la plus basse enregistrée à cette approche est de 101 pieds (environ 30 mètres).

L'approche de Cork a donné des vecteurs radars pour la piste opposée, la piste 35, qui, selon l'équipage, avec le soleil derrière l'avion, pourrait faciliter l'acquisition visuelle de la piste.

  • h 10 - L'avion est à environ 13 kilomètres de la piste et est de nouveau transféré à la tour de Cork. Encore une fois, la RVR (Runway Visual Range) transmise par la tour est inférieure au minimum requis. L'approche se poursuit quand même au-delà de l'Outer Marker (OM).
  • h 14 - L'avion descent de nouveau sous la DH et une deuxième approche interrompue est effectué. La plus basse hauteur enregistrée à cette approche est de 91 pieds (environ 28 mètres).
  • h 15 - L’équipage rentre dans un circuit d'attente nommé ROVAL et maintient une altitude de 3 000 pieds (environ 915 mètres).

Durant l'attente, les pilotes ont demandé les conditions météorologiques à Waterford, leur aéroport de dégagement, qui étaient aussi inférieures aux minimums. L’équipage a alors proposé l’aéroport de Shannon comme nouvel aéroport de dégagement et a demandé les dernières conditions météorologiques. Là encore, les conditions étaient en dessous des minima. Les conditions météorologiques pour Dublin ont été transmises aux pilotes et étaient également inférieures aux minima. L’approche de Cork a informé l’équipage des conditions météorologiques à l’aéroport de Kerry, qui étaient " bonnes " avec une visibilité de 10 km.

  • h 33 - Le vol 7100 est toujours dans le circuit d'attente ROVAL, la RVR pour la piste 17 commence à s’améliorer.
  • h 39 - Après une légère amélioration des valeurs de visibilité sur la piste, mais dans des conditions toujours inférieures aux minima, les pilotes choisissent d'effectuer une troisième approche, et donc la seconde pour la piste 17.
  • h 45 - Le vol 7100 est établi sur l'ILS pour la piste 17. Pendant ce temps, la RVR s'est encore amélioré pour atteindre 550 mètres (le minimum requis). Le vol est confié à la tour de Cork pour la troisième fois.
  • h 46 - La tour de Cork transmet la dernière RVR de 500/400/400, ce qui est à nouveau inférieur aux minima.

L'approche s'est poursuivie au-delà de l'Outer Marker (environ 8 kilomètres du seuil de piste), le commandant prenant en charge le fonctionnement de la manette des gaz. La descente s'est poursuivie sous la DH. Une réduction significative de la puissance et un roulis important à gauche ont suivi juste en dessous de 100 pieds, et le commandant de bord a appelé pour une troisième remise de gaz, ce que le copilote a accepté. Parallèlement à l’application de la puissance de remise des gaz par le commandant, le contrôle de l’avion a été perdu. L'avion a rapidement roulé à droite au-delà de la verticale, ce qui a amené l'extrémité droite de l'aile au contact de la piste. L'avion a continué de rouler et a heurté la piste presque à l'envers. L'avertissement de décrochage a retenti de façon continue pendant les sept dernières secondes de l'enregistrement du CVR.

À h 50, après les deux impacts initiaux, l’appareil a poursuivi sa course inversée sur 189 mètres et s’est immobilisé sur la droite de la piste.

Pendant ce temps, l’émetteur de localisation d’urgence (ELT) a commencé à sonner dans la tour de contrôle de l’aéroport de Cork. Des incendies se sont déclarés après les impacts dans les deux moteurs, ainsi que par des fuites de carburant du réservoir droit. Les incendies ont été éteints par le service des pompiers de l'aérodrome avant qu'ils n'atteignent le fuselage [17]. Sur les douze personnes à bord, six personnes ont été mortellement blessées, dont les deux pilotes.

Quatre des survivants ont subi des blessures graves. Un témoin à l'intérieur du terminal de l'aéroport a déclaré que le brouillard était si épais que l'on ne pouvait pas voir l'appareil accidenté. Les services d'incendie de l'aéroport ont éteint les deux incendies après l'impact dans les dix minutes suivant l'accident et ont commencé à retirer les victimes de l'épave. Les blessés ont été emmenés à l'hôpital universitaire de Cork pour y être soignés.

Enquête[modifier | modifier le code]

L'unité d'enquête sur les accidents aériens irlandais (AAIU) a ouvert une enquête sur l'accident. Quatre membres du personnel de l'AAIU se trouvaient sur les lieux dans les 90 minutes suivant l'accident. L'enregistreur de conversations du poste de pilotage (CVR) et l'enregistreur de données de vol (FDR) ont été retrouvés dans l'épave. Le CVR a été envoyé à la branche britannique des enquêtes sur les accidents aériens (AAIB). Des représentants accrédités de la FAA et du NTSB des États-Unis, de la commission d'enquête sur les incidents et accidents d'aviation (AIAI) en Israël (en tant que " détenteur du certificat de type de l'avion "), de la commission espagnole d'enquête sur les accidents et incidents d'aviation civile et de l'AAIB britannique (qui " a fourni une expertise ") ont également participé à l'enquête.

L'épave a été transportée au centre d'examen de l'AAIU à Gormanston, à l'est de l'Irlande, pour permettre aux enquêteurs de reconstituer l'appareil le plus précisément possible [18]. Au , quatre jours après l'accident, cinq des six survivants avaient été interrogés par l'AAIU.

Un rapport préliminaire, publié en , indiquait que l'avion, piloté par le copilote, s'était écarté de l'axe de la piste en approche finale et que l'équipage avait décidé d'effectuer une troisième remise de gaz quatre secondes avant l'impact. L'avion a roulé à gauche et à droite, puis l'aile droite a percuté la piste. Aucune anomalie sur l’appareil ou dans l’infrastructure de l’aérodrome n’a été identifiée [19].

Une déclaration intermédiaire a été publiée en , un an après l'accident. L’inspection des moteurs a révélé que le moteur droit avait constamment développé une puissance jusqu’à 5 % supérieure à celui du moteur gauche, en raison d’un capteur de température et de pression d’air défaillant. Le capteur défectueux signifiait qu'en plus de fournir plus de couple que le moteur gauche, il répondait également plus rapidement aux commandes d'augmentation de puissance [20].

L'enquête a également permis de déterminer que les deux moteurs développaient une puissance de remise de gaz au moment de l'impact. Cependant, les deux moteurs étaient en dessous de la puissance de ralenti (idle) entre huit et six secondes avant l'impact. L'avertisseur de décrochage s’est également fait entendre à plusieurs reprises au cours des sept secondes précédant l’impact.

Rapport final[modifier | modifier le code]

En , l'AAIU a publié son rapport final sur l'accident. Le rapport a confirmé les détails précédemment publiés dans les deux déclarations intermédiaires. Le rapport final comprend 54 conclusions, une cause probable, 9 facteurs contributifs et 11 recommandations de sécurité [13].

Exploitation de l'appareil accidenté[modifier | modifier le code]

La route Belfast - Cork de Manx2 était exploitée conformément au certificat de transporteur aérien (AOC) de Flightline. En tant que tel, Flightline était responsable du contrôle de toutes les questions opérationnelles liées à ce service. En pratique, Manx2 prenait de nombreuses décisions au quotidien dans son bureau de l'île de Man. L'une de ces décisions était l'association du commandant Lopez et du copilote Cantle au vol 7100 le . Le respect du règlement de l'aviation européen (EU-OPS) par le titulaire de l'AOC aurait dû empêcher ce jumelage inapproprié d'un commandant de bord nouvellement promu avec un copilote relativement inexpérimenté.

Problèmes avec le contrôle de l'opérateur[modifier | modifier le code]

L’enquête a mis en lumière le fait que l’agence de l’aviation espagnole Agencia Estatal de Seguridad Aérea n’avait pas correctement effectué les contrôles nécessaires concernant le statut de Manx2, qui n'est pas une compagnie aérienne en tant que telle, et le propriétaire de l'avion. L'agence espagnole a déclaré " qu'elle ne pensait pas qu'il était dans son mandat de rechercher des informations organisationnelles et financières supplémentaires afin de s'assurer que l'exploitant disposait des ressources suffisantes pour exploiter ses aéronefs " [21].

Cause probable[modifier | modifier le code]

La cause probable de l'accident a été définie comme une perte de contrôle lors d'une tentative de remise de gaz en dessous de la hauteur de décision dans des conditions météorologiques de vol aux instruments [13],[22],[23].

Perte de contrôle[modifier | modifier le code]

Le registre technique du vol indiquait que le copilote était pilote aux commandes (PF) pour le vol. Les enregistrements du CVR et du contrôleur aérien indiquent également que le copilote était PF pendant le vol. Aucun pilote automatique ou directeur de vol (FD) n’ayant été installé, le pilote en fonction était soumis à une charge de travail élevée tout au long du vol. Cela était d'autant plus vrai que trois approches ont été effectuées par mauvais temps, en dessous des minima, avec deux remises des gaz effectués.

Normalement, le PF gère les commandes de vol et les commandes du moteur de manière coordonnée afin d’obtenir la trajectoire de vol requise. Le pilote non en fonction (PNF) s'acquitte d'autres tâches, notamment la surveillance de la trajectoire de vol de l'avion, les communications radio, etc.. Le CVR indique que le commandant de bord, pilote non en fonction sur ce vol, a pris le contrôle des manettes de puissance lors de l'approche finale. Une action lourde de conséquences car, dès lors, le pilote en fonction ne pouvait plus savoir exactement et en temps réel la puissance attribuée aux moteurs dans un moment critique du vol, proche de l'atterrissage.

Les données enregistrées montrent que le moteur n ° 1 a atteint un niveau de couple minimal de − 9 % en mode inversé, tandis que le moteur n ° 2 a atteint un minimum de 0 %. Cette asymétrie de poussée coïncidait avec le début du roulis de l'avion (valeur maximale enregistrée de 40 degrés d'inclinaison).

L’application de la puissance de remise des gaz, à environ 100 pieds, a coïncidé avec le début d’un roulement rapide à droite et d’une perte de contrôle. Le roulis a continué à travers la verticale, le bout d’aile droit a heurté la piste et l’appareil s’est retourné.

Trois facteurs principaux ont contribué à la perte de contrôle [13] :

  • Fonctionnement non coordonné des manettes de puissance et des commandes de vol, qui étaient actionnés par différents membres de l'équipage.
  • Le positionnement des manettes de puissance en mode inversé, action interdite en vol, et l’application soudaine de puissance sont susceptibles d’avoir induit un taux de roulis incontrôlable en raison de la poussée et de la traînée asymétriques.
  • Une séparation du couple entre les deux moteurs, provoquée par un capteur défectueux, est devenue significative lorsque les manettes de puissance ont été positionné en dessous du mode ralenti et que le moteur n ° 1 est entré en régime de couple négatif. Par la suite, lorsque les leviers de puissance ont été rapidement avancés au cours de la tentative de remise des gaz, cela a probablement également contribué au comportement de roulis incontrôlable, la puissance des deux moteurs n'étant pas la même, créant une asymétrie.

Facteurs ayant contribué à l'accident[modifier | modifier le code]

  • Poursuite de l’approche au-delà de l'Outer Marker sans les minima requis.
  • Poursuite de la descente en dessous de la hauteur de décision sans référence visuelle adéquate.
  • Fonctionnement non coordonné des manettes de puissance et des commandes de vol.
  • Fonctionnement en vol des manettes de puissance en dessous du ralenti.
  • Une différence du couple entre les moteurs est devenue significative lorsque les manettes de puissance ont été actionnés en dessous du ralenti.
  • Fatigue et épuisement de la part des membres de l'équipage, qui devait effectuer toutes les tâches à bord (réglages des sièges, consignes de sécurité, etc.) [24].
  • Formation et contrôle inadéquats du commandant lors de sa mise à niveau.
  • Association inapproprié des membres d'équipage.
  • Supervision inadéquate de l'opérateur et du statut de ce dernier [13].

De plus, le carnet d'entretien de l'avion, qui avait accumulé plus de 100 heures de vol, était totalement vierge, alors qu'il y avait un problème évident de déséquilibre au niveau de la puissance des moteurs, ce qui a causé l'inclinaison brusque et rapide de l'appareil et sa collision avec la piste.

Enfin, les problèmes financiers et le manque de soutien opérationnel des pilotes chez Manx2 les ont certainement forcé à vouloir atterrir à l'aéroport prévu et à ne pas se dérouter vers un aéroport plus lointain.

Recommandations de sécurité[modifier | modifier le code]

Le rapport contient onze recommandations de sécurité. Il a été demandé à la direction générale de la mobilité et des transports (DG MOVE) de la Commission européenne et à l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) de contrôler l'application des limitations de temps de vol pour les équipages, de donner des orientations sur les approches successives aux instruments en conditions IMC aboutissant à une remise des gaz, à revoir le programme de nomination du commandant de bord ou encore à empêcher les vendeurs de billets à exercer un contrôle d’exploitation de transporteurs aériens.

Il a été recommandé à Flightline, titulaire du certificat de transporteur aérien, de revoir sa politique opérationnelle de déroutement immédiat après un atterrissage interrompu pour cause de conditions météorologiques défavorables et de mettre en place une formation appropriée pour le personnel chargé de la sécurité des vols et de la prévention des accidents. Il a été recommandé à l'autorité aéronautique espagnole AESA de revoir sa surveillance des transporteurs aériens, en particulier ceux effectuant des opérations à distance [13].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'accident a entraîné la fermeture de l'aéroport pendant plus de 24 heures et le déroutement de tous les vols [25],[26]. À la suite de l'accident, Manx2 a résilié son contrat avec Flightline et suspendu sa liaison Belfast - Cork [27],[28].

Martin McGuinness, alors Premier ministre adjoint de l'Irlande du Nord, a révélé qu'il avait eu l'intention de prendre ce vol, mais qu'il avait modifié ses plans de voyage. McGuinness devait se rendre à Cork pour faire campagne aux prochaines élections législatives irlandaises, prévues pour le [29].

En , l'AESA a lancé une procédure visant à suspendre le certificat de transporteur aérien de Flightline. Ce dernier n'a finalement pas été révoqué, mais des restrictions ont été mises en place pour interdire à Flightline d'exploiter le Fairchild Metroliner III.

En , Oliver Lee, un pilote qui avait précédemment effectué des vols Manx2 entre Belfast et Cork, s'est suicidé. Il avait quitté la compagnie quelques jours avant l'accident pour rejoindre la compagnie britannique Jet2.com et était connu des voyageurs fréquents sur la route. Lee aurait apparemment ressenti un sentiment de culpabilité à la suite de l'accident [30],[31].

Le rapport d'enquête préliminaire indiquait que l'équipage avait enfreint les règles de sécurité aérienne relatives aux trois approches en descendant en dessous de la hauteur de décision de 200 pieds (61 mètres) avant d'initier une approche interrompue. Le , l'autorité de l'aviation civile du Royaume-Uni a publié une note de sécurité informant tous les exploitants britanniques que la deuxième modification de la norme d'exploitation EU-OPS 1 entrerait en vigueur le . La modification, publiée à l'origine en , a introduit une nouvelle méthode de calcul des minima d’exploitation des aérodromes et stipule que les approches de non-précision doivent suivre un profil de descente continu, sous indication contraire [32].

En , Manx2 a cessé ses activités et la société a été liquidée. En , à la suite d'un rachat par la direction, les actifs de la société et l'ensemble de l'équipe de direction ont été transférés à son successeur, Citywing. La compagnie aérienne a par la suite cessé toutes ses activités en [33],[34].

À la suite de la publication du rapport final, les membres des familles des personnes décédées dans l'accident, ainsi que les personnes blessées, ont annoncé leur intention de poursuivre en justice les trois entreprises impliquées dans l'accident. Une enquête s'est tenue en au cours de laquelle un jury a rendu les verdicts de décès accidentel concernant les six victimes [35],[36].

Médias[modifier | modifier le code]

L'accident a fait l'objet d'un épisode dans la série télévisée Air Crash nommé « Le sort s'acharne » (saison 14 - épisode 9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Barry Roche, « Aircraft crashes on third attempt to land in fog », sur The Irish Times (consulté le 11 octobre 2019)
  2. (en) « Ireland plane crash in heavy fog kills 6 », sur cbc.ca, (consulté le 17 novembre 2019)
  3. (en) Barry Roche, « Thick fog at time of Cork crash cleared quickly, inquest told », sur The Irish Times, (consulté le 11 octobre 2019)
  4. Alain Lebas, « Irlande : 6 mort dans le crash d'un avion », sur air-journal.fr, (consulté le 11 octobre 2019)
  5. AFP, « irlande : 6 morts dans un crash d'avion », sur Le Figaro.fr, (consulté le 11 octobre 2019)
  6. « Six morts dans un accident d'avion en Irlande », sur lemonde.fr, (consulté le 17 novembre 2019)
  7. « Irlande: mort de 6 passagers lors du crash d'un avion Manx2 à Cork », sur www.businesstravel.fr (consulté le 11 octobre 2019)
  8. « Un petit avion s'écrase en Irlande: six morts, six blessés », sur Le Point, (consulté le 11 octobre 2019)
  9. (en) « President's relative among six killed in Cork crash », sur bbc.com, (consulté le 17 novembre 2019)
  10. (en) « Politicians express shock at Cork crash », sur The Irish Times (consulté le 11 octobre 2019)
  11. (en) « Cork plane crash horror: Six killed, six injured as Belfast flight crashes on airport runway », sur belfasttelegraph.co.uk, (consulté le 17 novembre 2019)
  12. (en) « Six killed in Cork plane crash », sur rte.ie, (consulté le 17 novembre 2019)
  13. a b c d e et f (en) AAIU, « AAIU Final Report - Manx2 Flight 7100 », sur static.rasset.ie, (consulté le 17 novembre 2019)
  14. a et b (en) Adrian Rutherford, « Questions mount as cause of Cork crash is probed », sur belfasttelegraph.co.uk, (consulté le 17 novembre 2019)
  15. (en) Barry Roche, « Six killed as passenger plane crashes in fog at Cork airport », sur The Irish Times (consulté le 11 octobre 2019)
  16. (en) « The Victims », sur The Irish Times (consulté le 11 octobre 2019)
  17. (en) Barry Roche, « Airline chairman says emergency service's swift action saved lives », sur The Irish Times (consulté le 11 octobre 2019)
  18. (en) Niall Murray, « Investigators to reconstruct remains of stricken aircraft », sur irishexaminer.com, (consulté le 11 octobre 2019)
  19. (en) AAIU, « Preliminary Report - March 2011 - Manx2 Flight 7100 », sur aaiu.ie, (consulté le 17 novembre 2019)
  20. (en) AAIU, « Interim Statement - February 2012 - Manx2 Flight 7100 », (consulté le 17 novembre 2019)
  21. (en) « Spanish aviation regulator contributed to Cork Airport crash - AAIU report », sur rte.ie, (consulté le 17 novembre 2019)
  22. (en) « Belfast to Cork plane crash: Loss of control was probable cause », sur bbc.com, (consulté le 17 novembre 2019)
  23. (en) « Cork air crash: disastrous ‘loss of control during an attempted go-around' », sur Independent.ie, (consulté le 11 octobre 2019)
  24. (en) Sinead O'Carroll, « Tiredness and 'inadequate training' of flight crew factors in Cork Airport crash », sur TheJournal.ie (consulté le 11 octobre 2019)
  25. (en) « Cork Airport to resume full service tomorrow », sur rte.ie, (consulté le 17 novembre 2019)
  26. (en) « Cork Airport to resume full service from Saturday », sur bbc.com, (consulté le 17 novembre 2019)
  27. (en) John Gregory, « Flightline BCN no longer operating flights for Manx2 following crash | Isle of Man News :: isleofman.com », sur www.isleofman.com, (consulté le 11 octobre 2019)
  28. (en) « Manx2 to end Belfast - Cork flights », sur rte.ie, (consulté le 17 novembre 2019)
  29. « Sinn Fein's Martin McGuinness was due to take flight that crashed in Cork killing six... but changed his plans at the last minute », sur dailymail.co.uk, (consulté le 11 octobre 2019)
  30. (en) Alistair Shand, « Family agony as pilot found hanged », sur Bradford Telegraph and Argus, (consulté le 11 octobre 2019)
  31. (en) Mark Lister & Eimear Ni Bhraonain, « Suicide pilot 'felt guilty' over Cork plane crash », sur Independent.ie, (consulté le 11 octobre 2019)
  32. (en) « Briefing Bulletin - AERODROME OPERATING MINIMUMS ACCORDING TO EU-OPS 1 », sur jeppesen.com (consulté le 17 novembre 2019)
  33. (en) Adrian Darbyshire, « Flights cancelled as Citywing goes into liquidation », sur www.iomtoday.co.im, (consulté le 11 octobre 2019)
  34. (en) « Isle of Man's Citywing ceases all operations », sur ch-aviation, (consulté le 11 octobre 2019)
  35. (en) Barry Roche, « ‘Accidental death’ verdicts in Cork plane crash inquest », sur The Irish Times (consulté le 11 octobre 2019)
  36. « Accident d’avion à Cork : le verdict tombe - decespresse.fr », sur decespresse, (consulté le 11 octobre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]