Accident d'un P-51D à la course aérienne de Reno en 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Crash du Galloping Ghost
(Reno, NV, 2011)
L'avion, vue l'année précédant celle du crash, en 2010.
L'avion, vue l'année précédant celle du crash, en 2010.
Caractéristiques de l'accident
DateVendredi , 16 h 15 (heure du pacifique)
TypeCasse mécanique, suivie d'une perte de contrôle
Causeserreurs de maintenance, défauts de conception
SiteDrapeau des États-Unis Aéroport de Reno (Nevada)
Coordonnées 39° 40′ 05″ nord, 119° 52′ 35″ ouest
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilThe Galloping Ghost
(P-51D Mustang modifié pour la course)
No  d'identificationNX79111
Lieu d'origineDrapeau des États-Unis Reno Stead Airport (Aéroport de Reno)
Phaselors d'une course
Équipage1 pilote (Jimmy Leeward)
Morts11 (le pilote + 10 personnes au sol)[1]
Blessés69 (dont 16 graves)[2]

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Crash du Galloping Ghost (Reno, NV, 2011)

Géolocalisation sur la carte : Nevada

(Voir situation sur carte : Nevada)
Crash du Galloping Ghost (Reno, NV, 2011)

Le à 16 h 15 (heure du pacifique), un P-51 Mustang de course s'écrasait au milieu des spectateurs, lors des Reno Air Races, tuant son pilote et dix personnes au sol, et blessant également 69 autres personnes, dont 16 gravement[3]. L'appareil portait le nom de « The Galloping Ghost », et était piloté par James K. « Jimmy » Leeward, alors âgé de 74 ans[4].

Il s'agit du troisième accident le plus meurtrier de l'histoire des meetings aériens aux États-Unis, après les accidents de Sacramento, en Californie (1972) et de Flagler, dans le Colorado (1951)[5].

L'accident[modifier | modifier le code]

Leeward et son racer, un Mustang lourdement modifié pour les hautes performances, étaient en troisième position de la course et venaient juste de passer le pylône no 8, lorsque l'appareil se mit brutalement à remuer, à cabrer, puis à se retourner sur le dos et piquer vers le sol[6]. L'appareil percuta le tarmac en face des tribunes, dans une zone contenant des spectateurs assis, et se désintégra. Sept personnes, parmi lesquelles le pilote, furent tuées sur le site du crash[7], et quatre autres décédèrent des suites un peu plus tard, à l'hôpital[1],[8]. Les épreuves suivantes du week-end de la Reno Air Race furent toutes annulées.

Le jour suivant, le NTSB (équivalent américain du BEA français) commença à étudier si une partie de la queue s'était détachée de l'appareil avant le crash[9]. Une photographie prise juste avant l'impact montrait l'appareil en vol inversé et avec une partie du compensateur de profondeur gauche manquante[9],[10]. Le , les enquêteurs fédéraux et le NTSB affirmèrent qu'ils n'avaient rien trouvé d'utilisable parmi les débris de l'appareil leur permettant de lire une quelconque bande vidéo, même en partie (l'appareil embarquait bien une caméra, mais la violence de l'impact l'avait totalement détruite). Toutefois, ils étaient toujours en train de tenter de récupérer ce qui pouvait l'être d'une carte mémoire retrouvée dans les débris de l'avion et du décor, éparpillés sur une surface d'environ deux hectares, en plus d'une analyse minutieuse de plusieurs centaines de photos et vidéos amateurs fournies par les spectateurs présents lors de l'accident[11].

En 2012, le NTSB publia sept recommandations de sécurité, devant impérativement être appliquées pour les courses aériennes à suivre. Elles concernaient essentiellement la conception et l'agencement du tracé de la course, les inspections avant les épreuves, la validité des modifications appliquées aux appareils, la connaissance des recommandations de la FAA, la tolérance aux G des pilotes et la sécurité du site où se produisent les événements[3],[12].

L'avion[modifier | modifier le code]

Le Mustang, nommé « The Galloping Ghost », était un ancien appareil militaire lourdement modifié, qui émergea en 2010 d'une longue période d'absence des courses, à la suite de la mise en place d'une très importante série d'améliorations majeures. Parmi ces dernières se trouvaient par exemple la suppression du carénage de radiateurs ventral et l'installation d'un système de refroidissement de type « boil-off » (par évaporation), ainsi que d'autres modifications visant, d'après le propriétaire, à rendre l'avion plus efficace. L'ancien no de série de l'US Army Air Force, « 44-15651 », était possédé par la société Aero Trans Corp. à Ocala, en Floride[13]. Les ailes avaient également subi un raccourcissement extrême de six pieds (1,83 m), s'ajoutant à une précédente réduction d'envergure de quatre pieds (1,22 m), effectuée par l'un de ses anciens propriétaires[14].

L'avion possédait un passé glorieux en compétition, ayant été engagé aux National Air Races (courses nationales) de Cleveland de 1946 à 1949 et ayant eu de nombreux bons résultats. Il a été piloté par plusieurs pilotes différents et sous différents noms de baptêmes, parmi lesquels « Miss Candace », de 1969 à 1978, et « Jeannie », en 1981[15]. Leeward décrivait les modifications effectuées comme étant « radicales », expliquant que son système de refroidissement d'huile était similaire à celui utilisé par la navette spatiale[14].

Incidents précédents[modifier | modifier le code]

Le , l'avion (alors connu sous le nom de « Miss Candace » et portant le numéro « 69 ») fut victime d'une panne moteur pendant une démonstration à Reno et dut faire un atterrissage forcé le menant à une sortie de piste, avec quelques légères blessures pour son pilote, le Dr Cliff Cummins[15].

En 1998, un autre Mustang modifié, « Voodoo Chile », perdit le compensateur de profondeur gauche pendant les courses de Reno. Bob « Hurricane » Hannah, le pilote de l'appareil, rapporta alors que lorsque le compensateur avait cédé, l'avion s'était mis à cabrer violemment et lui avait fait subir une accélération supérieure à 10 g, entraînant une perte de connaissance. Quand il reprit connaissance, l'avion avait grimpé à plus de 9 000 pieds (~ 2 700 m). Par chance, Hannah parvint à récupérer l'appareil et à le poser en sécurité[16],[17].

Enfin, en 1999, un autre Mustang lourdement modifié, appelé « Miss Ashley II » et piloté par Gary Levitz, fut victime d'un phénomène de battement au niveau des palonniers, pendant l'une des courses Unlimited de Reno. La structure se brisa et Levitz fut tué[18],[19].

Résultats de l'enquête[modifier | modifier le code]

La vis du compensateur du P-51.

Le NTSB examina avec minutie la longue liste de modifications appliquées à l'avion. Ces dernières avaient rendu l'appareil plus léger et avaient fortement diminué sa traînée, mais avaient également fortement diminué sa stabilité. Pendant la course, Leeward avait amené le Mustang à une vitesse de 530 mph (850 km/h), soit près de 40 mph (65 km/h) plus vite que ce qu'il avait fait jusqu'alors[20]. Il y avait également des contraintes énormes appliquées à la structure, démontrées par l'apparition d'un phénomène de déformation du fuselage, juste derrière les ailes, et l'apparition d'écarts entre le fuselage et la verrière pendant le vol (clairement visibles sur les photographies en haute résolution prises par les spectateurs).

Pourtant, la conclusion du rapport d'enquête, publiée en août 2012, détermina que la cause probable du crash était la réutilisation d'écrous de verrouillage à usage unique dans le système du compensateur gauche. Leur réutilisation au-delà de leur durée de vie prévue par le constructeur (en plus du fait qu'ils étaient normalement non réutilisables), fit que leurs propriétés auto-serrantes étaient diminuées, et ils finirent par se desserrer pendant le vol, en raison de l'importante quantité de vibrations auxquelles était soumise la structure de l'avion. Cela mena à la fatigue et à la fragilisation d'une des vis de fixation du compensateur, qui céda et permit à ce dernier de se mettre à battre dans le vent relatif (un peu comme un drapeau flottant et claquant dans le vent). Ce battement finit par avoir raison du support tout entier et le compensateur s'arracha de la queue de l'avion[21]. D'autres modifications non éprouvées ou testées, et totalement dépourvues de documentation, avaient également participé à l'accident, en particulier le remplacement du compensateur droit par une pièce fixe, ne remplissant plus du tout cette fonction. Si les deux compensateurs avaient été effectivement présents et opérationnels, il est fort probable que la perte de l'un d'entre eux n'aurait cependant pas entraîné la perte de contrôle de l'avion. Au moment où le compensateur a cédé, Leeward a été exposé à des forces d'accélération extrêmes, avec un pic à 17,4 g, ce qui le plongea presque instantanément dans le coma et lui ôta toute chance de pouvoir rattraper l'avion[22].

Médias[modifier | modifier le code]

L'accident a fait l'objet d'un épisode dans la série télé Air Crash nommé « Course contre la mort » (saison 19 - épisode 2).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Elvin family, 4 of whom lost limbs in Reno Air Races crash, rebound and rebuild », Reno Gazette-Journal (consulté le 7 janvier 2015).
  2. (en) « Death toll following Reno air disaster reaches 9; 69 injured », BNO News, (consulté le 7 janvier 2015).
  3. a et b (en) « Board meeting : Crash into grandstand at the Reno Air Races, Reno, NV », National Transportation Safety Board (NTSB), (consulté le 7 janvier 2015).
  4. (en) « Death toll rises in Reno air show crash », NBC, (consulté le 7 janvier 2015).
  5. (en) Bridget Johnson, « World's worst air show crashes », World News, (consulté le 7 janvier 2015).
  6. (en) « "Mass casualties" reported after plane crashes at Nevada air show », CNN, (consulté le 7 janvier 2015).
  7. (en) « Death toll rises to 9 in Nevada air race crash; close to 70 injured », CNN, (consulté le 7 janvier 2015).
  8. (en) Thomas Frank, « 10th person dies from Reno air race crash », sur usatoday.com, USA Today, (consulté le 7 janvier 2015).
  9. a et b (en) Tony Barboza, « Reno air races crash: NTSB investigates elevator trim tab », sur Latimesblogs.latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le 7 janvier 2015).
  10. (en) « US vintage aircraft crashes into crowd », The Telegraph, (consulté le 7 janvier 2015).
  11. (en) « NTSB : No video from P-51 in Reno Air Show crash », New York Post, (consulté le 7 janvier 2015).
  12. (en) Magazine Sport Aviation de juin 2012, p. 16.
  13. (en) « P-51D Mustang/44-15651 », FAA Registry (consulté le 7 janvier 2015).
  14. a et b (en) Budd Davison, « Reviving a Ghost », Sport Aviation, Experimental Aircraft Association, vol. 60, no 5,‎ , p. 34 à 39 (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2015).
  15. a et b (en) Denver Kissinger, « History of Jeannie by Denver Kissinger », (consulté le 7 janvier 2015).
  16. (en) « Voodoo Chile - slight return... "Hurricane" Hannah takes nap at 500 mph - wakes up at 9 000 feet ! » (consulté le 7 janvier 2015).
  17. (en) Kevin & Jackie Grantham, « Reno Unlimiteds Turn 35 », AV web, (consulté le 7 janvier 2015).
  18. (en) National Transportation Safety Board, No. LAX99FA311, Brief of Accident, Adopted 05/09/2001.
  19. (en) « NTSB Identification: LAX99FA311 », National Transportation Safety Board (NTSB) (consulté le 7 janvier 2015).
  20. (en) Ken Ritter, « NTSB : Trim tab failure caused 2011 race crash », Military Times, (consulté le 7 janvier 2015).
  21. (en) « Deteriorated parts allowed flutter which led to fatal crash at 2011 Reno Air Races », National Transportation Safety Board (NTSB), (consulté le 7 janvier 2015).
  22. (en) « Pilot/Race 177, The Galloping Ghost, North American P-51D, N79111 - Executive summary », (consulté le 7 janvier 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]