Voiture M2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir M2.
Voitures M2
Description de cette image, également commentée ci-après
Voiture M2 en livrée verte
Identification
Exploitant(s) SNCB
Type voiture régionale
Mise en service 1958-1960
Voiture métallique
Type Nombre total (réversibles)   places assises  
A
B
AB
BD
BDx
BDR
35 (0)
350 (45)
104 (22)
71 (0)
22 (22)
15 (0)
68 pl. (1° cl.)
104 pl. (2° cl.)
36+44 pl. (1°+2°)
74 pl. (2° cl.)
74 pl. (2° cl.)
?
Caractéristiques techniques
Bogies Schlieren
Portes pliantes, pneumatique
Vitesse maximale 140 km/h

Les voitures M2 sont des voitures à voyageurs pour trafic intérieur régional de la SNCB construites à 620 exemplaires de 1958 à 1960 et désormais retirées du service.

Reprenant la disposition des voitures M1, elles constituent la plus grande série de voitures commandées par la SNCB. Leur aménagement intérieur et de nombreux équipements (portes, fenêtres...) sont identiques à ceux utilisés dans les automotrices classiques fabriquées entre 1950 et 1977.

Histoire[modifier | modifier le code]

Prototypes[modifier | modifier le code]

En 1954, l’atelier central de Malines réalise quatre prototypes de voitures de troisième classe à 114 places équipées de sièges rembourrés et testant divers types de bogies. Ces voitures, à l’aspect fort différent des M2 de série, ressemblaient plus aux futures voitures M3 dont elles se distinguaient par des parois cannelées, des fenêtres aux coins arrondis et des portes différentes. En 1957, deux voitures serviront de remorque pour le prototype des autorails série 630 (future série 40). Les deux autres seront radiés en 1981.

Voitures de série[modifier | modifier le code]

Les voitures de série mises en service à partir de 1959-1960 se distingueront entre-autres par :

  • des bogies Schlieren permettant une vitesse maximum de 140km/h au lieu de 120
  • des portes et fenêtres de taille plus importante
  • une zone de déformation à chaque extrémité
  • un chauffage mixte vapeur-électrique
  • une diminution du nombre de sièges en seconde classe qui se traduit par une travée en moins mais plus de place pour les voyageurs.

Cinq types d’origine seront crées :

  • B : 350 voitures de seconde classe avec deux salles de 30 places encadrant deux plate-formes et une salle de 46 places avec toilette.
  • A : 35 voitures de première classe avec deux salles de 20 places encadrant deux plate-formes et une salle de 28 places avec toilette.
  • AB : 104 voitures mixtes possédant une salle de 20 sièges de première classe ; une plate-forme ; une salle de 16 sièges de première ; une toilette ; une salle de 17 places de seconde classe, la seconde plate-forme et une salle de 30 places de seconde classe
  • BD : 101 voitures de seconde classe et compartiment à bagages avec une salle de 30 places, une plate-forme, une salle de 44 places avec toilette et un compartiment à bagages équipé d'une paire de portes de chargement coulissantes. Contrairement aux voitures M4 à compartiment à bagages, un couloir latéral existe au cas où cette voiture se trouve en milieu de rame.
  • BDR : 15 voitures, identiques au type précédent mais aménagées avec un compartiment cuisine pour le snack-bar ambulant à la place des 10 derniers sièges de la grande salle de seconde classe. Elles seront finalement reconstruites en BD

Carrière[modifier | modifier le code]

Extérieurement, ces voitures ont revêtu la livrée verte uniforme lors de leur livraison, puis la livrée bordeaux à bande blanche sous les fenêtres dans les années 1980. La repeinture se faisant au gré des révisions, on vit circuler pendant une dizaine d'années des rames composées de voitures des deux livrées. Ces voitures n'ont par contre jamais fait l'objet d'une rénovation de leur aménagement intérieur.

Les voitures M2 furent les premières à abandonner dès leur construction les banquettes en bois en seconde classe et ont circulé dans tout le pays.

En 1978, il fut décidé de créer des rames réversibles de voitures M2 à l’instar de ce qui avait déjà été fait sur quelques voitures M1. Pour ce faire, il fut décidé de transformer 13 voitures BD en voitures-pilotes équipées d’un poste de conduite et aptes à circuler avec des locomotives diesel tandis que des voitures de type AB et B étaient équipées pour circuler dans ces rames. En 1981, 9 voitures pilotes supplémentaires aptes à circuler avec des locomotives électriques série 25 furent réalisées.

Particularité : les faces d'extrémité des 13 voitures-pilotes aptes à la traction diesel n'ont pas la même forme que celle des 9 voitures compatibles avec la traction électrique. En outre, toutes les voitures aptes à la réversibilité ont reçu des bandes de couleurs distinctives sur les coins des caisses : bleues pour les voitures aptes à la réversibilité en traction électrique, jaunes pour leur consœurs aptes à la réversibilité en traction diesel (avec un dispositif technique particulier pour la première voiture attelée à la locomotive qui est visualisé au moyen de stries rouges dans la bande jaune aux coins de leur caisse).

Ces voitures sont également les dernières qui étaient équipées pour le chauffage à l'aide de vapeur produite par les motrices (diesel et naturellement vapeur), raison pour laquelle elles furent omniprésentes sur les relations assurées par rame tractée sur les lignes non électrifiées jusqu'en 2003, date de leur remplacement par les autorails de la série 41.

On les vit encore sur quelques trains des heures de pointe jusqu'en 2005, puis quelques années encore comme train de service pour le personnel de l'atelier SNCB de Cuesmes (Mons).

Les M2 à l'étranger[modifier | modifier le code]

Ferrovie Nord Milano (Italie)[modifier | modifier le code]

La voiture M2 (classé E.900) conservée comme "monument" dans la gare désaffectée de Castiglione Olona.

Le Ferrovie Nord Milano a acquis certaines de ces voitures (ainsi que des M3 dans le milieu des années 1990 et les a classé dans la série EB.900. Certaines ont été transformées en voitures-pilotes (sur base des plans des voitures-pilotes électriques de la SNCB) et classées dans la série EB.880. L'ensemble de la série de voitures M2 a immédiatement adopté la livrée bicolore blanc et vert.

Utilisées essentiellement au crochet de locomotives FNM E.630, certaines de ces voitures ont été retirées du service en 2003. D'autres ont poursuivi leur opération jusqu'en 2010. Actuellement, deux voitures ont survécu : une comme bureau de poste en gare de Gavirate et une à Bovisio-Masciago. Le deux voitures placées à la gare désaffectée de Castiglione Olona ont été démolis le 12 mars 2019.

Le Kennemerstrand Express de Lovers Rail

Lovers Rail (Pays-Bas)[modifier | modifier le code]

Quelques voitures ont été revendues à l'éphémère opérateur privé néerlandais Lovers Rail (repris ensuite par Connex) qui leur a fait revêtir plusieurs livrées et les a rénovées. Ces voitures sont désormais exploitées par un chemin de fer touristique français : la Vapeur du Trieux.

Nederlandse Spoorwegen (Pays-Bas)[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, les chemins de fer néerlandais furent confrontés à une pénurie de matériel remorqué et sollicitèrent la SNCB. La location de Voitures M4 était pressentie mais ces voitures avaient un gabarit légèrement plus large que la norme batave et ce furent finalement des M2 qui prirent du service outre-Moerdijk.

Train à vapeur du Trieux (France)[modifier | modifier le code]

Utilisations particulières[modifier | modifier le code]

Une M2 installée dans le parc Planckendael
  • Une voiture a été repeinte en livrée "newlook" à dominante blanche, et transportée sur le pier de Blankenberge afin de servir de bureau d'information.
  • Une autre a été repeinte en livrée rouge par le PFT et est utilisée dans un train de secours du tunnel sous la Manche.
  • Le parc Planckendael a installé une voiture M2 repeinte en bleu et qui est utilisable comme local pour les groupes.

Voitures préservées[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, quelques voitures sont utilisées par des associations de préservation du patrimoine ferroviaire, alors qu'une rame complète est disponible pour circuler avec la locomotive à vapeur 29.013, la seule en état de marche à la SNCB.

Les deux M2 prototypes, intégrées au 4001, sont la propriété du PFT depuis que cet autorail leur a été cédé. Toutefois, elles sont en mauvais état et leur démolition est envisagée.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Close, G., M. Thiry: 50 jaar reizigersvervoer. De Metalen Rijtuigen van de NMBS deel II. Koninklijke Belgische Vereniging der Vrienden van het Spoor, 1985.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]