Vincent Munier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vincent Munier
Festival international de géographie 2014 - Vincent Munier.jpg
Vincent Munier en 2014.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
ÉpinalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique
Site web
Distinctions

Vincent Munier, né le à Épinal[1], est un photographe animalier français. Il a reçu plusieurs prix au Wildlife Photographer of the Year.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est à l'âge de 12 ans que Vincent Munier réalise sa première image, grâce à l'appareil photo qu'il recevra de son père, lui-même naturaliste[2].

Depuis 2002, il réalise de nombreux reportages à travers le monde, dans sa quête de montrer la beauté de la nature sauvage et de mettre en lumière des espèces animales menacées. Le harfang des neiges, le bœuf musqué[1],[3], l'ours brun et le yak sauvage font partie de ce bestiaire qu'il continue d'explorer à travers des expéditions engagées, en solitaire et en autonomie.

En 2008, il photographie pour la première fois le loup arctique ; depuis cette date, il multiplie les voyages au Canada sur les traces de cette espèce. En 2013, il passe un mois en solitaire dans l'île d'Ellesmere, dans des conditions de froid extrêmes. Une meute de neuf loups arctiques vient à sa rencontre : il vit alors l'un des moments les plus forts de sa carrière de photographe et rapporte des images rares de ces « fantômes de la toundra ».

En 2015, il embarque aux côtés du réalisateur Luc Jacquet et du biologiste marin et photographe Laurent Ballesta, dans une expédition de deux mois en Antarctique, depuis la station scientifique Dumont d'Urville. Baptisée Antarctica !, elle constitue une première visite du pôle Sud, pour ce spécialiste des photographies en conditions extrêmes. Cette expédition donne lieu à un film, L'Empereur, une suite au premier long-métrage de Luc Jacquet sur le sujet, La Marche de l'empereur.

En 2019, il est l'un des personnages du récit La Panthère des neiges de Sylvain Tesson (prix Renaudot 2019) et le co-réalisateur, avec Marie Amiguet, du film du même nom sorti en 2021.

Ses photographies sont publiées dans la presse internationale (Terre Sauvage, Image & Nature, National Geographic, Paris Match, Télérama, BBC Wildlife Magazine, La Salamandre, Animan…) et sous forme de livres : il est l'auteur d'une douzaine d'ouvrages photographiques chez différents éditeurs. Ses images font régulièrement l'objet d'expositions lors de festivals de photographie et sont présentées en galerie en France et à l'étranger.

Vincent Munier est le fondateur des éditions Kobalann[4], en 2010.

Témoignage[modifier | modifier le code]

Sylvain Tesson... Munier n'était pas indifférent au versement de la bête dans les arts. Des esprits monotones reprochaient à notre ami de saluer la beauté pure, et elle seule.

« On m'en veut d'esthétiser le monde animal, se défend-il. Mais il y a suffisamment de témoins du désastre ! Je traque la beauté, je lui rends mes devoirs. C'est ma manière de la défendre. »

— Sylvain Tesson. La Panthère des neiges, chap. Les arts et les bêtes, p. 114.

Prix[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2008
    • Blanc Nature, 2e édition du Festival Vendée Nature au Landes Genusson (France)
    • Tancho, International Crane Foundation, Baraboo (États-Unis)
    • Kamtchatka, Consulat général de Russie
  • 2011
  • 2012 - Animal (exposition collective), galerie Mogabgab, Beyrouth (Liban)
  • 2013 - Solitudes, Festival international de photo animalière et de nature, Montier-en-Der
  • 2014 - Solitudes, galerie Anagama à Versailles, galerie Blin plus Blin à Montfort-l'Amaury
  • 2015
    • Le Poète sauvage, galerie Troncin-Denis, Nancy
    • L'Appel du loup, Festival Photo de La Gacilly
    • Arctique, galerie Blin plus Blin, Montfort-l'Amaury et Paris
    • Artico, galerie Contrasto, Milan (Italie)
  • 2016
    • Arctique / Antarctique, galerie Soleil de M'inuit, Morges (Suisse)
    • Arctique, Le Kiosque, Vannes (France)
    • Ours, Jardin des plantes, Muséum national d'histoire naturelle, Paris
  • 2018 - Confrontations Photo (exposition collective et invité d'honneur), Gex (France)
  • 2021 - La Banquise sens dessus dessous, avec Laurent Ballesta, exposition en simultané dans 26 villes de l’Hexagone et d’Outre-mer dans le cadre de la saison culturelle nationale « 2021, l’Été polaire »[6].

Livres[modifier | modifier le code]

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Portfolio Vincent Munier, Nature extrême, Chasseur d'Images, no 288,
  • Le deuxième hors-série du magazine Image & Nature est consacré à Vincent Munier (-)
  • Le loup blanc, cet inconnu, Paris Match, article mis en ligne le [7]
  • La quête du loup, Nat'Images, no 24, février-
  • Carte blanche à... Vincent Munier, Réponses Photo, no 271, (spécial nature)
  • Portfolio Arctique, Terre sauvage, no 323, (spécial COP 21)[8]'[9]
  • Sauvage comme une image, Télérama, portfolio mis en ligne le [10]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Partenariat[modifier | modifier le code]

Il a été choisi par Nikon pour, durant l'été 2009, démontrer les capacités de leur nouveau reflex, le D3s en basse lumière. Il a effectué pour ça un reportage de deux semaines en Scandinavie[15],[16].

En octobre 2011 il récidive en partant au Tibet pour tester le Nikon D4 avec une équipe de techniciens de la marque , ceci dans des conditions difficiles[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]