Vallées occitanes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Vallées Occitanes (en bleu) dans l'Occitanie (en rouge)
Les Vallées Occitanes selon la loi italienne 428/99 et selon les linguistes[non neutre].

Les Vallées occitanes, en occitan Valadas occitanas, en italien Valli occitane, sont des vallées alpines du Piémont et de Ligurie de langue occitane dans sa variante vivaro-alpine.

Elles constituent la partie de l'Occitanie située en Italie. Elles correspondent au versant est des Alpes du Sud (en Italie) et sont étroitement reliées, sur les plans linguistique et culturel, au versant ouest (pays gavot, en France).

NB - Il ne faut pas les confondre avec les Vallées arpitanes ni avec le Val d'Aoste, plus au nord et qui sont de langue francoprovençale.

Langue[modifier | modifier le code]

La variété d'occitan qui y est pratiquée est le vivaro-alpin (ou gavot). Ce dialecte s'étend des vallées Occitanes à l'est jusqu'à Yssingeaux à l'ouest.

Population[modifier | modifier le code]

La population de ces vallées est estimée à 174 476 habitants (2013), dont 47 000 ont une compétence active et 21 000 une compétence passive de la langue[1].

Composition du territoire[modifier | modifier le code]

Sur le plan administratif, les vallées occitanes, qui ne constituent ni une entité ni une collectivité territoriale, sont partagées entre la région du Piémont (cité métropolitaine de Turin et province de Coni) et celle de Ligurie (province d'Imperia).

Les vallées occitanes se composent des communes et villages suivants[2]:

1 : communes qui ont déclaré leur appartenance, au sens de la loi italienne 482/99, à la minorité linguistique historique occitane

2 : communes qui ont déclaré leur appartenance, au sens de la loi italienne 482/99, à la minorité linguistique historique française

Province de Turin[3][modifier | modifier le code]

Haute vallée de Suse (Val di Susa)
Nom italien Nom français Nom occitan
Bardonecchia1 Bardonnèche Bardonescha
Cesana Torinese1 Césane Cesanna
Chiomonte1 Chaumont Chaumont
Claviere1 Clavières Las Clavieras
Exilles1 Exilles Insilha
Oulx1,2 Oulx Ors
Salbertrand1 Salbertrand Salbertrand
Sauze di Cesana1 Sauze de Césane Saouze Cesanna
Sauze d'Oulx1 Sauze d'Oulx Saouze d'Ols
Sestriere1 Sestrières Sestrieras


Val Cluson (Val Chisone)
Nom italien Nom français Nom occitan
Fenestrelle1,2 Fenestrelle Finistrèlas
Inverso Pinasca1,2 Envers Pinache L'Envèrs de Pinascha
Perosa Argentina1,2 Pérouse Peirosa
Pinasca1,2 Pinache Pinascha
Pomaretto1,2 Pomaret Pomaret
Porte1 Porte Las Pòrtas
Pramollo1,2 Pramol Praamòl
Pragelato1 Pragela Prajalats
Roure1,2 Roure Roure
San Germano Chisone1,2 Saint-Germain sur Cluson Sant German de Cluson
Usseaux1,2 Usseaux Usseaus
Villar Perosa1,2 Grand-Villars Lhi Vialars


Val Germanasca ou Val Saint-Martin (Valle Germanasca)
Nom italien Nom français Nom occitan
Massello1 Massel Massèl
Perrero1,2 Le Perrier Perier
Prali1 Pral Praal
Salza di Pinerolo1 Salze Salso


Villages an amont de Pignerol (Pinerolese Pedemontano)
Nom italien Nom français Nom occitan
Campiglione-Fenile Campion Campilhon e Fenil
Cantalupa Chantelouve Chantaloba
Frossasco Frussac Frussasc
Pinerolo Pignerol Pineròl
Prarostino1 Prustin Prarustin
Roletto Rolet Rolei
San Pietro Val Lemina Saint-Pierre Sant Pèire
San Secondo di Pinerolo1 Saint-Second de Pignerol Sant Seond


Val Pélis (Val Pellice)
Nom italien Nom français Nom occitan
Angrogna1,2 Augrogne Angruenha
Bibiana1,2 Bibian Bibiana
Bricherasio1 Briqueras Bricairàs
Bobbio Pellice1,2 Bobbi Buebi
Luserna San Giovanni1,2 Lucerne Saint-Jean Lusèrna Sant Joan
Lusernetta1 Luserne Luserneta
Rorà1 Rora Rourà
Torre Pellice1,2 La Tour La Toure de Pèlis
Villar Pellice1,2 Villars Lo Vilar de Pèlis

Province de Coni[4][modifier | modifier le code]

plaine Padane
vallée du Pô (Val Pô)
vallée de la Varaita (Val Varacha)
vallée de la Maira (Val Maira)
vallée de la Grana (Val Grana)
vallée de la Stura (Val d'Estura)
vallée du Gesso (Val Ges)
vallée de la Vermenagna (Val Vermenanha)
Vallées de la Bisalta (Besimauda)

Vallée considérée de langue piémontaise par les spécialistes[5][6].

Vallée du Quiè ou Kyé (ou vallées monregalesi)

Le rattachement aux communes occitanophones[6] est sujet à débat, et serait plutôt une vallée de parler archaïque piémontais[5][7].

Haute vallée du Tanaro

Province d'Imperia[modifier | modifier le code]

Les zones de parler royasque, traditionnellement rattachées à la haute vallée de la Roya, traversant la frontière franco-italienne, ont déclaré leur appartenance à la minorité linguistique occitane: il s'agit du pays Brigasque et de la commune d'Olivetta San Michele, où l'on parle des dialectes plus proches du ligurien alpin que de l'occitan, qui bénéficient ainsi des dispositions de la loi italienne:

Villes[modifier | modifier le code]

Les villes principales des Vallées occitanes sont Borgo San Dalmazzo, Busca, Boves Saluzzo et Dronero. La célèbre station de ski de Sestrières et la capitale religieuse de Torre Pellice (église vaudoise) se trouvent également dans ces vallées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. E. Allansino, C. Ferrier, S. Scaramuzzi, T. Telmon, Le lingue del Piemonte, Regione Piemonte, Quaderni di Ricerca, 113, Turin 2007, p. 71
  2. Liste des communes et villages en occitan sur le site Chambra d'Oc
  3. Liste des communes de la province de Turin ayant déclaré leur appartenance à la minorité occitane
  4. Liste officielle des communes de la province de Cuneo ayant déclaré leur appartenance à la minorité linguistique occitane.
  5. a, b, c et d (it) Nicola Duberti/Riccardo Regis, « Standardizzazione toponomastica in aree di confine: il caso di Roccaforte Mondovì », Atti del Convegno Internazionale Nomi, luoghi, identità. Toponomastica e politiche linguistiche,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  6. a et b (it) Corrado Grassi, « Parlà du kyé: un’isola linguistica provenzale nelle valli monregalesi », Studi linguistici salentini, no 2,‎ , p. 127-138
  7. (it) Fiorenzo Toso, « Quando il linguista diventa eponimo. Alcune riflessioni sull’“abilitazione” dell'occitano nelle valli del Monregalese », Claudia Frevel – Franz-Joseph Klein - Carolin Patzelt (eds.), Gli uomini si legano per la lingua. Festschrift für Werner Forner zum 65. Geburtstag, Stuttgart,‎ , p. 269-295 (lire en ligne)
  8. a et b (it) Fiorenzo Toso, « Il brigasco e l'olivettese tra classificazione scientifica e manipolazioni politico-amministrative », Intemelion. Cultura e territorio - Quaderno annuale di studi storici dell'Accademia di cultura intemelia, no 14,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]