Villar San Costanzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une [[commune <adjF>]] image illustrant italien image illustrant le Piémont
Cet article est une ébauche concernant une commune italienne et le Piémont.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Villar San Costanzo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Piedmont.svg Piémont 
Province Coni 
Code postal 12020
Code ISTAT 004247
Code cadastral M015
Préfixe tel. 0171
Démographie
Gentilé villaresi
Population 1 513 hab. (31-12-2010[1])
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 00″ Nord 7° 23′ 00″ Est / 44.48333, 7.38333
Altitude Min. 609 m – Max. 609 m
Superficie 1 900 ha = 19 km2
Divers
Saint patron San Costanzo
Fête patronale 12 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Villar San Costanzo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Villar San Costanzo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Villar San Costanzo
Liens
Site web http://www.comune.villarsancostanzo.cn.it/

Villar San Costanzo est une commune de la province de Coni dans le Piémont en Italie située à environ 70 kilomètres au sud-ouest de Turin et à environ 15 kilomètres au nord-ouest de Cuneo.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • En août 2007, il y avait une population de 1474 habitants.
  • La superficie de la ville est de 19,5 kilomètres carrés.
  • À Villar San Costanzo, il y a une réserve naturelle connue sous le nom "Ciciu del Villar". Une formation géologique locale connue porte le nom "Ciciu del Villar". Des demoiselles-coiffées qui ont été formées par l'érosion naturelle, sont à l'origine de la "légende de Constance": les pierres sont censés représenter des soldats romains miraculeusement pétrifiés avant qu'ils ne portent atteinte à saint Costanzo [2].
  • Les communes frontalières sont: Busca , Dronero , Roccabruna, et Valmala .

Histoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges antiques les plus anciens de la civilisation du Val Maira proche ont été découverts à Busca6 km), des stèles funéraires étrusques, des tombes celtiques à Villar San Costanzo.

Cette zone est conquise par les romains seulement en 14 av. J.-C. (stèles de Pagliero San Damiano Macra, Elva, Marmora) [3].

Au IVe siècle la décadence de l'Empire romain s'accompagne aussi de martyres chrétiens. La tradition locale de San Costanzo dit qu'il est martyrisé au pied du mont San Bernardo (2 km dans le NE) [3]. L'abbaye de San Costanzo (de Canneto), est construite au VIIIe siècle par le roi lombard Aripert II avec les moines de l'abbaye de San Colombano (Émilie-Romagne).

L'abbaye qui est détruite par des bandes Sarrasines au Xe siècle ce qui provoque le reflux des habitants se réfugiant dans les hautes vallées. L'abbaye est reconstruite au XIIe siècle. Il en reste la crypte et la chapelle de Saint-Georges.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Villar San Costanzo est connue dans le Piémont pour des rochers ressemblant à des champignons qui se nomment i Ciciu.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
8 juin 2009 en cours Gianfranco Ellena    
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Morra, Rivoira, Artesio, Rella

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Busca, Dronero, Roccabruna, Valmala

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Arduino, Fabio (27 octobre, 2005). "San Costanzo et ses amis" . Saints et bienheureux. Récupérée 28 décembre 2008.
  3. a et b "Guide pour une visite de la vallée de Maira", Jean-Claude Gourdon, Murielle Renaud, septembre 1988, Sabença, Barcelonnette