Guardia Piemontese

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Guardia Lombarda » redirige ici. Pour la commune de la Campanie, voir Guardia Lombardi.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guardia.

Guardia Piemontese
Nom occitan La Gàrdia
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Calabre Calabre 
Province Cosenza 
Code postal 87020
Code ISTAT 078061
Code cadastral E242
Préfixe tel. 0982
Démographie
Gentilé guardioti (en occitan gardiòl)
Population 1 546 hab. (31-12-2010[1])
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 39° 28′ 00″ nord, 16° 00′ 00″ est
Altitude Min. 515 m
Max. 515 m
Superficie 2 100 ha = 21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calabre

Voir sur la carte administrative de Calabre
City locator 14.svg
Guardia Piemontese

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Guardia Piemontese

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Guardia Piemontese
Liens
Site web http://www.comune.guardiapiemontese.cs.it/

Guardia Piemontese (en occitan : La Gàrdia ) est une commune de la province de Cosenza, dans la région de Calabre, en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Guardia Piemontese est La Gàrdia en occitan. Quelque 340 personnes y parlent encore le gardiol, une variété d'occitan vivaro-alpin[2]. Jusqu'en 1863, la commune s'appelait Guardia[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Guardia Piemontese a la particularité d'être un îlot où est parlée la langue occitane en Italie du sud[2]. En effet, elle a été fondée par des Vaudois venus du val Pellis (en italien Pellice, une des vallées occitanes du Piémont).

Les Vaudois arrivèrent ici pour fuir les persécutions, sous la protection de l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen, roi de Sicile, entre le XIIe et le XIIIe siècles et s'établirent en plusieurs villages (San Sisto, San Vincenzo la Costa). Ils vécurent en paix avec les communautés catholiques de la région pendant deux ou trois siècles. Mais leur adhésion à la Réforme protestante, le au synode de Chanforan, causa la croisade (1560) du cardinal Ghislieri , (futur pape Pie V), qui les extermina.

Économie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Andrea Muglia    
[4] Gaetano Cistaro Centre-Gauche  
en cours Vincenzo Rocchetti Centre-Gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Marina, Terme Luigiane

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Acquappesa, Cetraro, Fuscaldo, Mongrassano

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés

Références[modifier | modifier le code]