Vallée de la Mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vallée de la mort)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Death Valley.

Vallée de la Mort
Vue aérienne de la vallée de la Mort avec Badwater au premier plan.
Vue aérienne de la vallée de la Mort avec Badwater au premier plan.
Massif Grand Bassin
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de la Californie Californie
Comtés Inyo, San Bernardino
Parc national Vallée de la Mort
Coordonnées géographiques 36° 14′ 36″ nord, 116° 50′ 00″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Californie

(Voir situation sur carte : Californie)
Vallée de la Mort

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Vallée de la Mort
Orientation nord-sud
Longueur
Type Rift
Écoulement Aucun (dépression endoréique)
Voie d'accès principale Badwater Road

La vallée de la Mort (en anglais : Death Valley) est une vallée du désert des Mojaves (États-Unis) située en Californie et incluse dans le parc national de la vallée de la Mort. Il s'agit d'un rift endoréique de forme allongée et orienté nord-sud. Son point le plus bas, Badwater, est, avec 85,5 mètres sous le niveau de la mer, le point le plus bas des États-Unis. La température la plus élevée enregistrée sur Terre l'a été le à Furnace Creek avec 56,7 °C[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La vallée de la Mort est située dans le Sud-Ouest des États-Unis, dans le Sud-Est de la Californie, en bordure méridionale du Grand Bassin des États-Unis et à l'est de la Sierra Nevada. Elle s'étend sur les comtés d'Inyo et de San Bernardino, le long de la frontière avec le Nevada.

Elle constitue une grande partie du parc national de la vallée de la Mort et est la principale caractéristique de la réserve de biosphère des déserts des Mojaves et du Colorado.

Relief[modifier | modifier le code]

Cette vallée est entièrement située dans la province géologique de Basin and Range, vaste région caractérisée par une extension continentale à l'origine de blocs basculés définissant des horsts séparés par des grabens[2].

La vallée correspond à un rift qui s'étend du nord au sud entre le chaînon Amargosa à l'est et le chaînon Panamint à l'ouest, les chaînes montagneuses Sylvania et Owlshead (en) forment respectivement ses frontières nord et sud. Elle a une superficie d'environ 7 800 km2.

Badwater, un bassin situé dans la vallée de la Mort, est l'endroit le plus bas des États-Unis avec 85,5 mètres en dessous du niveau de la mer[3]. Ce point est seulement à 123 kilomètres à l'est du mont Whitney, le point le plus élevé des États-Unis contigus avec une altitude de 4 421 mètres.

Climat[modifier | modifier le code]

La vallée de la Mort constitue un désert d'abri faisant partie du désert des Mojaves qui est comme caché par trois chaînes montagneuses (Sierra Nevada, montagnes Inyo (en) & chaînon Argus, et chaînon Panamint) qui le privent de l'arrivée éventuelle de vents porteurs de nuages chargés de pluie qui soufflent de l'ouest au-dessus des eaux chaudes du Pacifique, ce qui crée un phénomène d'ombre pluviométrique[4]. Il possède ainsi un climat subtropical, désertique chaud typique. L'été est long, torride et très sec alors que l'hiver est court, tempéré avec des journées douces et des nuits froides. La pluie tombe en hiver, bien que rare même en cette saison. Le cumul annuel est inférieur à 300 mm, le désert des Mojaves est un des désert les plus sec du monde. Entre juin et août inclus, la température dépasse presque tous les jours 45 °C[5] et parfois il atteint ou excède 50 °C ; les températures moyennes hivernales se situent aux alentours des 20 °C. Les nuits estivales sont chaudes (la température ne descend pas en dessous de 27 °C).

La température la plus haute jamais relevée dans la vallée de la Mort, qui est également la température la plus haute jamais enregistrée sur Terre, est de 56,7 °C le 10 juillet 1913 à Furnace Creek[6] (des doutes subsistent toutefois quant à la validité de ce record)[1]. Durant la canicule extrême qui s'est produite pendant cette période, la température est monté jusqu'à 54 °C ou plus pendant cinq jours consécutifs (le record de chaleur absolu mondial mesuré le à El Azizia en Libye avec 57,7 °C a été invalidé le 13 septembre 2012[7]). Le 30 juin 2013, durant une autre canicule, la température a atteint 54 °C à Furnace Creek, ce qui constitue le nouveau record pour le mois de juin à cet endroit[8].

En 2001, la température atteint 38 °C ou plus pendant 154 jours consécutifs en été. L'été 1996 eut 40 jours au-dessus de 49 °C et 105 jours au-dessus de 43 °C. La période se trouvant entre 1931 et 1934 fut la plus sèche avec seulement 16 mm de précipitations sur une durée de plus de 40 mois.

La température moyenne annuelle de la vallée de la Mort relevée à Furnace Creek est de 25 °C avec une moyenne de 19 °C en janvier et une moyenne de 47 °C en juillet[réf. nécessaire]. Entre avril et octobre 1992, la température atteint 32 °C ou plus pendant 205 jours consécutifs.

Le 12 juillet 2012, la température la plus basse de la journée fut de 42 °C, ce qui est le record mondial de la température basse la plus chaude. Dans le même jour, la température moyenne journalière fut de 47 °C, ce qui est la température moyenne journalière la plus haute au monde.

Le 22 avril 1922, la vallée de la Mort a enregistré la plus haute température d'avril d'Amérique du Nord, celle-ci ayant été de 45 °C. Le 15 juin 1912, Furnace Creek a connu la plus haute température du sol jamais enregistrée qui a été de 93,9 °C, ce qui revient à dire que le sol était presque bouillant[9]. Le 30 juin 2013, la vallée de la Mort voit la température monter jusqu'à 54 °C, ce qui est la température la plus élevée au monde pour un mois de juin[10].

La température la plus basse jamais enregistrée dans la vallée de la Mort fut de −9 °C à Greenland Ranch. La vallée de la Mort comptabilise une durée d'ensoleillement annuel de près de 3 625 heures soit 80 % du temps.

Les étés les plus chauds du monde se rencontrent dans les déserts d'Afrique, du Moyen-Orient, et dans la vallée de la Mort.

Nuvola apps kweather.png Relevés météorologiques de la vallée de la Mort[5]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Record des températures maximales (°C) 31,6 36,1 38,9 43,9 50,0 54,0[8] 56,6 52,8 50,5 45,0 36,1 31,1 56,6
Températures maximales moyennes (°C) 18,3 22,2 26,6 32,2 37,2 42,8 46,1 45,0 41,1 33,3 24,4 18,3 32,2
Températures minimales moyennes (°C) 3,9 7,8 11,6 16,6 21,6 26,6 31,1 29,4 23,9 16,6 8,9 3,9 16,6
Record de température minimale (°C) -9,5 -3,9 -1,1 1,6 5,5 9,4 11,1 17,8 5,0 0,0 -4,5 -7,2 -9,5
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 7 9 6 3 2 1 3 3 4 3 5 5 49
Nuvola apps kweather.png Ensoleillement de la vallée de la Mort[réf. nécessaire]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Moyennes mensuelles (heures) 217 226 279 330 372 390 403 372 330 310 210 186 3625

Géologie[modifier | modifier le code]

Croquis géologique de la vallée de la Mort. Les lignes noires représentent les principales failles.
Roches polies par les crues soudaines dans Mosaic Canyon.

Le socle précambrien est formé d'un dépôt sédimentaire composé essentiellement de roches carbonées (principalement de calcaire) et couronné de stromatolithes. Les phases sédimentaires sont entrecoupées par des séquences volcaniques et de métamorphisme régional[11].

Le paysage de la vallée de la Mort au Précambrien correspond à une mer peu profonde. À partir du milieu du Mésozoïque vers 200 Ma, la subduction de la plaque Farallon sous la plaque nord-américaine transforme la marge passive en marge active, formant la province géologique de Basin and Range et une chaîne de volcans principalement à l'ouest de la vallée, dont la Sierra Nevada. Le magmatisme de subduction est également à l'origine d'un pluton granitique, mis en place vers la fin du Mésozoïque : la circulations de fluides hydrothermaux provenant du magma est un mécanisme de concentration d'eaux chargées de minéraux métalliques (cuivre, argent, or, plomb) qui cristallisent dans le réseau de fractures développé au contact du pluton, d'où la présence de minerais[12]

L'histoire géologique de cette plateforme carbonatée est marquée par une tectonique extensive qui débute à l'Éocène, délimitant un profond fossé d'effondrement dès l'Oligocène, tectonique qui reste active aujourd'hui. Au Pléistocène, la vallée est régulièrement inondée par des eaux de ruissellement et d'infiltration qui dissolvent divers sels sur leur trajet, principalement sur les reliefs avoisinants : les lacs transitoires, en raison de l'évaporation intense, favorisent les dépôts d’évaporites (borax issu probablement du lessivage des cendres abondantes des volcans, sel gemme…)[2].

Les séismes de petite magnitude sont fréquents.

Si l'érosion a aplani les crêtes des montagnes avoisinantes, leur relief reste marqué par les canyons. Le ravinement, causé principalement par des torrents aujourd'hui asséchés, est important présente sous forme de canyons. Le sol et les flancs de ces gorges portent les traces des flash floods, crues soudaines qui surviennent brutalement lors d'orages torrentiels (présence de gros rochers rejetés en haut des parois, marbre de Mosaic Canyon résultant du métamorphisme de la dolomite et formant une crevasse de 800 m de long de roches polies par ces crues éclair)[13].

Depuis la fin du XXe siècle, un curieux phénomène géologique se produit dans l'ancien lit du lac asséché de Racetrack Playa. Des pierres mouvantes (certaines faisant plus de 300 kg) se déplacent en laissant derrière elles une trace dans le sable[14].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Grand Géocoucou au Centre des visiteurs du parc national de la Vallée de la mort en Californie.

Des poissons appelés localement Pep fish vivent dans les quelques sources restantes.

Des fourmis argentées se refroidissent de deux manières, soit en se soulevant un maximum du sol chaud sur quatre millimètres de hauteur ce qui leur permet de faire baisser la température de 7 °C, soit en se déplaçant jusqu'à un mètre par seconde ce qui lui permet de profiter du refroidissement éolien. Ces fourmis se nourrissent des insectes tués par la chaleur.

Plusieurs espèces de reptiles vivent dans la vallée de la Mort.

Les pluies torrentielles en fin d'été peuvent transformer cette vallée en un désert fleuri[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée de la mort est le foyer de la tribu Timbisha des Amérindiens, anciennement connu sous le nom de Panamint Shoshone, qui ont habité la vallée pendant au moins un millénaire. Timbisha, qui était le nom de la vallée tümpisa, signifie «la peinture de roche» et se réfère à la peinture à l'ocre rouge qui peut être faite à partir d'un type d'argile trouvés dans la vallée.

Certaines familles vivent encore dans la vallée à Furnace Creek. Un autre village était à Grapevine Canyon près du site actuel du Scotty's Castle. Il a été appelé dans le maahunu de langue Timbisha, dont la signification est incertaine, même si on sait que hunu signifie "canyon". La vallée a reçu son nom anglais en 1849 pendant la ruée vers l'or en Californie. Elle a été appelée Death Valley par des prospecteurs et d'autres qui cherchaient à traverser la vallée, sur leur chemin vers les champs aurifères. Pendant les années 1850, l'or et l'argent ont été extraits dans la vallée. Dans les années 1880, le borax a été découvert et extrait par wagons tirés par des mules.

Elle a été nommée Death Valley le 11 février 1933, par le président Herbert Hoover, et placée sous la protection fédérale. En 1994, le site a été renommé Death Valley National Park pour inclure Saline et la vallée d'Eureka.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de la vallée de la Mort depuis Dante's View avec le chaînon Panamint en face et le pic Telescope enneigé, son point culminant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)Doubts Cloud Death Valley’s 100-Year Heat Record
  2. a et b Matthias Schultz, « Les évaporites de la Vallée de la Mort (Californie) », sur planet-terre.ens-lyon.fr, .
  3. (en) « Lowest Places on Earth », NPS (consulté le 4 août 2012)
  4. (en) Michael Collier, An introduction to the geology of Death Valley, Death Valley Natural History Association, , p. 10.
  5. a et b (en) « Weather and Climate Death Valley National Park », National Park Service (consulté le 27 août 2009)
  6. (en) Organisation météorologique mondiale, « World: Highest Temperature », sur Université d'État de l'Arizona (consulté le 10 octobre 2013)
  7. « L'Organisation météorologique mondiale invalide le record libyen de chaleur absolu », Organisation météorologique mondiale, (consulté le 26 septembre 2012)
  8. a et b (en) « Dr. Jeff Masters' WunderBlog : Historic Heat Wave Responsible for Death Valley's 129°F Gradually Weakening | Weather Underground », sur wunderground.com (consulté le 17 juillet 2013)
  9. http://www.visite-usa.fr/parcs/death.htm
  10. http://www.lefigaro.fr/photos/2013/07/02/01013-20130702ARTFIG00290-canicule-a-l-ouest-des-etats-unis.php
  11. (en) Michael Collier, An introduction to the geology of Death Valley, Death Valley Natural History Association, , p. 44.
  12. (en) William C. Tweed, Lauren Davis, Death Valley and the Northern Mojave, Cachuma Press, , p. 6.
  13. (en) Geology of the Death Valley region, eastern California, National Association of Geoscience Teachers, , p. 6-13.
  14. Fanny Arlandis, « Le mystère des pierres mouvantes de la vallée de la mort a été résolu », sur slate.fr, .
  15. (en) Michael A. Mares, Encyclopedia of deserts, University of Oklahoma Press, , p. 148.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]