Kébili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kébili
Kébili
Entrée de l'oasis de Kébili
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Kébili
Délégation(s) Kébili Nord
Kébili Sud
Maire Ahmed Yacoub (Ennahdha)[1]
Code postal 4200
Démographie
Gentilé Kébilien
Population 20 623 hab. (2014[2])
Géographie
Coordonnées 33° 42′ 18″ nord, 8° 57′ 54″ est
Altitude 49[3] m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Kébili

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Kébili
Liens
Site web www.commune-kebili.gov.tn

Kébili (arabe : ڨبلي Écouter [gbɪli]) est une ville du sud de la Tunisie, située à environ 500 kilomètres de Tunis, et le chef-lieu du gouvernorat du même nom. En 2014, sa population atteint 20 623 habitants[2].

Située à mi-chemin entre Tozeur (90 kilomètres à l'ouest) et Gabès (située sur le littoral), la ville est adossée à une oasis qui est, avec une palmeraie estimée à 100 000 palmiers, la plus importante de la région du Nefzaoua, entre le Chott el-Jérid, le Chott el-Fejaj et les monts du Djebel Tebaga culminant à 469 mètres d'altitude.

Outre un centre administratif régional, son activité est liée à la production de dattes dont elle est, avec Tozeur, un grand centre de commercialisation. À proximité du Grand Erg oriental, Kébili est également une ville-étape dans les circuits touristiques du Sud tunisien.

La ville est notamment connue pour être la détentrice du record de chaleur en Afrique, 55°C, atteint le 7 juillet 1931[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Régions-Municipales 2018 : poursuite de l’élection des nouveaux maires », sur tap.info.tn, (consulté le 7 juillet 2018)
  2. a et b (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 7 juillet 2018)
  3. (en) « Geographic coordinates of Kebili, Tunisia », sur dateandtime.info (consulté le 7 juillet 2018)
  4. (en) « World Weather & Climate Extremes Archive », sur wmo.asu.edu (consulté le 7 juillet 2018)

Lien externe[modifier | modifier le code]