Kébili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kébili
Kébili
Entrée de l'oasis de Kébili.
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Kébili
Délégation(s) Kébili Nord
Kébili Sud
Maire Ahmed Yacoub (Ennahdha)[1]
Code postal 4200
Démographie
Gentilé Kébilien
Population 20 623 hab. (2014[2])
Géographie
Coordonnées 33° 42′ 18″ nord, 8° 57′ 54″ est
Altitude 49[3] m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Tunisie
Voir sur la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Kébili
Géolocalisation sur la carte : Tunisie
Voir sur la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Kébili
Liens
Site web www.commune-kebili.gov.tn

Kébili (arabe : ڨبلي Écouter [gbɪli]) est une ville du sud de la Tunisie, située à environ 500 kilomètres de Tunis, et le chef-lieu du gouvernorat du même nom. En 2014, sa population atteint 20 623 habitants[2].

Située à mi-chemin entre Tozeur (90 kilomètres à l'ouest) et Gabès (située sur le littoral), la ville est adossée à une oasis qui est, avec une palmeraie estimée à 100 000 palmiers, la plus importante de la région du Nefzaoua, entre le Chott el-Jérid, le Chott el-Fejaj et les monts du Djebel Tebaga culminant à 469 mètres d'altitude.

Outre un centre administratif régional, son activité est liée à la production de dattes dont elle est, avec Tozeur, un grand centre de commercialisation. À proximité du Grand Erg oriental, Kébili est également une ville-étape dans les circuits touristiques du Sud tunisien.

La ville est notamment connue pour être la détentrice du record de chaleur en Afrique, 55 °C, atteint le [4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Régions-Municipales 2018 : poursuite de l’élection des nouveaux maires », sur tap.info.tn, (consulté le 7 juillet 2018).
  2. a et b (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 7 juillet 2018).
  3. (en) « Geographic coordinates of Kebili, Tunisia », sur dateandtime.info (consulté le 7 juillet 2018).
  4. (en) « World Weather & Climate Extremes Archive », sur wmo.asu.edu (consulté le 7 juillet 2018).

Lien externe[modifier | modifier le code]